blason de La Roche

Le moulin de Pont-ar-Bled

accueil
Sommaire
des moulins de La Roche

Situation et plans


Carte IGN actuelle.

 

Le moulin se trouve, en Plouedern, sur le ruisseau des "Justices" qui délimite les communes de Plouedern et de La Roche-Maurice (autrefois Plouneventer  ), au bord immédiat de l'ancienne route nationale 12, et donc sur la rive droite de l'Elorn.

En effet, la partie sud-ouest de Plouneventer fut rattachée à la commune de La Roche-Maurice en 1948. X

 

Pont-ar-Bled (ou Pount-ar-Bled en bon breton léonard) : le lieu s"appelle ainsi car autrefois avant la création du moulin, il y avait un pont à cet endroit. Il permettait aux habitants de Plouedern de franchir l'Elorn pour aller faire moudre leurs grains au moulin banal de La Roche. Le pont fut donc appelé le Pont du Blé. Quand le pont eut disparu, on y passait encore à gué.

 

Sur la carte de l'IGN, on voit toujours la marque du chemin partant du pont pour passer par le Clos-Neuf. Pour plus d'informations sur ce lieu, on pourra consulter le chapitre concernant le moulin de l'Elorn.






<<<  Extrait du plan d'assemblage du cadastre napoléonien de Plouedern - 1827
- Section C2 de Quinquis Meur
   (au-dessus de la route vers la croix de Canivinen)
- Section D1 de Cribinet (au-dessous de la route)

Détail du cadastre napoléonien de Plouedern 1827
       et liste des parcelles avec leur propriétaire (état des sections)

          - Section C2 de Quinquis Meur    (à droite)    >>>    >>>
          - Section D1 de Cribinet (ci-dessous) :
PropriétaireLieu-ditNom des parcellesNature
Le Bourg à Landerneau133K/gornec brasMéné brasTaillis
Le Bourg à Landerneau

(Le Dero Yves,
meunier à Lanneuffret, domanier)
134Moulin de
Pont-ar-Bled
Foennegic bihanPré
135Ar vergerVerger
136Moulin
136Sol et dépendances
137Al liors tostaCourtil
138Al liors pellaCourtil

 
Dernière ligne : Section G3 du cadastre de Plouneventer >> 

PropriétaireLieu-ditNom des parcellesNature
Le Bourg à Landerneau
(Le Dero Yves,
meunier à Lanneuffret, domanier)
657Moulin de
Pont-ar-Bled
Jardin al lennCourtil
658Al lennEtang
Le Bourg à Landerneau659K/gornec bihanFoennoc izelaTaillis
652K/gornec brasFoennoc ar ChannPré
653K/gornec brasFoennoc ar ChannTaillis
654K/gornec bihanPicherellouLande
655K/gornec bihanPicherellouPâture
656K/gornec bihanPicherellouLande
Héritiers Le Bourg à Landerneau
(Le Dero Yves,
du moulin de K/antraon, domanier)
808Moulin de
Pont-ar-Bled
Lost lennPré

Origine du moulin

Le moulin apparaît bien sur le cadastre napoléonien de Plouedern élaboré en 1827 et il est dit appartenir à "Le Bourg de Landerneau". Mais est-il très antérieur à cette date ? En fait, Charles Le Bourg, procureur, avoué, notaire, jurisconsulte à Landerneau possédait déjà, au tout début du 19è siècle, de nombreuses propriétés foncières dans les environs et à cet endroit-là. Et le moulin n'existait pas. C'est en 1803 qu'il loua des terrains au bord de l'Elorn, à Pierre Saillour et Marie-Renée Prigent pour y construire le moulin. Cf l'acte du 25 brumaire an 12 (17/11/1803) chez le notaire Brichet, en annexe.

Le contrat est réalisé dans la forme d'une rente convenancière ou d'un bail à domaine congéable, dans laquelle le possesseur d'origine reste propriétaire du fonds, mais le locataire (domanier) devient propriétaire de ce qu'il construit (édifices et superfices), le moulin et ses dépendances. Cette situation durera plusieurs années, la famille Le Bourg et ses héritiers restera propriétaire du fonds, alors que le moulin connaîtra successivement d'autres propriétaires, dont "Yves Le Dero, domanier", nommé dans le cadastre ancien.

En fait, et jusqu'en 1842, on trouvera trois types d'intervenants sur le moulin : 1° le propriétaire du fonds (le terrain) ; 2° le domanier, propriétaire des édifices et 3° le locataire, exploitant du moulin. Bien sûr, pendant quelques années, on verra le domanier exploiter son moulin (Pierre Saillour ou Nicolas Cochard), il n'y aura donc pas de locataire. Les édifices seront achetés en 1842 par le propriétaire du fonds, François Andrieux, et l'on sera alors dans une situation plus classique : un propriétaire et un locataire.

Concernant ce moulin, on lui connaît deux constructions successives :

Comme le montre le cadastre ancien, le vieux moulin se trouvait de l'autre côté de la route de Plouedern par rapport à l'édifice actuel. Et, dans le projet de 1848, le plan de la nouvelle construction montre bien la localisation des deux moulins et des deux étangs constituant leurs retenues respectives :
- l'étang du vieux moulin est en bleu
- celui du moulin à construire est indiqué en bas à gauche du plan.
Comme on le voit sur les plans le vieux moulin faisait partie d'un groupe de 3 bâtiments dont la longueur jouxtait la route de Plouedern. Le bâtiment le plus au sud avait son pignon au ras de la RN 12, il a disparu. En 1846, c'était une auberge qui appartenait à Mme Andrieux (cf acte de vente du 14/4/1846).

 

Question : les deux moulins ont-ils fonctionné simultanément et pendant quelle période ? Dans le projet de construction du nouveau moulin, il était prévu de détruire le vieux moulin et son étang. En effet, nous apprenons, dans la 2è enquête et projet amendé du 26/6/1849, que pour supprimer les risques d'inondation de la RN 12, il faudra "dans le remblai de l'étang du moulin actuel (étang qui doit être détruit ainsi que le moulin) maintenir le sol à un mètre au moins au dessous de la route".

Plan pour la nouvelle construction du 24/11/1848 (ADQ 54 S 10)

Plan pour la nouvelle construction du 24/11/1848 (ADQ 54 S 10)

Ancien étang
Nouvel étang
<< Digue le long du ruisseau
         des Justices
Nouveau moulin >>
|
Ancien
moulin
<< Auberge de la
    veuve Andrieux
Canal de trop-plein
 |
|
Canal
de fuite

Plan pour la nouvelle construction du 24/11/1848 (ADQ 7 S 43)

Plan pour la nouvelle construction du 24/11/1848 (ADQ 7 S 43)


En 2009, avant l'incendie.

Description du moulin

1803Construction du vieux moulin : il n'avait qu'une paire de meules qui était mise en mouvement par une roue à pirouette (voir l'inventaire après décès de Pierre Saillour en annexe)
1847Pétition d'Hervé Le Lann pour la construction du nouveau moulin
1848Elaboration du projet de construction
1852Autorisation de construire donnée par la préfecture le 23 avril
1853Procès-verbal de recolement le 18 avril
Contrairement au moulin précédent, celui-ci était actionné par une roue verticale
1853Remblayage de l'étang du vieux moulin (constaté dans le PV de recolement précédent)
1853 ?Destruction ou désaffectation du vieux moulin
xxxxRemplacement des meules par des cylindres   
1934Remplacement de la roue à augets par une turbine
19xxAjout d'un moteur Diesel
Vers 1965Arrêt du moulin
2010Incendie et réfection des bâtiments
 
 


Les cylindres de minoterie sont des cylindres métalliques entre lesquels passe le grain lors de sa mouture dans les meuneries industrielles. Ces cylindres remplacent les meules à grains qui étaient utilisées auparavant.

Le système de mouture sur cylindres, qui semble s'installer en France à partir de 1885, s'impose ensuite rapidement. Cette nouvelle technique permet d'accroître considérablement la capacité de production des moulins et fait entrer la meunerie dans l'ère industrielle ; ces moulins deviennent alors des minoteries.

 

Propriétaires successifs

 

Le vieux moulin
1802Charles Le Bourg
(propriétaire foncier)

"Charles Le Bourg s'établit à Landerneau vers 1770 en qualité de procureur et de notaire. Né, en 1750, à Beuzeville-sur-le-Vey dans le diocèse de Coutances, il épouse à Lesneven, le 2 juin 1772, Anne-Yvonne Miorcec de Kerdanet, fille de Jacques, avocat, et de Louise-Charlotte Brichet. On le voit arrondir régulièrement son domaine, notamment par l'acquisition de biens nationaux. En 1822, il acquitte 1.119 F d'impôts directs et fait par conséquent partie des 167 éligibles du Finistère, c'est-à-dire des 167 hommes en âge de voter qui versent annuellement 1.000 francs d'impôts directs ou plus. " (source Les Juloded - Louis Elegoët).


