blason de Brezal

Personnes remarquables

accueil
Sur cette page : Sur les autres pages du site :

 

Marie Jeanne Françoise de Tinténiac

 

  • Fille du marquis de Tinténiac
  • Comtesse de Saint-Roman
  • Née le 31 janvier 1776 au château de Brezal, Plouneventer
    Elle est née dans ce château qui était tel qu'on le voit ci-contre,
    car le tableau a été peint vers 1770.
  • Décédée le 3 octobre 1855 à Paris
  • À l'âge de 79 ans

Parents et famille

Mariage

Mariée le 28 août 1810 avec Alexandre Jacques de SERRE de SAINT-ROMAN, né le 13 mai 1770, décédé le 25 avril 1843 (à 72 ans)  ,
veuf de Marie-Mélanie Le Rebours.

Alexandre (ou Alexis ?) Jacques de Serre de Saint-Roman :

Fils unique de Jacques de Serre de Saint-Roman, comte de Fréjeville, conseiller de grand-chambre au parlement de Paris, mort sur l'échafaud révolutionnaire le jour même de la chute de Robespierre, le 9 thermidor an II (27 juillet 1794), et d'Hélène-Françoise de Murard de Bulon.

Il est né le 13 mai 1770. Emigré en 1792, il a servi à l'armée des princes et au corps de Condé. Rentré en France en 1801, il ne remplit aucunes fonctions sous les gouvernements consulaire et impérial. Louis XVIII, à son retour en 1814, créa le comte de Saint-Roman officier dans les mousquetaires gris, et chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis. Il a été retraité chef d'escadron au licenciement des mousquetaires. Nommé après les cents-jours, pour présider le collège électoral du département de l'Allier, le 26 juillet 1815, le roi l'a créé pair de France le 17 août suivant, il est devenu colonel de la 8è légion de la garde nationale de Paris, puis officier de la Légion d'Honneur le 19 août 1823. Après sa nomination à la pairie, le comte de Saint-Roman n'a cessé de prendre une part active aux délibérations de la haute chambre. Il a publié de nombreux livres.

Il a épousé : 1° à Wandsbeck, près Hambourg, le 20 août 1795, Marie-Mélanie Le Rebours, ... 2° à Rouen, par contrat du 28 août 1810, Marie-Jeanne-Françoise de Tinténiac. Du premier mariage sont issus :
- Auguste-Jacques-Albéric de Serre de Saint-Roman, né le 15 avril 1804, mort en bas âge ;
- Sidonie-Susanne de Serre de Saint-Roman, mariée avec Anatole-Joseph-Philippe, comte de Reilhac, officier de dragons, décédée le 16 juin 1823 ;
- Marie-Geneviève de Serre de Saint-Roman, né le 11 juillet 1802, mariée avec Léon-Formose, comte de Barbançois, chef d'escadron de cuirassiers ;
- Marie-Amicie de Serre de Saint-Roman, née le 23 mai 1805, mariée le 13 juin 1831, avec Jacques-Raimond de Serre, vicomte de Saint-Roman.

 

(source Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, Vol. 8, 1827. par Jean B. Courcelles).FERMER X

Le fabuleux destin de Marie Jeanne Françoise de Tinténiac

G. Lenotre a conté (Vieilles maisons, vieux papiers, 1è série, 1914, p. 91 et seq.) l'histoire de Mlle Marie Jeanne Françoise de Tinténiac, fille du marquis de Tinténiac qui, en 1792, en cette période troublée par la Révolution, s'embarqua à Saint-Malo, sous la conduite d'un vieux serviteur nommé Robin, pour émigrer. Son père, retenu à Brézal par la santé de sa femme, sur le point d'être mère, lui avait fait prendre les devants.

Ils s'embarquèrent pour Plymouth sur le même bateau que M. Savalette de Langes, frère ou cousin d'un banquier du Trésor Royal, qui avait, aux premiers jours de la Révolution, prêté 7 millions aux frères de Louis XVI. Il était veuf et avait une fille Jenny, alors âgée de 12 à 14 ans. Avec eux s'embarqua aussi un certain B... dont ils avaient fait connaissance en route, "jeune homme de manières élégantes, d'esprit vif, cherchant fortune et très désireux d'aventures lucratives", et qui les avait conduits et pilotés en Bretagne.

Après 48 heures de traversée, le patron du bateau leur avoua qu'il était impossible d'atterrir en Angleterre et qu'il faisait voile pour Hambourg. Les passagers en prirent leur parti, sauf Robin, qui terrifié de la responsabilité qu'il encourait, voulut obliger le capitaine à tenir ses engagements, lui fit une scène terrible, eut un accès de rage qui dégénéra en fièvre chaude, laquelle l'emporta trois jours après leur débarquement dans une auberge d'Altoria.

Mlle de Tinténiac resta donc seule avec B... et les Savalette. Elle écrivit à ses parents, sans avoir réponse. La misère ne tarda pas à venir, quand leurs ressources furent épuisées. Ils durent habiter dans une cave, couchant sur des chiffons entassés. M. Savalette, atteint d'une fièvre putride, mourut faute de soins. Les deux jeunes filles furent aussi malades et Jenny succomba, répétant dans son délire à son amie : "N'oublie jamais que le comte d'Artois m'a laissée périr de misère et qu'il doit sept millions à ma famille".

B..., homme d'expédients, imagina qu'il lui serait possible, bien que Jenny n'exista plus, d'obtenir quelques recours de la famille royale, qu'il accabla de lettres et de suppliques en les signant du nom de Jenny et en faisant passer celle-ci pour la fille même de l'ancien garde du Trésor Royal. Cela demeura sans effet. Mlle de Tinténiac, restée seule avec lui, devient sa maîtresse (indolence, promiscuité) et l'on prétend qu'il poussa l'infâmie jusqu'à faire de la pauvre fille son gagne-pain.

 

Enfin, après Brumaire, sa famille la retrouva et une dame de X... la ramena en France. B... avait disparu. Les années s'écoulèrent, le cauchemar s'effaça, elle oublia son temps d'émigration et de misère et finit par épouser, en 1810, le comte de Saint-Roman.