Charles LE BOURG, né vers 1743, Beuzeville-sur-le-Vey (Manche), décédé le 24 novembre 1824, Landerneau (à 81 ans), procureur, avoué, notaire, jurisconsulte.
Marié le 2 juin 1772, Lesneven, avec Anne Yvonne MIORCEC de KERDANET, dont
  • Louise Michele Marie LE BOURG, née le 15/8/1773, St-Houardon, Landerneau, décédée le 21/7/1774, Landerneau (à 11 mois).
  • Mathurin Charles Achille LE BOURG, né le 6/11/1774, St-Houardon, Landerneau, décédé le 26/4/1804, Landerneau (à 29 ans), jurisconsulte.
  • Jacques Daniel François LE BOURG, né vers 1777, décédé le 4 avril 1832, Landerneau (à 55 ans), avocat.
  • Charles Louis Marie LE BOURG, né le 21 août 1780, St-Houardon, Landerneau.
  • Lucile Marie Anne LE BOURG, née en 1791, décédée le 20 mars 1794, Landerneau (à 3 ans).
  • Anne Yvonne Marie LE BOURG, née le 19 mai 1792, Landerneau, décédée le 25 mai 1794, Landerneau (à 2 ans).
Charles le Bourg ne possédait que le terrain le moulin n'existait pas encore.
1803Pierre Saillour
(domanier)
Charles Le Bourg loue son terrain à Pierre Saillour pour y bâtir le moulin de Pont-ar-Bled. cf Vente-bail Le Bourg à Saillour d'un terrain à Pont-ar-Bled - 25 brum 12 - 17/11/1803 - Notaire Brichet (ADQ 4 E 90/49)

Pierre SAILLOUR, décédé le 14 décembre 1816, Moulin de Pont-ar-Bled, Plouedern, meunier.
Marié le 13 août 1781, St-Houardon, Landerneau, avec Jeanne MADEC, décédée le 19 décembre 1787, Moulin de Kermoalec, Landerneau, dont
  • Jean SAILLOUR, né le 18 septembre 1782, La Roche-Maurice, décédé le 3 mai 1816, Landernau (à 33 ans), meunier.
    Marié le 23 février 1805, Landerneau, avec Catherine MIOSSEC, née le 25 mars 1780, Rosnoen.
  • Marie-Jeanne SAILLOUR, née le 13 mars 1784, Moulin de Kermoalec, Landerneau.
    Mariée le 5 juin 1816, Roscanvel, avec Claude BENOIST, né vers 1769, décédé le 27 janvier 1827, Roscanvel (à 58 ans).
  • Nicolas SAILLOUR, né le 17 juillet 1786, Moulin de Kermoalec, Landerneau.
Marié le 4 février 1788, St-Thomas, Landerneau, avec Marie-Renée PRIGENT, dont
  • Marie-Anne SAILLOUR, née le 15 juillet 1789, Moulin de Kermoalec, Landerneau.
  • Barbe SAILLOUR, née le 29 juillet 1790, Landerneau, décédée le 12 mai 1826, Irvillac (à 35 ans).
    Mariée le 2 février 1811, Irvillac, avec Alain LE LANN, né le 1er octobre 1778, Hanvec, charpentier.
  • Catherine SAILLOUR, née vers 1799.
  • Marie-Renée SAILLOUR, née le 10 janvier 1801, Landerneau.
  • Marie-Françoise SAILLOUR, née en 1807, Landerneau, décédée le 21 mai 1811, Moulin de Pont-ar-Bled, Plouedern (à 4 ans).
  • Marie-Yvonne SAILLOUR, née le 21 juin 1809, Kermoalec, Landerneau.
1819Yves Menec et
Marguerite Lunven
(domaniers)
Yves MENEC, né le 10 janvier 1773, Plouedern, décédé le 24 juin 1828, Kergornec, Plouedern (à 55 ans).
Marié avec Anne HERRY, dont
  • Olivier MENEC, né le 15 août 1797, Plouedern.
Marié le 25 novembre 1805, Plouedern, avec Marguerite LUNVEN, née le 28 octobre 1777, Plouedern, décédée le 3 mars 1837, Bourg, Plouedern (à 59 ans), dont
  • Jean-Marie MENEC, né le 5 juillet 1807, Plouedern, décédé le 15 juillet 1807, Plouedern.
  • Françoise MENEC, née le 14 juillet 1808, Plouedern, décédée le 6 mai 1811, Kergornec, Plouedern (à 2 ans).
  • Jeanne MENEC, née le 8 mai 1810, Plouedern, décédée le 21 mai 1853, Traon-Elorn, Landerneau (à 43 ans).
  • Olivier Marie MENEC, né le 4 juillet 1812, Kergornec, Plouedern, décédé le 22 juillet 1812, Kergornec, Plouedern.
  • Jean MENEC, né le 22 mai 1814, Kergornec, Plouedern.
1826Yves Deroff et
Marie Le Corre
(domaniers)
Yves Deroff achèté le moulin à Yves Menec et Marguerite Lunven, sa femme, par contrat du 23 décembre 1826, au rapport de Me Droniou.

Yves DEROFF, né le 2 février 1795, Lanneuffret, décédé le 18 juillet 1853, Bas-Bourg, La Roche-Maurice (à 58 ans), meunier de Kerantraon à Lanneuffret.
Marié le 16 juillet 1819, Lanneuffret, avec Marie LE CORRE, née le 29 mai 1799, Lanneuffret, dont
  • Jacques DEROFF, né le 22 décembre 1820, Moulin de Kerantraon, Lanneuffret.
  • François Pierre Marie DEROFF, né le 23 décembre 1839, Moulin de Kerantraon, Lanneuffret.
1837Nicolas Cochard et
Marie-Jeanne Gloria
(domaniers)
Vente du moulin par Yves Deroff à Nicolas Cochard le 4/3/1837, notaire Onfrey (ADQ 4 E 97/61)

François COCHARD. Marié le 3 juin 1783, Ploudaniel, avec Marie LE DALL, dont
  • Nicolas COCHARD, né le 5 juillet 1796, Ploudaniel, décédé le 28 mai 1869, Keraveloc, Plouedern (à 72 ans), cultivateur, meunier, cabaretier, cultivateur.
    Marié le 1/6/1820, Tremaouezan, avec Jeanne GLORIA, née vers 1795, Tremaouezan, décédée le 4 mars 1875, Bourg, Plouedern (à 80 ans), dont
    • Marie Françoise COCHARD, née le 28 novembre 1823, Kerillien, Plouneventer.
    • François COCHARD, né le 17 décembre 1824, Moulin de Meshuel, Plouneventer.
    • Anne Noëlle COCHARD, née le 25 décembre 1827, Moulin de Meshuel, Plouneventer.
    • Yves COCHARD, né le 26 juin 1830, Keranfloch, Plouedern.
    • Jean François Marie COCHARD, né vers 1832, décédé le 30 août 1837, Pont-ar-Bled, Plouedern (à 5 ans).
    • François COCHARD, né le 27 mars 1834, Keranfloch, Plouedern.
    • Jean Nicolas COCHARD, né le 19 novembre 1836, Keranfloch, Plouedern.
    • Jean Louis COCHARD, né le 26 octobre 1840, Bourg, Plouedern.
18xxGuillaume Mahot
(domanier)
charpentier et cultivateur, demeurant à La Villeneuve en Plouedern

Guillaume MAHOT, né le 2/2/1801, Keranescop, La Martyre, décédé le 21/6/1853, Guernevez, Plouedern (à 52 ans), charpentier, cultivateur.
Marié le 24 juillet 1824, Plouneventer, avec Marguerite PERSON, née vers 1799, décédée le 6/11/1857, Guernevez, Plouedern (à 58 ans), dont
  • Marie-Françoise MAHOT, née le 24 mars 1825, Kervern, La Martyre.
    Mariée le 30 mars 1846, Plouedern, avec Jean PLOUGUERNE.
  • Jean-Marie MAHOT, né le 23 janvier 1833, Plouedern, décédé le 10 novembre 1857, Brest (à 24 ans).
    Marié le 1er juin 1856, Locmelar, avec Françoise POULIQUEN.
  • Yves Marie MAHOT, né le 20 février 1835, Plouedern, décédé le 15 janvier 1870, Plouedern (à l'âge de 34 ans).
    Marié le 1er février 1859, Plouedern, avec Jeanne Scholastique PINVIDIC, née le 12 juillet 1835, Plougar, décédée le 5 décembre 1919, Cresigou, Plouedern (à 84 ans).
  • Marie-Jeanne MAHOT, née le 23 juin 1843, Guernevez, Plouedern.
Avant
1842
Jacques Magloire Quentin
(propriétaire foncier)
Jacques Magloire QUENTIN, né le 23 octobre 1781, Villabé (78), décédé le 28 août 1855, Landerneau (à 73 ans).
Marié le 8 novembre 1832, Paris, avec Victoire Julie BROHIER, née le 14 septembre 1799, St-Hilaire, décédée le 22 mars 1853, Landerneau (à 53 ans).
1842François Andrieux et
Françoise Caroline Julie Bazin (propriétaires en pleine propriété)
Françoise Caroline Julie Bazin appartenait à la famille Bazin de Landerneau et de La Roche (voir le chapitre sur le moulin de l'Elorn).

Denis ANDRIEUX. Marié le 18 octobre 1781, Ferrières-en-Bray (76), avec Marie Magdeleine SAVETIER, dont
  • François ANDRIEUX, né le 24 octobre 1785, Senantes (Oise), décédé le 13 août 1845, Landerneau (à 59 ans), négociant.
    Marié le 1er avril 1813, Landerneau, avec Françoise Caroline Julie BAZIN, née le 12 septembre 1795, décédée le 12 novembre 1870, Landerneau (à 75 ans), dont
    • Marie Françoise Hélène ANDRIEUX, née le 24 janvier 1814, Landerneau, décédée le 6 août 1824, Landerneau (à 10 ans).
    • Anne Stéphanie ANDRIEUX, née le 14 mars 1816, Landerneau.
      Mariée le 22 avril 1835, Landerneau, avec Pierre Marie LE JEUNE.
    • François Aristide ANDRIEUX, né le 30 août 1821, Kerarhoat, Pencran.
    • Adelle Françoise ANDRIEUX, née le 16 septembre 1823, Landerneau, décédée le 1er juin 1825, Landerneau (à 20 mois).
1846Hervé Le Lann et
Sébastien Le Bras
Voir plus bas

Avant d'acheter le moulin de Pont-ar-Bled, ils étaient devenus acquéreurs du moulin de La Roche sur le Morbic, qu'ils avaient cédé à la famille Bazin. Nous en parlerons dans un prochain chapitre.
Le nouveau moulin
1846Hervé Le Lann et
Sébastien Le Bras
Mathieu LE LANN. Marié avec Marguerite LE BERRE, dont
  • Herve LE LANN, né le 23 janvier 1801, Irvillac, décédé le 18 avril 1857, Moulin de Pont-ar-Bled, Plouedern (à 56 ans), meunier.
    Marié le 23/7/1821, Irvillac, avec Marguerite SANQUER, née le 25/5/1803, Irvillac, décédée le 7/7/1870, Pont-ar-Bled, Plouedern (à 67 ans), dont
    • Herve LE LANN, né le 2 mai 1825, Irvillac, meunier.
      Marié le 26 juillet 1857, Landerneau, avec Marie Caroline Eliza MAZE, née le 21 mars 1836, Landerneau, dont
      • Eliza Herveline Marie LE LANN, née le 16 août 1858, Pont-ar-Bled, Plouedern.
      • Joséphine Marguerite Marie LE LANN, née le 28 janvier 1860, Pont-ar-Bled, Plouedern.
  • Marie Françoise LE LANN, née le 3 novembre 1812, Irvillac, décédée le 17 décembre 1851, Landerneau (à 39 ans).
    Mariée le 26/12/1831, Irvillac, avec Sébastien LE BRAS, né vers 14/6/1808, Irvillac, décédé le 23/4/1887, Brest (à 78 ans), meunier, dont
    • Jean Louis LE BRAS, né vers 1835, décédé le 21 avril 1856, Pont-ar-Bled, Plouedern (à 21 ans), clerc de notaire.
    • Philomène LE BRAS, née vers 1841, Irvillac, décédée le 17 août 1857, Pont-ar-Bled, Plouedern (à 16 ans).
1867Gabriel Cloître et
Marie-Louise Berthelot
Alain BERTHELOT. Marié avec Marie Jeanne ANDRE, dont
  • Guy Jean Romain BERTHELOT, né le 28 février 1811, Landerneau, décédé le 28 mars 1855, Landerneau (à 44 ans), blâtier.
    Marié le 4 novembre 1836, Landerneau, avec Marie-Anne AUTRET, dont
    • Charles Jean Marie BERTHELOT, né le 27 août 1837, Landerneau, décédé le 15 février 1881, Pont-ar-Bled, Plouedern (à 43 ans), commis minotier, minotier.
      Marié le 17 janvier 1866, Landerneau, avec Caroline Aline Gabrielle PERVES, née le 4 octobre 1842, Landerneau, dont
      • Charles Marie BERTHELOT, né le 13 février 1867, Landerneau, décédé le 11 janvier 1868, Landerneau (à 10 mois).
      • Aline Catherine BERTHELOT, née le 25 novembre 1868, Landerneau, décédée le 15 janvier 1889, Lesneven (à 20 ans).
      • Edmond Albert BERTHELOT, né le 11 avril 1872, Landerneau.
      • Louis Gabriel Marie BERTHELOT, né le 20 avril 1877, Plouedern.
  • Marie Louise BERTHELOT, née le 14 août 1815, Landerneau.
    Mariée le 25/9/1844, Landerneau, avec Gabriel CLOITRE, né le 22/7/1807, Landerneau, décédé le 18/11/1869, Landerneau (à 62 ans), minotier dont
    • Gabriel Marie CLOITRE, né le 11 août 1845, Landerneau, décédé le 26 janvier 1875, Landerneau (à 29 ans).
    • Marie Louise CLOITRE, née le 16 février 1847, Landerneau, décédée le 6 février 1851, Landerneau (à 3 ans).
    • Anne-Marie CLOITRE, née le 20 février 1848, Landerneau, décédée le 8 décembre 1932, Landerneau (à 84 ans).
    • Euphroisine Marie CLOITRE, née le 23 mai 1852, Landerneau, décédée le 30 janvier 1926, Landerneau (à 73 ans).
    • Yves Marie CLOITRE, né le 5 novembre 1855, Landerneau.
1875Charles Jean Marie Berthelot et Aline Caroline Gabrielle Perves
1883Hervé Le Lann et Eliza Caroline Mazé Herve LE LANN, né le 2 mai 1825, Irvillac, meunier.
Marié le 26 juillet 1857, Landerneau, avec Marie Caroline Eliza MAZE, née le 21 mars 1836, Landerneau, dont
  • Eliza Herveline Marie LE LANN, née le 16 août 1858, Pont-ar-Bled, Plouedern.
  • Joséphine Marguerite Marie LE LANN, née le 28 janvier 1860, Pont-ar-Bled, Plouedern.
1884Jean-Marie Cann Joseph CANN, né le 7/7/1800, Kerillien, Plouneventer, décédé le 11/8/1872, Penhoat, Plouneventer (à 72 ans), cultivateur, meunier.
Marié le 30/12/1820, Kersaint-Plabennec, avec Marie-Françoise LANSONNEUR, décédée le 23/6/1837, Kerillien, Plouneventer.
Marié le 22/11/1838, Lanhouarneau, avec Ambroisine MESGUEN, née le 26/1/1799, décédée le 11/4/1874, Penhoat, Plouneventer (à 75 ans), dont
  • Jean-Marie CANN, né le 16 octobre 1839, Kerillien, Plouneventer, décédé le 5 décembre 1925, Leur ar Moris, Plouneventer (à 86 ans), minotier à La Roche Blanche.
    Marié le 17/11/1861, Bodilis, avec Françoise ARGOUARCH, née le 22/11/1837, Plouzevede, décédée le 9/11/1866, Mestual, Landivisiau (à 28 ans).
    Marié le 29/1/1870, Plouedern, avec Marie-Yvonne CORBE, née vers 1837, décédée le 8/7/1875, Penhoat, Plouneventer (à 38 ans).
  • Maurice CANN, né le 12/6/1842, Kerillien, Plouneventer, décédé le 29/4/1895, Moulin de Brezal-Constançou, Plouneventer (à 52 ans).
    Marié le 22/12/1863, Plouedern, avec Alexandrine LE BERRE, née le 17/4/1838, Plouedern, décédée le 17/6/1917, Moulin de Brezal-Constançou (à 79 ans), dont
    • Marie Anne Josèphe CANN, née le 12 novembre 1864, Moulin de Penhoat, Plouneventer, décédée le 20 janvier 1912, Kerdivez, Plouneventer (à 47 ans).
      Mariée le 18 février 1892 avec Yves Marie CADIOU, né le 26 janvier 1861, Plouneventer, décédé le 13 août 1939, Moulin de Brezal-Constançou, Plouneventer (à 78 ans), cultivateur.
    • Ambroisine CANN, née le 8/7/1866, Moulin de Penhoat, Plouneventer, décédée le 9/1/1877, Moulin de Brezal-Constançou (à 10 ans).
    •  François Marie CANN, né le 10/5/1868, Moulin de Brezal-Constançou, Plouneventer, décédé le 2/5/1946, Plouedern (à 77 ans).
      Marié le 10/7/1897, Plouedern, avec Jeannie CORNEC, née le 10/5/1875, Larlach, Plouedern, décédée le 3 août 1932, Pont-ar-Bled, Plouedern (à 57 ans), dont
      • Alexandrine Marie CANN, née le 12/5/1898, Pont-ar-Bled, Plouedern, décédée le 3/2/1987, Landivisiau (à 88 ans).
        Mariée le 30/1/1925, Plouedern, avec Yves Marie Joseph POULIQUEN, né le 6/3/1901, Rue de Landerneau, Landivisiau, dont
        • Maurice POULIQUEN, né en 1926.
      • Ambroise Jean Marie CANN, né le 30/7/1899, Pont-ar-Bled, Plouedern, décédé le 27/9/1968, St-Grégoire (35) (à 69 ans).
        Marié le 14/1/1923, Lanneuffret, avec Angèle FRETAUD, née le 17/9/1900, St-Etienne-de-Montluc (44).
      • Hippolyte CANN, né le 6 août 1900, Pont-ar-Bled, Plouedern, décédé le 27 octobre 1900, Pont-ar-Bled, Plouedern (à 2 mois).
      • Jeanne Louise CANN, née le 8 août 1901, Pont-ar-Bled, Plouedern, décédée le 13 juillet 1992, Abbeville (Somme) (à 90 ans).
        Mariée avec Paul BEUCHER.
      • Anne Yvonne Euphrasie CANN, née le 8/3/1903, Pont-ar-Bled, Plouedern, décédée le 7/12/1992, Ste-Adresse (à 89 ans).
        Mariée le 7/7/1923, Plouedern, avec Emile FRETAUD, né le 9/6/1901, St-Etienne-de-Montluc (44), fromager, minotier, dont
        • Denise FRETAUD, née en 1924, Lanneuffret.
        • Edmond FRETAUD, né en 1925, Plounerin.
        • Odette FRETAUD, née en 1926, Plounerin.
        • Marie-Antoinette FRETAUD, née en avril 1930, Pont-ar-Bled, Plouedern.
        • Marcel Ambroise FRETAUD, né le 2/3/1932, Pont-ar-Bled, Plouedern, décédé le 11/5/1932, Pont-ar-Bled, Plouedern (à 2 mois).
        • Emile FRETAUD, né le 5 août 1933, Plouedern, décédé le 14 février 1934, Pont-ar-Bled, Plouedern (à 6 mois).
      • Marie Anne CANN, née le 8 février 1906, Pont-ar-Bled, Plouedern, décédée le 6 janvier 2000, Landivisiau (à 93 ans).
      • Maurice CANN, né le 24 août 1907, Pont-ar-Bled, Plouedern, décédé le 6 janvier 1909, Pont-ar-Bled, Plouedern (à 16 mois).
    • Yves CANN, né le 27/7/1869, Moulin de Brezal-Constançou, décédé le 12/1/1877, Moulin de Brezal-Constançou (à 7 ans).
    • Marie-Françoise CANN, née le 18/5/1871, Moulin de Brezal-Constançou, décédée le 23/2/ 1890, Moulin de Brezal-Constançou (à 18 ans).
    • Jean-Marie CANN, né le 7/6/1872, Moulin de Brezal-Constançou, décédé le 17/3/1876, Moulin de Brezal-Constançou (à 3 ans).
    • Noël CANN, né le 14 décembre 1873, Moulin de Brezal-Constançou, décédé le 6 octobre 1951, St-Derrien (à 77 ans).
    • Joseph Marie CANN, né le 9 novembre 1875, Moulin de Brezal-Constançou, décédé le 24 décembre 1955, St-Derrien (à 80 ans).
      Marié le 28 avril 1900, Plounevez-Lochrist, avec Reine MORVAN, née le 9 mars 1875, Plounevez-Lochrist, décédée le 11 septembre 1901, Lansolot, St-Derrien (à 26 ans).
      Marié le 14 janvier 1910, St-Derrien, avec Jeannie MOYSAN, née le 2 novembre 1888, Treguerne, St-Derrien.
    • Jean-Marie CANN, né le 31/12/1876, Moulin de Brezal-Constançou, décédé le 11/1/1877, Moulin de Brezal-Constançou.
    • Marie-Françoise CANN, née le 11/5/1878, Moulin de Brezal-Constançou, décédée le 21/6/1961, Quimperlé (à 83 ans).
    • Vincent Pierre Marie CANN, né le 18/9/1879, Moulin de Brezal-Constançou, décédé le 3/1/1882, Moulin de Brezal-Constançou (à 2 ans).
    • Ambroisine CANN, née le 7 juillet 1881, Moulin de Brezal-Constançou, décédée le 24 décembre 1968, St-Derrien (à 87 ans).
1898François-Marie Cann et Jean-Marie Cornec
1942Cann - Fretaud
1946Jean-Louis et Albert Le DuffJean-Louis Le Duff, du moulin de Pentreff en Plabennec, et Albert Le Duff acquièrent, le 26/9/1946 des consorts Cann-Pouliquen, le moulin pour la somme 750.000 francs.
19xxYves AutretYves Marie AUTRET et Marie Louise Herveline MAHOT. Marie Louise était l'arrière petite-fille de Guilaume Mahot, propriétaire (domanier) du moulin avant 1842.