"La nouvelle comtesse de Saint-Roman était citée comme un modèle achevé de toutes les vertus ; ce qu'on savait de ses malheurs passés, sa piété, l'espèce de résignation inquiète qu'elle apportait à la pratique de la vie, sa haute situation de fortune, lui attirait d'unanimes hommages : elle consacrait la plus grande partie de son temps aux oeuvres charitables et son renom de sainteté grandissait chaque jour". Sous la Restauration, la fréquentation des personnes en vue et "son intimité avec la duchesse d'Angoulême, la classait parmi les hautes personnalités de la société royaliste de Paris où elle habitait, avec son mari et une partie de sa famille, un vaste hôtel rue de la Perle, dans le quartier du Marais."

 

Un jour, c'était à la fin de 1815, une visiteuse la demanda. Quand elle eut soulevé son voile, Mme de Saint-Roman reconnut B..., travesti en femme, qui tout de suite posa son rôle. " Je suis ta vieille amie d'émigration, Jenny Savalette de Langes, te rappelles-tu ? ". Il lui exposa son plan : tirer parti des allusions de Jenny aux millions empruntés et pour cela se présenter aux princes comme la descendante directe de leur créancier. Le succès était certain, si une personne autorisée et bien en cour comme l'était Mme de Saint-Roman consentait à attester son identité et à l'appuyer de son influence.

 L'homme-femme qui se faisait passer
pour Jenny Savalette de Langes

Sous son déguisement, il était "une femme grande et sèche, portant un tour de cheveux et des brides de chapeau très garnies qui dissimulaient les contours de son visage".

Du reste, il n'avait rien à ménager et, en cas de refus, il n'hésiterait pas à faire naître un épouvantable scandale en révélant le passé de la comtesse. La malheureuse femme se sentit perdue : elle courba le front pour sauver l'honneur du nom qu'elle portait, elle promit !

C'était horrible ; de ce jour commença pour l'infortunée comtesse un supplice dont chaque heure avivait la cruauté : elle était désormais condamnée à voir toujours rôder autour d'elle le fantôme de ce passé sinistre qu'elle avait cru mort depuis tant d'années. Ce passé si soigneusement caché à tous, se redressait vivant à ses côtés, il prenait corps jusque chez elle et se mêlait à sa vie.

Son existence devait être désormais un mensonge de tous les instants. Il lui fallait refouler ses larmes, cacher ses douleurs, tromper tous ceux qu'elle aimait. Elle dut se présenter en souriant à l'odieux personnage, vanter ses vertus, le recommander, faire valoir ses titres à la reconnaissance et à l'affection des siens, tremblant sans cesse qu'un hasard fatal vint dévoiler l'imposture dont elle se rendait complice.

L'intrus paraissait plus calme et moins troublé ; il jouait son rôle avec une habileté déconcertante. Il avait pris de la femme les allures, les manières, la tournure, et aussi les habitudes et les occupations : il façonnait, non sans art, des bonnets de dentelle et des menus ouvrages de broderie ; il parlait savamment de cuisine et ses recettes d'entremets étaient très demandées. Chaque jour, il courait les bureaux de placement, cherchant des bonnes, procurant aux personnes pieuses de ses relations, des servantes sûres, qu'il dressait au service. Il s'était instruit de généalogie et parlait en personne experte des familles nobles.

L'entourage de Mme de Saint-Roman traitait Jenny Savalette de Langes (puisque c'est le nom qu'il avait usurpé) en parente quelque peu susceptible, mais pleine d'indulgence. Comme son visage piquait un peu, les enfants l'appelaient Tante Barbe. Grâce au soutien de Mme de Saint-Roman, elle obtint diverses pensions du roi et du comte d'Artois et un appartement à Versailles.

Et l'aventurier soutint à merveille ce rôle sans une faute, sans une défaillance pendant des années ; années de torture pour la malheureuse comtesse. Elle se trouvait en présence de ce dramatique dilemne : Révéler le secret qui l'étouffait et sacrifier par cette révélation l'honneur et le repos de tous les siens, ou se dégrader elle-même, à ses propres yeux, en secondant par son silence le misérable qui l'exploitait avec un si audacieux cynisme.

Il paraît vraisemblable qu'au bout d'un certain temps ce supplice se trouva au-dessus de ses forces. Epuisée, n'en pouvant plus, elle dut prendre le parti de révéler son martyre à son mari qui l'aimait tendrement et connaissait toutes ses vertus.

Et donc, Mme de Saint-Roman et son entourage éliminèrent peu à peu le misérable qui passa ses dernières années dans une existence d'inquiétudes continuelles et de déménagements hâtifs. Il mourut en 1858 à Versailles et son sexe fut reconnu par les personnes chargées de l'ensevelir.

 

Cette histoire intrigua fort le public et l'on crut voir en ce personnage mystérieux, soit Louis XVII, soit un personnage politique compromis dans quelque sombre intrigue, soit un grand criminel qui avait adopté ce moyen pour échapper au châtiment. La réalité était moins passionnante et au lieu du héros lamentable ou tragique, il ne reste plus qu'un assez banal gredin. Qui était-ce ? c'est une question à laquelle on ne devrait jamais répondre : somme toute, il vaut mieux ne pas savoir.

 

Rolland Le Tom

 

signature Le Tom
  • Serviteur du marquis de Tinténiac, puis bourgeois de Paris
  • Acquéreur de Brezal en 1796
     
  • Né le 10 septembre 1755 - St-Pol-de-Léon
  • Décédé entre 1831 et 1835 à Paris
  • A près de 80 ans

Parents

Mariage et enfants

    Marié le 1er mai 1787 à Paris, avec Victoire Honorine GILLES, née le 18 décembre 1754 à Paris, dont

Relations

Frère et soeur

Biographie

... à suivre...