 

Les meuniers dans l'un ou l'autre moulin

 

1803
1809
Pierre SaillourPierre Saillour et Marie-Renée Prigent, bâtisseurs du moulin (voir plus haut).
1809
1816
Jean Saillour et Catherine Miossec

Jean-François Kervern
Jean Saillour, fils de Pierre (voir plus haut et bail du 5/3/1809, plus bas).

Roch AMELAN, né vers 1759, Lapenty (Manche), décédé le 22 mai 1812, Landerneau (à 53 ans), commis des douanes. maire de La Roche
Marié le 18/8/1785, St-Louis, Brest, avec Scholastique Guillemette LAMIRE, née vers 1773, Brest, décédée le 6/4/1812, Landerneau (à 39 ans), dont
  • Scholastique Agathe AMELAN, née le 27 novembre 1786, Moulin à poudre, Lambezellec, décédée le 8 janvier 1833, Bas-Bourg, La Roche-Maurice (à 46 ans).
    Mariée le 20 février 1810, Landerneau, avec Jean-François KERVERN, né le 28 août 1784, Kerlioret, Lanvoy, décédé le 6 octobre 1810, Bas-Bourg, La Roche-Maurice (à 26 ans), dont
    • Mathias KERVERN, né le 11/6/1819, Bas-Bourg, La Roche-Maurice, décédé le 22/3/1833, Bas-Bourg, La Roche-Maurice (à 13 ans).
1817Alain Le Lann et Barbe SaillourGendre et fille de Pierre Saillour. Cf bail du moulin Pont-ar-Bled par les consorts Prigent-Saillour à Alain Le Lann et Barbe Saillour le 5/3/1817 chez le notaire Onfrey (ADQ 4 E 97/44).
1819Joseph Simon et Marie HeliezJoseph SIMON, décédé le 29 mars 1828, Kerhuon, Guipavas, meunier.
Marié avec Marie HELIEZ, décédée le 15 mars 1819, Moulin de Pont-ar-Bled, Plouedern, meunier.
1821Herve Bouroullec, Etienne Toullec et leur femme
1825Pierre Kerdoncuff
1835Yves MevelYves MEVEL, meunier.
Marié avec Marie Perrine BELLOUR, dont
  • Marie-Angèle MEVEL, née le 25 avril 1835, Moulin de Pont-ar-Bled, Plouedern.
  • Jean Marie MEVEL, né le 28 décembre 1836, Moulin des Justices, Plouedern.
  • Gabriel MEVEL, né le 22 janvier 1844, Keranfloch, Plouedern.
1837
1838
Nicolas Cochard et Marie-Jeanne GloriaVoir propriétaires plus haut
1839
1846
Joseph Le Roux et Marie-Claudine MesguenJean MESGUEN. Marié avec Marie KEROUANTON, dont
  • Yves MESGUEN. Marié avec Marie LE ROY, dont
    • Marie Claudine MESGUEN, née le 1/4/1797, décédée le 12/11/1866, Bas-Bourg, La Roche-Maurice (à 69 ans), meunière.
      Mariée le 5 novembre 1819, Plouzevede, avec Joseph LE ROUX, né le 30 mai 1799, meunier, dont
      • Anne LE ROUX, née le 2/5/1820, Moulin de Kerham, Plouzevede, décédée le 30/11/1899, Bas-Bourg, La Roche-Maurice (à 79 ans).
        Mariée le 2/7/1841, Plouedern, avec Yves COROLLER, né le 20/6/1792, Lannion, décédé le 8/10/1855, Pont-Christ (à 63 ans), journalier.
      • Jean LE ROUX, né le 1er novembre 1821, Moulin de Kerham, Plouzevede.
      • Henry LE ROUX, né le 15/11/1823, Moulin de Kerham, Plouzevede, décédé le 10/11/1847, Plouedern (à 23 ans).
      • Elemée LE ROUX, née le 15 novembre 1825, Moulin de Kerham, Plouzevede, décédée le 27 juin 1901, Bourg, La Roche-Maurice (à 75 ans). Mariée avec Alain PLANTEC.
      • Françoise Noëlle LE ROUX, née le 23 décembre 1827, Milin Huz, Plouneventer, décédée le 1er novembre 1864, Bas-Bourg, La Roche-Maurice (à 36 ans). Mariée avec Jean Marie MAZEAS.
      • Marie Claudine LE ROUX, née le 23/1/1830, Milin Huz, Plouneventer, décédée le 26/3/1830, Milin Huz (à 2 mois).
      • Josèphe LE ROUX, née le 28 octobre 1831, Milin Huz, Plouneventer, décédée le 20 juillet 1913, Plouneventer (à 81 ans).
      • René LE ROUX, né le 7 mars 1834, Keriven, St-Servais, décédé le 13 octobre 1856, La Roche-Maurice (à 22 ans).
      • Sébastien LE ROUX, né le 28/10/1836, Keriven, St-Servais, décédé le 19/8/1839, Pont-ar-Bled, Plouedern (à 2 ans).
      • Nicolas LE ROUX, né le 24 août 1839, Moulin de Pont-ar-Bled, Plouedern.
    • Herve MESGUEN, né le 14 décembre 1798, Le Vern, Plouzevede, décédé le 12 juin 1872, Cleusvern, Plouzevede (à 73 ans).
  • Olivier MESGUEN. Marié avec Jeanne POSTEC, dont
    • Ambroisine MESGUEN, née le 26 janvier 1799, décédée le 11 avril 1874, Penhoat, Plouneventer (à 75 ans).
      Mariée le 22/11/1838, Lanhouarneau, avec Joseph CANN, né le 7/7/1800, Kerillien, Plouneventer, décédé le 11/8/1872, Penhoat, Plouneventer (à 72 ans), cultivateur, meunier, dont
      • Jean-Marie CANN, né le 16/10/1839, Kerillien, décédé le 5/12/1925, Leur ar Moris, Plouneventer (à 86 ans), minotier à La Roche Blanche.
      • Maurice CANN, né le 12/6/1842, Kerillien, Plouneventer, décédé le 29/4/1895, Moulin de Brezal-Constançou, Plouneventer (à 52 ans).
Cf recensements de 1841 à 1846
1851
Louis Le BrasLouis Le Bras, meunier, et Jacques Le Bihannic, Michel Helies, Pierre Gourmelon, ouvriers meuniers, et Isabelle Mevel, domestique (cf recensement 1851)
1856
Hervé Le Lann et
Sébastien Le Bras.
Propriétaires dès 1846 (cf chapitre précédent), il semble qu'ils laissèrent le vieux moulin fonctionner sous la direction de locataires ou de salariés, et vinrent s'installer dans le nouveau moulin seulement quand celui-ci fut achevé. En tous cas, ils y sont présents en 1856 (cf recensement).
1861
1872
Gabriel CloîtreRégisseur de M. Le Lann (cf recensement de 1861). Minotier (1872). Gabriel Cloïtre sera propriértaire en 1867.
1866Pierre Combot, ouvrier minotier, époux de Françoise Bergot,
et Alain Corvé et Nicolas Kerjean, ouvriers minotiers (cf recensement de 1866)
1876
Charles Berthelot et Aline Pervesavec 2 garçons meuniers et une domestique (cf recensement)
1881
Aline Pervesavec 1 regisseur et 3 domestiques (cf recensement)
1884
1891
Jean-Marie CannJean-Marie Cann, propriétaire depuis 1884, et son fils Jacques et des domestiques.
1896
François Marie Cann et Jean-Marie CornecFrançois Marie, neveu du précédent, et Jean-Marie, son beau-frère. Propriétaires à partir de 1898
1925
1930
François Marie Cann et Joseph PouliquenEn 1925, Joseph Pouliquen épouse Alexandrine Cann et vient travailler au moulin (ou peut-être un peu avant).
Emile Fretaud, auparavant fromager à Kerlarret en Lanneuffret, cède en 1924 la moitié indivise de l'affaire à son beau-frère, Ambroise Cann, pour poursuivre cette activité à Plounerin. En 1929, il vend l'établissement de Plounerin et se retrouve au moulin de Pont-ar-Bled.
Plus tard, Emile Fretaud abandonnera sa profession de minotier pour reprendre celle de fromager et s'installera à Parigné-l'Evêque dans la Sarthe.