C'était une première approche dans la découverte du personnage de Roland Le Tom. Mais bien des questions se posent encore :
1 - quelles étaient ses relations réelles avec la famille de Tinteniac à Brezal ? à Paris ?
2 - d'où provenait la fortune de Le Tom pour acheter tout Brezal ? propriétaire à Paris ? Oui, mais de quoi et comment ? quelle était la fortune de ses parents ?
3 - quelles étaient ses occupations parisiennes ? gérant de biens ?
4 - quel service a-t-il rendu à la cause royale pour mériter une pension ?

 

Dès que nous découvirons une réponse ou deux à ce sujet, nous ne manquerons pas de mettre à jour cette page. A suivre...

 

Chose promise, chose due, voici quelques réponses :
 

  1. Nous avons noté les liens de Rolland Le Tom avec le lieu de Brezal avant la Révolution et donc ses liens avec du marquis Hyacinthe-Joseph de Tinteniac. Nous avons remarqué la présence de François-Hyacinthe de Tinteniac, le père du précédent, lors de la signature du son contrat de mariage à Paris. Ce même contrat nous précise que Le Tom reçoit "200 livres de pension viagère que luy fait M. le Comte de Tinteniac", certainement pour les services qu'il rendait à celui-ci.
    Il était donc aussi le serviteur de Francois-Hyacinthe et c'est probablement lui qui l'a conduit à Paris. On sait, ne serait-ce que par la lecture des archives notariales de Paris, que les nobles du Léon et de Cornouaille fréquentaient beaucoup la capitale au 18è siècle... et parfois la famille royale.
     
  2. Quant à la fortune nécessaire pour acheter Brezal, elle devait être importante. En effet, voici, dans l'encadré à droite, les prix de vente au moment de la révolution (je n'ai pas les prix de rachat par Le Tom, mais ils devaient être assez proches) :
      - Le manoir et pourpris de Brezal ... 33.883 livres 
      - la Grande Métairie de Brezal (*)141.000 livres 
      - le moulin de Brezal7.200 livres 
      - le lieu de Brezalou2.700 livres 
    Total  184.783 livres 

      (*) Elle fut adjugée à Le Tom pour 141.000 livres !!! 
      alors que sa mise à prix n'était que de 5.830 livres.
    Par rapport à ce prix, le contrat de mariage précise la fortune du couple, dix ans environ plus tôt :
    "Les futurs époux se marient avec les biens et droits à chacun d'eux appartenant.
       Ceux du futur époux consistent
    en une somme de 6.000 livres en deniers comptants
    en ses habits, linges, hardes, bijoux et meubles qu'il évalue être de la somme de 3.000 livres
    en trois maisons scises à St-Paul-de-Léon : une rue du Four, une autre Grande Rue et la 3è au Porsemeur
    et en 200 livres de pension viagère que luy fait M. le Comte de Tinteniac.
    Le tout provenant de ses gains et épargnes et dont il a donné à connoitre à ladite future épouse.
       Ceux de la future épouse consistent
    en une somme de 6.500 livres en deniers comptants
    en ses habits, linges, hardes et bijoux à son usage qui sont de la valeur de la somme de 5.300 livres
    en un billet de la loterie royalle établi par arrêt du conseil du 5 avril 1783 Nté 34126 et garni de ses coupons d'intérêts à compter de la présente année,
    le tout provenant de ses gains et épargnes.
    en ses droits en la succession de ses père et mère dont elle est héritière pour un cinquième et constatés par l'inventaire fait après le décès de ladite dame sa mère par Me Lemoine, l'un des notaires soussignés le 20 mars dernier et qui ne sont pas encore liquidés,
    et en une somme de 1.500 livres à elle due par la succession de la dame sa mère pour le montant du legs de pareille somme à elle fait par S. Charles Lemaître par son testament reçu par ledit Me Lemoine le 22 novembre 1783,
    dont du tout elle a donné à connoitre audit S. futur époux qui consent de demeurer chargé des deniers comptants, habits, linges, hardes et bijoux cy-dessus énoncés ainsy que dudit billet de loterie susnommé par la seule célébration dudit futur mariage."

    Un peu juste pour acheter Brezal, non ? En 10 ans, leur fortune se serait-elle considérablement accrue ?
     
  3. Question à traiter
     
  4. Question à traiter
     

 

ancien château de Brezal
L'ancien château de Brezal, tel que l'acheta Rolland Le Tom.

 

Sylvain Gabriel Ferrand de Saligny

 

signature Saligny
  • Négociant à Paris, fonctionnaire aux impôts, directeur des contributions indirectes
  • Acquéreur du moulin à papier de Brezal en 1798
     
  • Né le 17 mars 1768 - Bourges (Cher)
  • Décédé le 17 mai 1831 - Corbeil (Essonne)
  • A l'âge de 63 ans

Famille

Jean FERRAND, fermier de la seigneurie de Bengy, marié avec Espérance BARDET, dont

La famille est originaire de Bengy-sur-Craon, département du Cher, situé à une trentaine de kilomètres à l'est de Bourges. Le village de Saligny-le-Vif se trouve à cinq kilomètres de Bengy.

Notes

cadastre de Plouneventer
1 - Saligny, acheteur de biens nationaux :

 

Sylvain Gabriel Ferrand de Saligny nous intéresse particulièrement car il fut l'acquéreur du moulin à papier de Brezal, quand celui-ci fut vendu comme bien national le 6 floréal an VI, c'est-à-dire le 25 avril 1798.

 

Mais le moulin à papier de Brezal ne fut pas le seul bien national qui l'intéressa : il acheta, dans le Finistère, tous les biens qui suivent dans le tableau ci-dessous.

Cette liste a déjà le mérite de nous préciser que son nom complet était "Sylvain Gabriel Ferrand de Saligny" et qu'il était négociant à Paris. Heureusement car sur certains documents il est nommé simplement "Saligni" ou "Ferrand Saligni" ou "Silvain Gabriel Saligny".

 

 

 

Rappel

Le moulin à farine, près de l'étang de Brezal, fut lui acheté par Michel Le Lann pour le compte de Rolland Le Tom.
 
 
Biens nationaux achetés par Saligny dans le Finistère, du 20/4/1798 au 23/7/1798 (ADQ 1 Q 1209 à 1215) :

ParoisseBienPropriétaire précédentNom de l'acheteurDate de l'achatPrix
GuilerKerboroueD. R.Saligny1 floreal an VI 
Kerlouan
  1. Un parc et parcelle de terre sablonneuse au terroir
    de Pors Huella
  2. Autre étendue de terre sablonneuse à Pors Huella 
Evêché de Saint-PolFerrand Saligny5 thermidor an VI  
KerlouanQuatre pièces de terre sablonneuse au terroir de Pors HuetEvêché de Saint-PolFerrand Saligny5 thermidor an VI 
KerlouanPièce de terre sablonneuse au terroir de QuellenecEvêché de Saint-PolFerrand Saligny5 thermidor an VI 
Kersaint-Plabennec Parc an ortil ou parc ar sant à KeroulachFabrique de PloudanielSilvain Saligny4 germinal an VI 
Lampaul-GuimiliauParc Santes Anna au terroir de GuernopicFabrique de Sainte-Anne Silvain Saligny21 floréal an VI 
Lampaul-Guimiliau Le terroir de GuernospicFabrique de Sainte-AnneSilvain Saligny21 floréal an VI 
Lampaul-Guimiliau Le parc FoennecFabrique de Sainte-AnneSilvain Saligny24 floréal an VI 
Loperhet KerandraonLaval MontmorencySilvain Gabriel Saligni, négociant,
demeurant ordinairement à Paris
4 germinal an VI32.100 F
LoperhetKerlaouenLaval MontmorencySilvain Gabriel Saligni, négociant,
demeurant ordinairement à Paris
4 germinal an VI13.200 F
LoperhetAutre lieu de KerlaouenLaval MontmorencySilvain Gabriel Saligni, négociant,
demeurant ordinairement à Paris
4 germinal an VI19.000 F
PloudanielAutre lieu de LanguillyBarbier de LescoetGuillaume Le Gennie,
Gabriel Saligny Ferrand 
5 fructidor an VI 
PlouneventerMoulin à papier de BrezalTinteniacSilvain Gabriel Saligny,
demeurant à Paris
6 floreal an VI14.300 F

Autres biens convoités par Saligny, mais qui ont été acquis par de meilleurs enchérisseurs :
- le moulin à papier de Penn-ar-Fers en Ploudiry, produisant le revenu de 216 francs sera acheté par Salomon Piton, demeurant audit moulin, pour 42.100 francs
- le moulin de Lansolot en Plouneventer, produisant un revenu de 275 fr. sera acheté par Jean Peron, demeurant au moulin, pour 24.100 fr.
- le lieu de Brezalou et dépendances sera acheté par François Marie et Yves Marie Derrien, de Landivisiau, pour 52.400 francs
 
On constate une grande dispersion des biens achetés.


2 - Quelques jalons dans la vie de Saligny :

 

 

 

3 - La fortune du père, Jacques Gabriel Ferrand de Saligny :

 

Les activités de négociant de Sylvain Gabriel lui fournirent-elles les revenus nécessaires pour acheter tous ces biens nationaux dans le Finistère ? On peut en douter car il délaissa ces activités pour consacrer la majeure partie de sa vie professionnelle au service de l'état comme fonctionnaire de l'administration fiscale. Par contre, la fortune de son père a pu rendre possible toutes ces acquisitions.

 

Jacques Gabriel Ferrand de Saligny fut l'un des grands notables du département du Cher à son époque. L'apparence nobiliaire que lui confère le port de la particule n'a aucun autre fondement que l'ascension sociale de sa lignée, articulée sur le passage du service seigneurial au service de l'état. Son aïeul Jean Ferrand, époux d'Espérance Bardet, était fermier de la seigneurie de Bengy. Son père, Jean Robert Ferrand, uni à Gabrielle Lesellier, adjoignit à cette lucrative activité la fonction de subdélégué de l'intendant à Bengy.

Jacques Gabriel, devenu avocat en parlement, fonction qu'il n'exerça pas, et sieur de Saligny, se consacra à la mise en valeur de ses domaines fonciers. La stature familiale et personnelle de Ferrand de Saligny a déjà suffisamment de relief à la fin de l'Ancien Régime pour qu'il soit appelé comme député du tiers au sein de l'assemblée provinciale du Berry dès sa création.

Son opulence est déjà considérable sous l'Ancien Régime. Son second contrat de mariage, dressé par Me Colinet à Nérondes le 14 novembre 1775, chiffre la valeur de ses apports à 71.000 livres en immeubles, bestiaux, grains, argent et effets. Ceux de sa conjointe montent à 23.268 livres en biens fonciers et bestiaux à Nérondes, Les Aix et Parassy, outre des promesses successorales diverses de quelques milliers de livres. Les revenus de notre notable sont évalués à 8.000 F en 1793 de même qu'en 1809, ce qui correspond à un patrimoine (minoré par rapport à la réalité) de 160.000 F.

Possédant déjà très aisé avant 1789, comme on l'a vu, il accroît encore son patrimoine à la faveur du grand marché des biens nationaux. Le 10 mai 1791, il fait emplette d'une maison du cloître Saint-Etienne pour 15.000 livres. Le 4 juin suivant, il acquiert pour 83.000 livres la maison seigneuriale et la réserve de Bengy, ainsi que, moyennant 27.100 livres, l'ancien moulin de Bengy et ses dépendances. Les conditions de paiement de ces biens provenant de l'église de Bourges en font des acquisitions particulièrement avantageuses : en effet, leur règlement, échelonné en quinze termes pour le premier et onze pour le second jusqu'en 1795, s'effectue exclusivement en assignats. Enfin, Ferrand de Saligny complète ses achats par une parcelle de douze boisselées de terres venant de la fabrique de Bengy le 29 thermidor en II (16 août 1794) pour 605 F.

 

Les termes des règlements de ses acquisitions dans le Cher s'achevant en 1795, Ferrand de Saligny put sans doute retrouver quelques ressources pour des achats supplémentaires en Finistère en 1798.