N.B. Le 1er août 1931, la fromagerie de Kerlarret sera rachetée par Henri VACHON, époux de Mme Marcelle Narbouton, demeurant à Braize (Allier).
1930
1940
Joseph Pouliquen et Emile Fretaud
1940
1946
Joseph Pouliquen En 1942, le moulin est loué par les consorts Cann-Fretaud aux époux Pouliquen.
Jusqu'en
1965
environ
Yves Autret
  • voir aussi plus haut dans le chapitre des propriétaires
  • meunier à temps partiel jusqu'en 1965 environ d'après la propriétaire actuelle du moulin
  • mais déjà en 1957, il n'est plus recensé dans une statistique sur les usines produisant de la farine (source D. Kerdoncuff - Cahiers de Dourdon n° 12)

 

Photos

 


Source Moulins de Bretagne par Gilles Pouliquen : "La photographie prise en 1933 représente le chargement du camion Renault avec lequel étaient faites les livraisons, le père, le grand-père et l'arrière-grand-père de l'auteur sont présents sur la photo".
 


Source Moulins de Bretagne par Gilles Pouliquen : "La vie au moulin de Pont-ar-Bled en 1933. Peu après, la roue sera remplacée par une turbine".
 






 

Documents d'archives

 

17/11/1803 - Vente-bail par Charles Le Bourg à Pierre Saillour d'un terrain à Pont-ar-Bled - 25 brum 12 - Notaire Brichet (ADQ 4 E 90/49)

En marge : 25 brumaire an 12. Vente d'une étendue de terre déclose située à Pount-ar-Blaid entre terres du citoyen Le Bourg et la rivière d'Elorn située sur la commune de Plouedern par où passe l'eau dévalant du moulin à papier nouvellement construit, consentie par le Cn Le Bourg
à Pierre Saillour et Marie-Renée Prigent, sa femme, de la commune de Landerneau, avec faculté débuter tous et tels édifices qu'ils jugeront convenables, et à charge de paier tous les ans deux quintaux de farine et deux canards.

Ce jour 25 brumaire an 12 de la république française, par devant nous notaires publics du département du Finistère à la résidence de Landerneau, ont comparu Charles Le Bourg, jurisconsulte, membre affilié de l'audience de législation et de l'université de jurisprudence de Paris, demeurant sur la commune de Landerneau, d'une part ;
et Pierre Saillour et Marie-Renée Prigent, sa femme, laquelle est à sa requête de lui autorisée, demeurant au moulin de K/moalec, commune de Landerneau, d'autre part.

Lequel, dit Le Bourg, a, par le présent, baillé et affermé pour le tems et espace de 21 ans qui sont tenus pour commencer du 7 vendémiaire dernier et qui finiront à pareil terme en l'an 33, auxdits Saillour et femme, ce acceptant, une étendue de terre déclose située à Pont-ar-Bles entre les terres dudit Le Bourg et la rivière d'Elorn sur la commune de Plouedern par où passe l'eau dévalant du moulin à papier nouvellement construit au pied de la montagne du Crezigou et tombant dans la susdite rivière, pour par lesdits Saillour et femme y faire construire à leurs frais un moulin à eau, et si bon leur semble une pêcherie dans l'eau perdante, et tous et tels autres édifices, maisons et logements qu'ils jugeront convenables, et de tout jouir et user en bon père de famille, ladite ferme et location faite, convenue, accordée et acceptée aux points, clauses et conditions qui suivent :
Premièrement, les preneurs pourront pour leur construction disposer des pierres étant dans ladite étendue des terres, dans les ruisseaux et dans la rivière autant que ledit Le Bourg en a le droit et tout ainsi qu'il pourroit le faire lui même et non autrement.
Deuxièmement, les preneurs ne pourront dans leus constructions nuire aux chemins, passages et frecantations accoutumées, au contraire ils les laisseront libres et les entretiendront en bon état.
Troisièmement, pendant le cours des 21 ans stipulés ci-dessus, lesdits Saillour et femme, leurs héritiers ou ayant-cause ne pourront être congédiés, si ce n'est à défaut du payement du loier et fermage, ou pour dégradationsu malversations préjudiciables au bailleur, ou encore pour contravention à quelques unes des clauses et conditions du présent bail.
Quatrièmement, après l'échance des 21 ans, ils pourront être congédiés, mais en ce cas le bailleur, ses successurs ou ayant-causes seront obligés de leur rembourser la valeur du moulin et de ses ustensiles, écluses, caneaux, maisons et logements qu'ils auront faits construire à dire d'experts aux frais des preneurs, sans toutefois que ceux-ci puissent requérir le congément ni forcer le remboursement. Le bailleur ou ses ayant-causes, et dans le cas où le bailleur ou ses représentants feroient le remboursement sur prisage fait comme dit est aux frais des preneur, ce remboursement ne pourra excéder 2.400 francs, payant laquelle somme si bon lui semble il sera duement quitte et le remboursement sera duement fait. Et néanmoins après la demande formée par le bailleur les preneurs ne pourront rien dégrader, enlever ni soustraire.
Cinquièmement, pendant la durée des 21 ans d'assurance, et même tant que les preneurs ou leurs successeurs demeureront en jouissance ils payeront annuellement à titre et en nature de fermage au bailleur deux quintaux de bonne et belle farine de froment par an avec deux canards jeunes et dans toute leur force, premier payement faire après la première année révolue pour continuer ensuite d'année en année terme de Saint-Michel ou du 7 vendémiaire.
Sixièmement, la contribution foncière et les charges additionnelles ou toutes autres impositions qui pourront être établies par l'état seront à la charge des preneurs qui n'auront droit à aucune retenue pour cet objet ou pour quelqu'autre motif que ce soit.
Septièmement, une fois que ledit Saillour et femme auront fait construire le moulin et les édifices qu'ils jugeront à propos, ce qu'ils seront tenus de faire dans l'an, le bailleur pourra garnir de plants et arbres le surplus de ladite étendue de terre et en général l'alentour des édifices et les environs, lesquels plants et arbres lui appartiendront exclusivement, et sans que les preneurs puissent y rien pretendre, les ??? ni endommager, ni donner lieu à leur endommagement de quelque mannière que e soit à peine de résiliation.
Huitièmement, comme ledit Le Bourg ne s'est porté à consentir le présent que sur les sollicitations des preneurs et à la condition que le nouvel établissement ne pourroit nuire à son fermier du moulin du Forestic dont ils ont eux-mêmes requis l'agrément, il est expressément conditionné que lesdits Saillour et femme ne pourront moudre au moulin qu'ils auront construit aucune graine pour les habitans de Plouedern, soit que ces grains ayent été achetés au marché ou près chez lesdits habitans, se soumettant pour chaque contravention à 60 livres de dommage et intérêts au profit du meunier du Forestic et à la résiliation du présent si le propriétaire la demande remboursant par lui les édifices comme il est dit ci-dessus encore bien que le tems de l'assurance ne fut pas expiré, clause sans laquelle le présent n'eut point eu lieu.