 

Suspecté d'être contre la Révolution, il fut emprisonné temporairement, mais redevenu un homme d'influence avec la stabilisation consulaire, l'ancien suspect dresse à la demande du préfet la liste des prétendants potentiels aux mairies rurales environnantes en l'an VIII. Lui-même fait partie de la première série de maires nommés par l'arrêté du 9 floréal an VIII (29 avril 1800), qui lui confère la municipalité de Bengy-sur-Craon. Répertorié parmi les notables départementaux du Cher le 26 nivôse an X (16 janvier 1802) et membre du collège électoral du département, il est classé parmi les Soixante propriétaires les plus distingués du Cher en 1806. Renouant avec son ancienne participation à l'assemblée provinciale du Berry, il est nommé conseiller général du Cher le 3 mai 1807.

Notable riche et respecté, Ferrand de Saligny est jugé "très estimé et très attaché au gouvernement" par l'administration préfectorale en mai 1809. Il meurt trop tôt, le 29 juin 1814 à Bourges (à 74 ans), pour pouvoir démentir cette appréciation en faisant allégeance à la Restauration.

L'heureux possédant pointe au 18è rang des trente principaux contribuables du Cher de l'an XIII avec 2.721,40 F de cote d'imposition, et progresse au 13è rang du même classement en 1811. Son bilan successoral approche les 250.000 F. La déclaration faite au bureau de Bourges le 10 décembre 1814 se monte à 58.909 F. Les biens de la communauté y incluent les effets mobiliers et la maison familiale de la rue Moyenne (d'une valeur de 24.000 F), mais la maison du cloître de Saint-Etienne (pour 14.000 F) et 5.408,50 F de capitaux de rentes sont des propres du défunt. La part de succession relevant du bureau de Baugy est majoritairement composée des biens propres. Le total qui y est déclaré le 14 décembre est de 4.000 F de mobilier et de 182.936 F d'avoirs immobiliers, réunissant la maison du maître de Bengy et ses dépendances, cinq domaines agricoles (Les Prugnes, Crevolles, Argenton, Saligny et la Croix Blanche), une dizaine de locatures, huit prés, six bois, un taillis, une chenevière et diverse parcelles de terres, ainsi que de nombreux lots de bestiaux affermés en baux à cheptel.

Rédigé avec des extraits de l'ouvrage Les grands notables impériaux - département du Cher - vol. 29

 

4 - Pourquoi des achats dans le Finistère si loin de Bourges ?

 

La question reste à étudier.

 

 

Guillaume Le Roux, acquéreur de Brezal en 1847

 

signature Guillaume Le Roux
  • Fabricant de toile, co-fondateur et associé de la Société linière de Landerneau,
    propriétaire terrien, conseiller général
  • Acquéreur de Brezal en 1847
  • Bâtisseur de l'actuel château de Brezal et de sa chapelle
     
  • Né le 1er janvier 1794 à Landivisiau
  • Décédé le 9 octobre 1868 au château de Brezal, Plouneventer
  • Inhumé dans la chapelle de Brezal
  • À l'âge de 74 ans

Parents

 

Guillaume Le Roux, père, était l'un des 26 administrateurs du Finistère, guillotinés le 22 mai 1794, pour cause de libéralisme. Il fut exécuté l'année même de la naissance de son fils Guillaume, dont nous parlons ici.

Le mariage de Guillaume et de Marguerite "rassembla de nombreux marchands de toile dont Guy Le Guen de Kerangal et Jacques Queinnec, futur Conventionnel et cousin du marié. Les épousailles sont endeuillées par le décès de Louis-François Le Roux, âgé de 54 ans, qui meurt le lendemain du mariage de son fils. L'inventaire effectué après le décès de ce marchand de toile est tout à fait exceptionnel : le défunt laisse, en biens meubles, une valeur de 111.333 L., dont près de 100.000 L. en fil et en toiles. C'est l'inventaire le plus important qui soit connu dans le groupe social des Juloded. Jean Tanguy estime que ce marchand de toile faisait travailler quelques 200 tisserands" (source L. Elegoet).

Sur ce cliché de 1868, Guillaume Le Roux, peu de temps avant son décès, avec à sa droite son gendre Charles Huon de Penanster (1832-1901), à sa gauche ses fils Albert (1839-1912) et Léon (1837-1912). Assises, la femme d'Albert, Zoé Puyo (1848-1879), et celle de Charles, Claire Le Roux (1849-1927) avec son 1er enfant (source vhdp).

Mariage et enfants

    Marié le 2 février 1835, St-Segal, avec Clara BAZIL (Marie Gabrielle Clara à l'état-civil), née le 3 octobre 1810, Port-Launay, décédée le 25 septembre 1891, Lourdes, inhumée dans la chapelle de Brezal (à 80 ans), dont

 

Clara Bazil est fille de Jean (né à Landunvez en 1775, décédé à St-Segal le 16/1/1829), capitaine au long cours et de Marie-Anne Le Marchadour, négociante. En 1835, Ildut-Marie Bazil, oncle paternel de la mariée, est négociant à Brest, alors que l'oncle maternel Gabriel Le Marchadour est notaire à Châteaulin.

Biographie

 

Léon-Guillaume Le Roux, fils de Guillaume et frère d'Albert

 

  • Surnom : Brelipic, le Léonard
  • Associé de la Société linière, diplomate, consul de France
     
  • Né le 9 septembre 1837 - Rue de l'église, Landivisiau
    Ernest Guillaume Marie Léon Le Roux à l'état-civil
  • Décédé le 23 septembre 1912 - Sarzeau
  • Enterré le 26 septembre 1912 - Chapelle de Brezal, Plouneventer
  • À l'âge de 75 ans

Parents

Mariage et enfants

   Marié le 22 novembre 1887, Comté de Lancastre, Grande-Bretagne, avec Julia Adèle HERMAN, née en 1860, Bahia, décédée en 1948, Vannes (à l'âge de 88 ans), dont

Biographie

 

 

Albert Le Roux, fils de Guillaume et frère de Léon-Guillaume

 

Albert Le Roux
  • Banquier, dirigeant de la Société linière
  • Né le 22 mai 1839 - Rue de l'église, Landivisiau
    Pierre Edouard Guillaume Albert Le Roux à l'état-civil
  • Décédé le 11 septembre 1912 - Château de Brezal, Plouneventer
  • Enterré au cimetière St-Augustin de Morlaix,
    dans le caveau de la Famille Homon avec sa femme et ses deux filles.
  • À l'âge de 73 ans

Parents

Mariage et enfants

Marié le 18 juin 1866, Morlaix, avec Zoé PUYO, née le 26 décembre 1848, Rennes, décédée le 4 mars 1879, Rue de la Villeneuve, Morlaix, inhumée au cimetière St-Augustin de Morlaix (à 30 ans), dont :


Par son mariage avec Zoé Puyo, fille d'Edouard et de Marie Caroline Zoé Homon, Albert Le Roux se trouve apparenté aux familles riches de Morlaix : les Puyo, Homon, Corbière, ... dont Charles Louis Homon, le grand-père de sa femme, qui fut l'un des fondateurs de la Société linière du Finistère en 1845.

Biographie

 

 

Marguerite Ricbourg, "Mme André", médium en 1960

 

Marguerite Ricbourg
  • Marchande ambulante, médium
  • Née en 1899 en Haute-Vienne

 

De 1950 à 1962 au moins, vivait à Pont-Christ un couple de retraités, connus sous le nom de "M. et Mme André". Ils habitaient la maison qui se trouve devant le porche de l'église de Pont-Christ et se nommaient en fait André Gambon et Marguerite Ricbourg.

André s'était fait jardinier et cultivait intégralement le terrain qui se trouvait devant sa maison. Beau travail, superbe potager : on peut le voir sur une carte postale d'époque, entre sa maison au ras du clocher et la ferme au premier plan. Il avait aussi installé, à l'angle nord-ouest du jardin, vers l'Elorn, une volière où l'on pouvait voir des tourterelles, des faisans, mâle et femelle, des poules, ... etc... La volière n'existe pas encore sur la carte postale.

Quant à Marguerite, sa spécificité la plus surprenante nous allons la dévoiler ici : elle était médium. Voici un article paru dans le Télégramme du 30/11/1960, qui commençait la série d'une dizaine d'articles intitulés "licenciés es sciences occultes ou es-fumisterie ?"

 

Mme André (Pont-Christ) : "Une mère m'a proposé une fortune pour faire disparaître la fiancée de son fils".
"Non, je ne suis pas une 'surfemme'. Pas davantage une sorcière. Je suis même surprise que tant d'hommes aussi instruits, aussi intelligents, viennent me consulter, moi qui n'ai que mon certificat d'études. Mais je me dis que s'ils viennent c'est qu' "on" leur a parlé de moi en bons termes. Alors je suis heureuse."
Mme André a 60 ans. Elle est originaire de la Haute-Vienne. Elle vit dans le cadre ravissant de Pont-Christ, entre Landerneau et Landivisiau depuis 10 ans. Pourquoi a-t-elle choisi la Bretagne ? Parce que la Faculté le lui a ordonné. Au pied d'une rivière tranquille, elle mène une vie saine, la vie des paysans locaux, à l'ombre des ruines de cette chapelle dont on a dit qu'elle avait inspiré un des plus grands succès de Jean Lumière, d'abord, de Tino Rossi ensuite :
     "Je sais une église au fond d'un hameau
     Dont le fin clocher se mire dans l'eau
     Dans l'eau pure d'une rivière..."
Rien ne liait davantage à la Bretagne son mari, un homme robuste, dont le regard et les rares paroles paraissent traduire une grande bonté. Il a suivi sa femme, tout simplement. Lui est d'origine ardennaise et a passé le plus clair de sa vie à Montmartre. Ses intonations, parfois, sont celles que l'on entend lorsqu'on gravit la rue Lepic ou la rue Caulincourt, qui donnent accès à la fameuse "butte". Mais il s'est efforcé de s'intégrer à la vie locale.

Mme André

"Comme les fruits et les légumes"
Mme André et son mari sont donc dans la région depuis 1950. Ils pensaient, à leur arrivée, vivre paisiblement le reste de leur âge dans leur charmante maisonnette rustique, où tout respire la quiétude, la sérénité, le délassement. Et puis ils connurent des revers, ce qui arrive à tout le monde. Il fallut travailler. Lui bricola, s'occupa d'élevage. Elle se décida à exploiter ce qu'elle appelle un don.
"Certes, depuis mon installation en Bretagne, dit Mme André, je donnais des consultations, mais uniquement à des amis, comme cela, pour le plaisir. Je ne le fais d'une manière officielle que depuis deux ans.
- Comment ce "don" vous a-t-il été révélé ?
- J'ai toujours été persuadée de posséder un pouvoir particulier. Tenez, depuis mon enfance - il me serait possible de vous le confirmer - j'ai été avertie des morts survenant soit dans ma famille, soit chez des amis. Comment me direz-vous ? Je n'en sais rien. Ce doit être un phénomène nerveux inexplicable. Ce qui est sûr c'est que, lorsqu'un décès se produit chez mes proches, j'éprouve un raidissement de tout le corps, tandis que mon visage devient extrêmement pâle. Dans mon entourage on s'interroge. On croit que je suis souffrante. Mais moi je sais qu'une nouvelle tragique ne tardera pas à me parvenir.
- Est-ce cette seule particularité qui vous a conduite aux sciences occultes ?
- Non, il y a lieu d'y ajouter le somnambulisme et l'astrologie. Les astres ont une grande importance. Nous sommes régis par eux comme le sont, par exemple, les fruits et les légumes. En outre, ils permettent de prévoir les périodes de malchance ou, au contraire, de totale réussite. Il y a, vous le savez, des jours où tout va bien et d'autres où tout va de travers. Il faut y voir l'influence astrale et elle seule".