Et après lecture les parties ont déclaré s'y tenir et s'engager à tout ce que dessus sous toutes obligations de droit. Fait et passé à Landerneau en l'étude au rapport de Brichet, l'un de nous, sous nos seings et ceux des parties à l'exception de ladite Marie-Renée Prigent qui a déclaré ne savoir signer de ce interpellée, et a fait signer pour elle Charles Nicolas Oyon de Landerneau à ce présent lesdits jour et an que devant. Bien entendu que les preneurs delivreront une expédition du présent audit Le Bourg, quitte de frais. PIERRE SAILLOUR - Oyon - Lebourg - Ollivier l'ainé, notaire - Brichet, notaire.


25/03/1809 - Bail de 6 ans du moulin par Pierre Saillour à Jean Saillour - 25/3/1809 - Notaire Brichet (ADQ 4 E 90/57)

25 mars 1809 - Ferme de 6 ans qui commencera au mois d'avril prochain du moulin de Pont-ar-Bleis en Plouedern consentie par Pierre Saillour de Landerneau à Jean Saillour et Catherine Miossec, sa femme, dudit Landerneau et à Jean-François K/vern de Pencran pour paier par an 135 fr.

Ce jour 25 mars 1809, le 5è du règne de l'empereur Napoléon le Grand, par devant nous Jerome Pierre Dominique Brichet et Jean-Marie Onfrey, notaires publics et impériaux du département du Finistère à la résidence de Landerneau,
Ont comparu Pierre Saillour, meunier demeurant au moulin de K/moalec, section de St Thomas dudit Landerneau, d'une part ; Jean Saillour, Catherine Miossec, sa femme, de lui à sa prière et requête duement authorisée, demeurants ensemble audit moulin de K/moalec, et Jean-François K/vern, majeur d'âge, demeurant en qualité d'homme de confiance chez Sébastien Le Moal au bourg de Pencran, d'autre part.

Lequel dit Pierre Saillour a par le présent avec promesse de garantie loué et affermé pour le temps de six ans entiers et consécutifs qui commenceront le premier du mois d'avril prochain et qui finiront à pareil jour et terme de l'an 1815, auxdits Jean Saillour et femme, et audit K/vern preneurs et ce acceptants, savoir est au quartier dit de Pont-ar-Bleis à la commune de Plouedern, un moulin à eau que ledit Pierre Saillour a, depuis peu de temps, fait construire sur une étendue de terre déclose située audit Pont-ar-Bleis entre terres de Mr Le Bourg et la rivière d'Elorn par où passe l'eau dévalant du moulin à papier aussi nouvellement construit au bas de la montagne de Crezigou dont lesdits preneurs déclarent avoir ample connoisse.

La présente ferme ainsi faite, convenue et accordée pour de la part desdits preneurs paier, rendre et faire avoir au bailleur en sa demeure quitte de tous frais la somme de 135 francs, à commencer le premier paiement le 1er avril 1810 et ainsi continuer d'années en années durant le cours du présent ; comme aussi d'entretenir pendant le cours du présent bail et rendre à sa fin ledit moulin et tout ce qui en dépend suivant l'état estimatif auquel a été vaqué par Jean Corbé, demeurant au moulin de Launay ou Ar Vern, trève de La Martire, expert patenté, convenu et affidé par les parties, lequel ici présent nous a rapporté que tout ce qui dépend dudit moulin consiste en ce qui suit, savoir :

Le tremée, civière, petite auge, triquette, chapeau et evêque, le tout estimé dix francs, ci ...10,00 fr
Six planches à couvrir, 6 francs, ci 6,00 fr
Quatre pièces de carcan, 18 francs, ci18,00 fr
Quatre pièces de ??? 18 francs, ci 18,00 fr
La pierre tournante aiant 4 pieds 8 pouces avec sa charge, 90 francs, ci90,00 fr
Le cercle de fer, 24 francs, ci 24,00 fr
La croix de fer pesant 11 livres, estimée 11 francs, ci11,00 fr
Le colet du grand fer, 18 francs, ci18,00 fr
Le grand fer, 24 francs, ci 24,00 fr
La pierre chomante aiant 4 pieds 8 pouces de diamètre et 16 pouces d'épaisseur avec sa charge, le tout estimé 216 francs, ci   216,00 fr
La pirouette, 6 francs, ci6,00 fr
La roue à pirouette, 36 francs, ci36,00 fr
Le canal aiant 12 pieds, 30 francs, ci30,00 fr
Le cheval d'eau, 3 francs, ci 3,000 fr
L'écluse ouvrante sur le moulin, ci8,00 fr
La grande et la petite charette avec leurs cables, estimées 36 francs ci36,00 fr
La rangée, guindage, jument sèche, poids et contrepoids, estimés 10 francs, ci10,00 fr
L'écluse perdante, 30 francs, ci 30,00 fr
Deux marteaux, 4 francs, ci4,00 fr
Une barre de fer, 2 francs, ci2,00 fr
Une écuelle de bois, 75 centimes, ci0,75 fr
Les fers d'eau, 4 francs, ci4,00 fr
La grue pour lever les meules, 6 francs, ci6,00 fr
L'auge à farine, 6 francs, ci6,00 fr
Total  613,75 fr

Et aiant aussi examiné la couverture en gled dudit moulin, elle a été trouvée en état défensible, en conséquence lesdits preneurs s'engagent à la mettre en pareil état, s'engagent pareillement à entretenir et rendre à fin de ferme les ustensiles dudit moulin et en général tous les objets qui le composent tels qu'ils sont ci-dessus détaillés, et dans le cas qu'ils apportent quelques augmentations, ledit bailleur promet de sa part de leur en tenir compte. Convenu que dans le cas que l'eau manque dans le moulin de K/moalec, le bailleur aura la liberté de porter ses grains à moudre à celui des preneurs, partageant avec eux le droit de mouture ; bien entendu que les grains des preneurs seront toujours moulus de préférence à ceux que ledit Pierre Chaillour pourroit y porter.

Convenu aussi que les preneurs ne pourront moudre aucuns grains pour les habitants de Plouedern, soit que ces grains aient été pris au marché, ou pris chez lesdits habitants, se soumettant par chaque contravention à 60 livres de dommages et intérêts au profit du meunier du Forestic audit Plouedern ; s'engagent encore les preneurs à fournir bonne et solvable caution à la première réquisition qui leur sera faite pour sureté de l'exécution entière du présent bail, copie duquel ils fourniront à leurs frais dans le mis au bailleur ; c'est à tout quoi, après lecture, lesdites parties se soumettent et s'engagent solidairement, l'un pour l'autre et un seul pour le tout sans division ni discution de biens ni de personnes à quoi ils renoncent, à pouvoir à défaut de paiement y être contraints par exécution, saisie et vente de leurs meubles sur les lieux et sans déplacer, pour quoi ils dérogent aux loix à ce contraires ; ce fait et passé en l'étude audit Landerneau au rapport de nousdits Brichet, sous nos seigns et les comparants aiant déclaré savoir, lesdits preneurs ne l'avoir jamais su le faire, et le bailleur l'avoir fait quelques fois, mais avoir cessé de le faire aiant la vue mauvaise, lesdits jour et an. jean corbé - Onfrey, notaire - Brichet, notaire


05/03/1817 - Bail du moulin Pont-ar-Bled par Marie-Renée Prigent à Alain Le Lann et Barbe Saillour - Notaire Onfrey (ADQ 4 E 97/44)

Résumé : La moitié moins 1/8è du moulin appartenait à Barbe Saillour, l'autre moitié est louée par Marie-Renée Prigent pour la somme de 54 francs; à Alain Le Lann et Barbe Saillour sa femme.

24/5/1817 - Inventaire après décès de Pierre Saillour - Notaire Onfrey (ADQ 4 E 97/44)

En résumé :
1 - Biens mobiliers dépendants de la communauté : dans la cuisine, dans l'écurie ; et dettes passives
2 - L'état des ustensiles du moulin ne devant pas être cumulé avec le mobilier, attendu que par la loi ils sont immeubles par leur destination, ledit Le Roux en présence et de l'avis de toutes les parties procède audit état afin d'en constater la souche, entre les propriétaires et ledit Le Lann, fermier d'une partie, ce que ledit Le Roux a fait ainsi qu'il suit, savoir :
La trémie, civière, petit augé, trinquette, évêque et chapeau, evalués dix francs  10
Six planches pour couvrir la meule, neuf francs9
Les quatre pièces de carcan avec deux preteaux (?), vingt-cinq francs25
La meule tournante avec son cercle de fer, évalués en l'état actuel, vingt-un francs 21
La croix pesant 50 kilogrammes, vingt francs20
Le collier ayant 29 mm de circonférence, estimé avec le grand fer, trente francs30
La meule chommante ayant de diamètre 1,538 m.
et d'épaisseur 229 mm, estimée 82,50 francs ... ... ... ... ...
82,50
Les quatre pièces de bride, quatorze francs 14
La plateforme et sa poutre, trente francs30
L'auge à farine avec ses cruchets (?), 2,50 francs2,50
La jument sèche avec son guindage, 10 francs10
La roue avec sa pirouette et cercle de fer, trente-trois francs33
Le cheval d'eau avec son gouvernail, trois francs3
Le de avec sa coquille, 2 francs2
Le canal fournissant l'eau au moulin, 17,50 francs17,50
La grande et la petite charrette, trente francs30
Les deux cables, neuf francs9
L'écluse donnant sur le canal du moulin, neuf francs9
La petite écluse perdante, quinze francs 15
La grande écluse perdante, vingt-quatre francs24
La chaussée et dépendances ainsi que les couvertures des logements
en bon état deffensible, cy mémoire
Neuf marteaux à moulin, neuf francs9
Une petite hache, deux francs2
Le croq pour lever la meule et ses ciseaux froide (?), 2,50 francs2,50
Deux leviers, quatre francs4
Une paire de balances en bois avec leurs cordes fléau et
cinq poids pesant 127,5 kg, estimés 13,50 francs
13,50
Montant de la souche  428,00