La Bretonne est autoritaire
Je comprenais mieux à présent pourquoi les ruraux de la région disaient de Mme André qu'elle n'était pas des leurs. Elle s'exprimait différemment, avec plus de recherche, plus de lenteur. En outre, elle portait, aussi bien pour ses consultations que pour ses travaux domestiques, le pantalon, ce qui est peu courant chez les fermières du département. De plus, elle se fardait, discrètement certes, mais incontestablement, ce qui est tout aussi inhabituel chez les paysannes, à l'heure où elles vaquent aux travaux des champs. Mais, même à supposer qu'il y eut à mon égard une légère prévention, due soit à ses origines, soit à sa profession, Mme André n'en déclarait pas moins avec force et toutes les apparences de la sincérité : "Je suis une Bretonne de coeur !"
Elle vouait, me disait-elle, une réelle estime à ses compatriotes de rencontre, mais avait remarqué que la Bretonne était autoritaire, très autoritaire et qu'elle était, tout comme son mari, disons économe de ses deniers. Ce souci de l'épargne conduisait ses clients bretons - enfin certains d'entre eux - à discuter le prix de la consultation, à "chipoter".

Selon les périodes
Je voulus savoir s'il existait, en quelque sorte, une saison pour les consultations ou, au contraire, si elles constituaient un courant permanent. "Non, fit le médium. Il existe, si vous voulez, une mode. Elle dure plus ou moins longtemps, disparaît, puis revient au premier plan.
- A quoi est-ce dû ?
- Je serais tentée de vous répondre que tout dépend des événements. Pour ce qui me concerne, j'ai une abondante clientèle de commerçants et d'industriels, tous plus ou moins préoccupés par le climat de crise dans le quel nous baignons actuellement. C'est un fait que les affaires sont difficiles. Alors ils viennent me voir, me demander conseil. Ils sont parfois désemparés.

Le démon de 5 à 7
- Vous arrive-t-il de distribuer des recommandations d'ordre sentimental ?
- Je reçois, je dois dire, très peu de jeunes filles. Lorsqu'elles viennent, elles sont épouvantées.
- Pourquoi ?
- Je l'ignore. Mais je répète qu'elles ont peur. Par contre, j'ai fréquemment la visite de "femmes honnêtes mais désoeuvrées". Elles s'ennuient. Un garçon séduisant leur a fait la cour. Elles sont tentées par le démon de midi. Elles hésitent. Moi je leur fais toujours la même réponse : "Le feu, un jour, brûlera vos ailes et vous retomberez moins propre qu'avant. Je m'efforce toujours de conseiller dans le sens de la morale. C'est ainsi que je puis vous affirmer que j'ai réussi à éviter plusieurs divorces qui paraissaient cependant irrémédiables.
- Le pourcentage de femmes dans votre clientèle ?
- 65 à 70 %. Je répète que beaucoup d'entre elles s'ennuient et bâtissent des romans."

Voyance et arithmétique
Mme André, d'autre part, m'explique qu'un certain nombre de jeunes gens venaient la consulter à la demande de leur mère. Ils avaient échoué à leur examen ou, nantis de diplômes, ils hésitaient sur le choix d'une carrière. Alors on venait demander au médium ce qu'il en pensait. C'étaient là des questions d'un type courant, banal. D'autres interventions se révèlaient beaucoup plus insolites. Témoin, celle d'une mère de famille, entre deux âges, qui suppliait : "Mon fils, le plus beau garçon de la terre, le plus intelligent aussi, s'est amouraché d'une fille de peu. Le mariage doit avoir lieu prochainement. Je suis décidée à l'empêcher coûte que coûte et disposée à vous offrir une fortune si vous faites disparaître cette fille. Vous qui êtes médium, ce doit être possible. Dites votre prix. Il sera le mien." Je tiens ici à rassurer les coeurs sensibles et mêmes les autres. Le jeune fille ne fut pas soustraite à la tendresse de son fiancé. Si l'on me passe l'image, la soustraction, un instant envisagée par la mère, se transforma en définitive en addition. Dans quelques mois ils seront trois. Voire quatre, s'ils se présentent des jumeaux.

Textes et photos de Jacques ELIES.

 

 

Les immigrés au cours des siècles

 

Saint Houardon tranversant la Manche - Tableau de Yan Dargent

On parle beaucoup des migrants aujourd'hui en septembre 2015. L'histoire de Pont-Christ nous a-t-elle laissé des souvenirs de l'immigration passée ? C'est ce que nous allons explorer. ATTENTION : Ceci est une RECHERCHE HISTORIQUE, l'illustration choisie de Saint Houardon franchissant la Manche, sur son auge de pierre, le montre bien. Il n'est donc pas question, ici, de faire quelques commentaires que ce soit sur la situation internationale actuelle, ni même d'en suggérer : ce serait déplacé dans le cadre de cette histoire de Pont-Christ.
 

Passons rapidement sur les migrations des "Bretons" christianisés d'Outre-Manche, tel Saint Houardon, qui vinrent s'installer en Armorique du IVè au VIIè siècle (plusieurs sont certainement arrivés jusqu'à Pont-Christ) pour nous arrêter sur des événements plus précis, et si possible nominatifs, qui sont survenus plus tard, et même jusqu'au 20è siècle. J'ai, d'ailleurs, gardé le souvenir d'immigrés fort sympathiques installés à Pont-Christ dans les années 1950.

1 - Patrice MORPHY, Irlandais, au 17è siècle
2 - Les papetiers Normands, à partir du 17è jusqu'au 19è siècle
3 - Quelques personnes au 18è siècle : Parisien, Lamballais, Trégorrois, Indien de Pondichéry
4 - Des Espagnols en 1939
5 - Ramón GERONES, Espagnol
6 - Bir RABIAH, Algérien


1 - Patrice MORPHY

De nombreux Irlandais ont fui leur pays au cours du 17è siècle. Pour quelle raison ? "Henri VIII, roi d'Angleterre protestant, se fait proclamer roi d'Irlande en 1541 et commence ainsi "l'anglicisation" du pays. Celle-ci se traduit par l'implantation dans toute l'Irlande de colons anglais et écossais et par la confiscation des terres de ceux qui refusent la soumission à la couronne britannique et à la religion protestante.