05/06/1819 - Vente du moulin Pont-ar-Bled par Benoist-Saillour à Yves Menec - Notaire Droniou (ADQ 4 E 96/10)

Acte cité : Bail du 5/3/1817 par Marie-Renée Prigent à Alain Le Lann et Barbe Saillour - Notaire Onfrey (ADQ 4 E 97/44)

23/12/1826 - Vente du moulin de Pont-ar-Bled par Yves Menec à Yves Deroff - Notaire Droniou (ADQ 4 E 96/17)

En résumé : Yves Menec et Marguerite Lunven, demeurant et domicilés à K/gornec Bras en Plouedern, vendent en pleine propriété le moulin, appartenances et dépendances pour 900 francs, paiement en 5 ans avec 30 francs d'intérêts par an. A cette date le moulin était tenu en ferme par Pierre K/doncuf et femme, suivant bail du 26 mars 1825, au rapport de Me Droniou. Pour le fonds, les nouveaux acquéreurs sont toujours redevables d'un fermage annuel de 2 qx de froment et de 2 canards. Les locataires précédents étaient Herve Bouroullec, Etienne Toullec et leur femme, selon bail de neuf ans du 7 avril 1821 au rapport de Me Droniou.
Autres actes cités :
- expédition de quittance et main-levée d'inscription du 27/10/1817, au rapport de Guennégan, notaire à Brest, avec un certificat de radiation du 4/11/1817
- expédition de bail du 5/3/1817, au rapport de Onfrey
- certificat négatif d'inscription du 4/3/1818, au rapport de Droniou ?


16/11/1833 - Bail terrain de Pont-ar-Bled par Jacques Magloire Quentin à Yves Deroff - Notaire Droniou (ADQ 4 E 96/24)

En résumé, bail aux mêmes conditions que celui fait par Charles Le Bourg à Pierre Saillour le 25 brumaire an 12, mais pour une durée de 9 ans seulement.


4/3/1837 - Vente du moulin Pont-ar-Bled par Yves Deroff à Nicolas Cochard - Notaire Onfrey (ADQ 4 E 97/61)

En résumé, l'état du moulin fait référence à deux baillées : Yves Deroff avait acheté le moulin à Yves Menec et Marguerite Lunven, sa femme, par contrat du 23 décembre 1826, au rapport de Me Droniou.

==> 3 documents à rechercher (fait)


4/4/1841 - Vente du moulin Pont-ar-Bled par Cochard à Mahot - Notaire Mallejac (ADQ 4 E 98/118)

4 avril 1841 - N° 97 - Vente

L'an 1841 le 4 avril, par devant Me Yves Mallégol et son collègue, notaires royaux à la résidence de Landerneau, canton de ce nom, arrondissement de Brest, département du Finistère, soussignés,
furent présents Nicolas Cochard et Jeanne Gloria, son épouse, de lui dûment autorisée à l'effet des présentes, cabaretiers, demeurant et domiciliés au bourg chef-lieu de la commune de Plouedern, lesquels, sous les garanties légales, vendent, cèdent et transportent purement et simplement, pour entrer en pleine jouissance et absolue propriété, dès ce jour, tous leurs droits, actions et prétentions généralement quelconques, dans le moulin de Pont-ar-Bled, biais, étang, chaussée, mécaniques et autres appartenances et dépendances en la commune de Plouedern,
à Guillaume Mahot, charpentier et cultivateur, demeurant et domicilié au lieu de La Villeneuve en la commune de Plouedern, aussi présent, stipulant et acceptant avec pleine connaissance des biens, pour et en faveur de la somme de 1.000 francs que l'acquéreur, promet et s'oblige de payer et faire avoir en numéraire métallique et non autrement, en l'acquit des vendeurs, dans deux ans de ce jour avec intérêts à raison de 5 pour cent par an sans aucune retenue, payable le 1er avril de chaque année aussi en numéraire métallique et non autrement à Monsieur Frédéric Auguste Duval, négociant et maire de la ville de Landerneau y demeurant et domicilié sur le quai Saint-Houardon, en sadite demeure et sans frais pour lui, à valoir sur la somme de 1.115,75 francs due audit sieur Duval par lesdits Cochard et femme, savoir
612 francs pour principal et intérêts jusqu'au 1er de ce mois de l'obligation du 27 février 1838 au rapport de Mallejac, l'un des notaires soussigné, dûment enregistrée à Landerneau
120 francs pour loyer d'une maison sise au bourg de Plouedern depuis le 21 septembre 1838 jusqu'au 1er avril 1841 à raison de 48 francs par an suivant bail du 27 février 1838 au rapport de Mallejac, l'un des notaires soussignés, dûment enregistré, et
383,75 francs pour fournitures de boissons
Total égal à la somme due part Cochard et femme audit sieur Duval 1.115,75 francs.

En opérant le paiement de la dite somme principale de 1.000 francs et des intérêts dont elle est productive à partir du 1er de ce mois aux mains et domicile de dudit sieur Duval aux termes sus-indiqués, en acquit et même hors la présence desdits Cochard et femme, ledit Guillaume Mahot, acquéreur, sera valablement libéré de son prix d'acquisition dont il est fait toute délégation nécessaire audit sieur Duval à ce présent et acceptant ; en conéquence et en vertu de la main-levée qu'en donnera Monsieur Duval, le conservateur des hypothèques raiera l'inscription d'office et toutes autres qui seront prises par suite de la transcription et en vertu des présents.

Au moyen de ce que dessus, lesditts Cochard et femme ne sont plus débiteurs envers Monsieur Duval que d'une somme de 115,75 francs qu'ils promettent et s'obligent à lui payer à sa première demande avec intérêts à raison de 5 pour cent par an sans aucune retenue à partir du 1er de ce mois jusqu'au paiement réel et effectif de telle somme principale de 115,75 francs.

A la garantie et assurance de paiement de ladite somme principale de 1.000 francs et de ses intérêts ledit Guilaume Mahot, acquéreur, affecte, oblige et hypothèque spécialement tous ses biens en général, même les objets par lui ci-dessus acquis ; mais comme ces objets sont de nature mobilière à l'égard du propriétaire foncier, d'après la quatrième clause de la baillée ou concession faite par feu Monsieur Lebourg, père, aux devanciers de Cochard et femme le 25 brumaire an 12 devant Brichet alors notaire à Landerneau y enregistrée le même jour et que par conséquent ils n'ont pas de suite par hypothèque, ledit Guillaume Mahot déclare ici spécialement hypothèquer à l'assurance du paiement du prix de la présente acquisition une ferme lui appartenant et qu'il tient par mains au lieu de La Villeneuve de la commune de Plouedern, consistant en maisons et autres bâtments ruraux, terres chaudes et froides, issues, appartenances et dépendances, consentant que ledit sieur Duval frappe cette ferme de son inscription conservatoire et s'obligeant de lui rembourser tous frais et avances qu'il serait dans le cas de faire ce touchant. Arrêté et convenu de plus entre les parties
que les droits ci-dessus sont vendus en l'état qu'ils se trouvent présentement, avec touts leurs circonstances, appartenances et dépendances sans réservation aucune tels qu'ils résultent tant de la baillée sus-référée que d'autre baillée du 16 novembre 1833 au rapport de Me Droniou, notaire à Landerneau y enregistrée, dont l'acquéreur déclare avoir une parfaite connaissance et avec les charges y exprimées notamment le fermage annuel ou redevance de 100 kg de bonne et belle farine de froment et deux canards jeunes et dans toute leur force dus à Monsieur et Madame Quentin, tels qu'il ont été acquis par les vendeurs d'Yves Deroff et Marie Le Corre, sa femme, aux fins du contrat du 4 mars 1837 au rapport de Me Onfrey, notaire à Landerneau y enregistré ; tels enfin que les droits prémentionnés sont affermés à Joseph Le Roux et Marie Claudine Mesguen, sa femme, suivant bail du 4 avril 1838 au rapport de Me Pollard, notaire à Landivisiau y enregistré,
que l'acquéreur jouira des fermages à partir du 1er de ce mois parce qu'à compter du même jour il supportera seul les contributions et les charges
qu'il s'entende comme il le voudra avec les fermiers sus-dénommés tant pour leur jouissance que pour leurs autres droits audit moulin de Pont-ar-Bled sans aucun recours vers les vendeurs.

Reconnaît ledit acquéreur avoir été en l'endroit ressaisi par lesdits vendeurs de divers titres et actes sus-référés plus de deux quittances du 21 novembre 1837 et 16 mars 1838 au rapport de Me Onfrey, notaire à Landerneau y enregistrées et enfin de la grosse du contrat de vente du 23 décembre 1826 au rapport de Me Droniou, notaire à Landerneau, y enregistré, dont décharge.