La rébellion des Irlandais s'organise. Mais, après plusieurs années de guerre, les Irlandais doivent capituler. Le traité de Limerick, signé en 1691 et censé garantir, entre autres, les libertés religieuses, est rapidement violé par les anglais qui continuent de confisquer de nouvelles terres aux catholiques pour y implanter des colons protestants. À partir de 1695, le parlement britannique vote toute une série de lois réduisant au minimum leurs droits. Ils sont ainsi exclus de la vie politique, de l'armée, de la magistrature, de l'enseignement et ils n'ont plus le droit de pratiquer leur religion, ni de parler leur langue ou bien de jouer leur musique" (cf l'étude de Patricia Dagier sur l'émigration des Irlandais en Bretagne au 17è siècle.

Ces événements successifs sont à l'origine de cet exode, et si de mombreux Irlandais se sont expatriés c'est parce qu'ils n'avaient pas d'autre choix. Ils ont rejoint la Bretagne, terre d'asile la plus proche, mais aussi l'Anjou, la Normandie et la région parisienne. Ces Irlandais étaient alors qualifiés chez nous d'Hibernois ou d'Irois.

C'est ainsi que nous trouvons en 1695 un Irlandais, nommé Patrice Morphy, domestique de la maison de Brezal.
Il y avait aussi Morphy à Landivisiau (cf deux baptêmes en 1658 et 1659). Par ailleurs, "François Cavanach, fils de Charles et Janne Morfi, né à Landivisiau, devient notaire et procureur à Landivisiau dans les années 1710, alors qu'il n'était encore que domestique en 1704 le jour de son mariage avec Marguerite De La Roche, issue elle aussi d'un couple d'Irlandais".

Mais, revenons à notre Patrice Morphy, il n'eut pas de chance. Voici son acte de sépulture dans l'église de Pont-Christ : "Le 21è du mois d'aoust 1695 mourut Patrice Morphy, Irois de nation, domestique de la maison de Bresall, noié dans l'estang du moulin et enseveli, le 28è, suivant l'ordonnance de monsieur le lieutenant de Landerneau sur la descente dudit corps, par moy soussignant ptre curé dudit Pont-Christ ce même jour en foy de quoy signé françois K/uzore, ptre".


2 - Les papetiers Normands

Les moulins à papier de Bretagne ont été presque tous construits et exploités par des papetiers venus de Normandie. Le moulin à papier de Brezal, qui était situé sur l'Elorn, au lieu-dit La Fonderie aujourd'hui, n'échappe pas à la règle. D'ailleurs, les papetiers qui l'ont exploité portent des noms bien connus dans les départements de la Manche et du Calvados : de La Broise, Faudet, Barbot, Moulin, Huet, Bonel, Georget, Le Hideux... entre autres. Le premier, Jean de La Broise, était présent à Pont-Christ dès 1688 au moins. Voir le chapitre sur moulin à papier de Brezal.


3 - Quelques personnes au 18è siècle
 

On se rend compte que ces personnes étaient attirées par les seigneurs de Brezal.


4 - Des Espagnols

Février 1939 : De nombreux espagnols fuient leur pays à la suite de la chute de la Seconde République espagnole et de la victoire du général Franco, c'est la "retirada". Le 1er février, 2.000 réfugiés arrivent à Quimper par le train et doivent être répartis dans différentes communes du département. Pont-Christ accueille une famille de trois personnes et deux jeunes filles.


5 - Ramón GERONES

Né en 1904 en Espagne, après avoir habité Kerfaven, il était logé en 1954 chez Marcel et Yvonne Amiry, tenancière du café-restaurant. Etait-il arrivé à Pont-Christ dans le groupe accueilli en février 1939 ? Je ne sais.

Ramón travaillait à la carrière de Kerfaven. Un jour, il reçut, pendant son boulot, une grosse pierre sur la tête. Il nous montra l'intérieur de sa casquette taché de sang.
Ramón était coiffeur à ses heures. C'est lui qui me coupait les cheveux dans la cuisine du passage à niveau 289. J'avais 5 ou 6 ans à l'époque, c'était donc vers 1956/57. Papa lui servait un verre de vin (ou deux ?). Pendant qu'il s'occupait de mes tifs, il avalait une goutte toutes les cinq minutes et il parlait et il parlait ... Durant son discours, il n'arrêtait pas de faire fonctionner sa paire de ciseaux qui coupait en l'air dans le vide, pointée vers le plafond, avec un petit bruit inquiétant. Et périodiquement, il revenait vers ma tête. Son outil amorçait une courbe descendante comme celle des avions qui bombardèrent ou mitraillèrent la ville de Guernica en 1937. C'est là que que je balisais à mort : j'avais peur qu'il ne m'arrache une mèche ou pire, emporté par ses propos, qu'il ne m'enlève un bout d'oreille. Il faut dire qu'à raison d'un coup de ciseaux, de temps en temps, mon calvaire durait une éternité.


6 - Bir RABIAH

Bir était né le 18/5/1918 à Kendira en Algérie, il était manoeuvre aux Ponts et Chaussées, autrement dit cantonnier. Il a habité Pont-Christ de 1954 à 1968 au moins. En 1968, il était logé dans le café-restaurant. Bir était une figure à Pont-Christ et très apprécié de tous.

 

Sources des informations

 

ADB = Archives Départementales du Finistère à Brest
ADQ = Archives Départementales du Finistère à Quimper
ADLA = Archives Départementales de Loire-Atlantique
AN = Archives Nationales à Paris
AML = Archives Municipales de Landerneau
Pour Rolland Le Tom :
Pour Sylvain Gabriel Ferrand de Saligny :
Pour la famille Le Roux :
Pour "Les immigrés au cours des siècles" :
Pour Marie Jeanne Françoise de Tinténiac :


logo André Croguennec
 A. Croguennec - Page créée le 11/4/2015, màj le 18/9/2016.

  ...  GA  ...