Au dessus de quoi lesdits vendeurs se sont irrévocablement dépouillés de tous leurs droits de propriété et autres aux biens susdits et y ont mis et subrogé, en ont saisi et investi ledit acquéreurpour qu'il en jouisse et dispose de ce jour à perpétuité comme de son propre bien et loyal acquêt, consentant qu'il s'y approprie comme il le verra et s'obligeant solidairement à faire lever et cesser tous les troubles et empêchements qui pourraient survenir.

Dant acte : fait et passé à Landerneau en l'étude et au rapport dudit Mallejac, l'un de nous notaires ; et ont lesdits Nicolas Cochart, Guillaume Mahot et sieur Duval seuls signé avec nous dits notaires, ladite Jeanne Gloria ayant déclaré ne le savoir faire de ce interpellée, le tout après lecture faite lesdits jour et an. N:COCHAt - guillaume Mahot - f Duval - Droniou, notaire - Mallejac, notaire.


19/6/1842 - Résiliation du bail du moulin Pont-ar-Bled Mahot-Le Roux-Mesguen - Notaire Huc à Ploudiry (ADQ 4 E 172/25)

19 juin 1842 - N° 67 - Résiliation de bail à ferme

Devant François Marie Huc, notaire à la résidence de Ploudiry, chef-lieu de canton, arrondissement de Brest, département du Finistère, soussigné et en la présence des témoins ci-après nommés, aussi soussignés ; furent présents :
Guillaume Mahot, charpentier et cultivateur, demeurant au lieu de La Villeneuve, commune de Plouedern, d'une part ;
Joseph Le Roux, mari et procureur de droit de Marie-Claudine Mesguen, meunier demeurant au moulin de Pont-ar-Blet, commune dudit Plouedern ; et Hervé Mesguen, cultivateur, demeurant à Creach-ar-Stanc, commune de Plouzevede, d'autre part ;

Entre lesquels il est convenu et arrêté ce qui suit : Le Roux jouit à titre de simple fermier ayant pour caution solidaire ledit Mesguen, son beau-frère, du moulin de Pont-ar-Blet où il demeure, en vertu d'un bail du 4 avril 1838, rapporté par Pollard, notaire à Landivisiau y enregistré le 7 du même mois par Huet qui a marqué avoir reçu 2,28 francs pour le bail, 1,14 franc pour la cautioon et 35 centimes pour subvention, à la charge de payer annuellement, toujours d'avance,
en argent, 75 francs, de fournir 100 kg de bonne farine sans son, deux canards évalués 2 francs, enfin d'acquitter l'impôt foncier ; ce bail, consenti pour neuf ans, a pris cours à la St Michel 1838 pour finir à pareil jour de l'année 1847.

Mahot, propriétaire actuel des édifices et superfices sudit moulin de Pont-ar-Blet, suivant acte du 4 avril 1841, au rapport de Mallejac, notaire en la ville de Landerneau, y enregistré le 6 du même mois, ayant demandé à Le Roux de réduire la durée du bail de 5 ans, ce dernier a déclaré y consentir ; en conséquence il est convenu et arrêté entre les comparants que le bail précité sera réputé n'avoir été fait que pour 5 ans qui finiront à la St Michel 1843, époque à laquelle Le Roux reconnaît qu'il sera tenu de quitter ledit moulin et ses dépendances et de le vider de corps et de biens, pour laisser la libre jouissance et disposition du tout audit Mahot. Cette réduction de jouissance a lieu à la charge de Mahot de faire remise à Le Roux, à titre d'indemnité de de l'année 1843 ; en conséquence il est arrêté que la seule chose que Le Roux aura à payer pour 1843 sera l'impôt foncier ; il sera obligé de rendre les lieux à sa sortie en état défensible, ainsi que la chaussée de l'étang, conformément au bail prédaté. Pour ce qui regarde le tournant ou mécaniques du moulin, Le Roux et Mesguen reconnaissent qu'à l'entrée en jouissance de Le Roux, la souche ou renable du moulin, appartenant au bailleur, avait été trouvé valoir 290 francs ; il est bien entendu qu'avant la sortie de Le Roux il sera fait un nouveau enable : la plus-value, s'il y en a, sera payée par Mahot à Le Roux, de même que Le Roux et sa caution seront tenus de payer à Mahot la moins-value dument constatée.

Le Roux consent que Mahot ou le propriétaire foncier fassent construire pendant sa jouissance tels bâtiments qui leur conviendront audit moulin de Pont-ar-Blet, pourvu que le moulin puisse fonctionner comme de coutume.

Tout ce que dessus a été ainsi voulu, consenti et accepté. Dont acte. Fait et passé à Ploudiry en l'étude, l'an 1842, le 19 juin du soir, en présence du Sr Guillaume Marie Guillou fils, cultivateur et propriétaire, demeurant à Botlavant, commune de Ploudiry, et du Sr Jean Perrot, aubergiste, demeurant au bourg de Ploudiry, témoins instrumentaires à ce requis ; et ont Mahot et Mesguen signé avec le notaire et les témoins, mais quant à Le Roux, interpellé aussi de signer, il a déclaré ne le savoir ; le tout après lecture faite en français et en beton. herve mesguen - guillaume mahot - Perrot - Gme Mie Guillou - Huc, notaire


29/6/1842 - Consolidation des droits convenanciers du moulin de Pont-ar-Bled - Notaire Huc à Ploudiry (ADQ 4 E 172/25)

29 juin 1842 - n° 77 - consolifdation de droits convenanciers

Devant François Marie Huc, notaire à la résidence de Ploudiry, chef-lieu de canton, arrondissement de Brest, département du Finistère, soussigné, et en la présence des témoins ci-après nommés, aussi soussignés, furent présents : Guillaume Mahot, charpentier et cultivateur, demeurant à La Villeneuve, commune de Plouedern, d'une part ; et Mr François Andrieux, négociant, demeurant à Landerneau, rue de Ploudiry, d'autre part ; entre lesquels il est reconnu, convenu et arrêté ce qui suit :

Mr Andrieux est propriétaire foncier du moulin de Pont-ar-Blet en la commune de Plouedern, suivant acte en date du 2 du présent mois de juin, au rapport de Droniou, notaire à Landerneau y dûment enregistré ;

Les édifices et superfices de ce moulin et tous les autres droits convenanciers appartiennent audit Mahot suivant acte en date du 4 avril 1841, au rapport de Mallejac, notaire à Landerneau, y dûment enregistré.

M. Andrieux désirant consolider sondit moulin de Pont-ar-Blet en réunissant les droits au fonds, a proposé à Mahot de lui rembourser à l'amiable les droits lui appartenant, ce à quoi Mahot ayant consenti Mr Andrieux lui a fait une offre qu'il a acceptée ; en conséquence Guillaume Mahot a, par les présentes, vendu, cédé et transporté purement et simplement, francs, quittes et nets de toutes charges et hypothèques, à M. Andrieux, acceptant, savoir est :
Tous les droits convenanciers et superficiels appartenant au vendeur sur le fonds, appartenant à M. Andrieux, du moulin de Pont-ar-Blet et dépendances sur la commune de Plouedern, sans en rien excepter ni réserver et dans l'état où les choses se trouvent présentement. La présente cession immobilière faite pour et en faveur de la somme principale de 1.000 francs qui sera payée par l'acquéreur en acquit du vendeur à M. Duval, négociant à Landerneau, à qui Mahot déclare devoir cette somme suivant l'acte prédaté au rapport de Mallejac ; l'acquéreur payera de plus au même Duval les intérêts qui lui sont dus jusqu'à concurrence de 100 francs. Au moyen de la présente cession la baillée en date du 16 novembre 1833, au rapport de Droniou, notaire à Landerneau y dûment enregistrée, en vertu de laquelle jouissait Mahot, sera réputée nulle et non avenue à dater de ce jour ; néanmoins le fermier actuel du moulin continuera de jouir jusqu'à la St Michel 1843, moyennant l'exécution des charges, clause et conditions stipulées dans un bail du 4 avril 1838, au rapport de Pollard, notaire à Landivisiau y dûment enregistré, modifiées par un autre acte en date du 19 de ce mois au rapport du notaire soussigné, dûment enregistré à Landerneau.

Sous la foi de l'exécution de tout ce que dessus Mahot s'est dessaisi de tous ses droits convenanciers et superficiels au susdit moulin de Pont-ar-Blet, pour en vêtir et saisir à jamais M. Andrieux, propriétaire foncier ; en conséquence le moulin de Pont-ar-Blet appartiendra dès ce moment fonds et droits à M. Andrieux, en toute propriété et usufruit. Mahot a remis en l'endroit à M. Andrieux les expéditions de ses actes ci-dessus datés, dont décharge.

Ainsi voulu, consenti et acccepté, fait et passé à Ploudiry en l'étude, l'an 1842, le 29 juin du matin, en présence du Sr Guillaume Marie Guillou fils, cultivateur et propriétaire, demeurant à Botlavant, commune de Ploudiry, et Jean Perrot, aubergiste, demeurant au bourg de Ploudiry, témoins instrumentaires à ce requis ; et ont les comparants signé avec le notaire et les témoins, après lecture faite en français et en breton. guillaume mahot - Andrieux - Perrot - Gme Marie Guillou - Huc, notaire.


1846 - Acquisition du moulin par Le Lann et Le Bras

"Le moulin de Pont-ar-Bled et les autres édifices ont été bâtis pendant la communauté M. et Mme Lann, des sieurs et dame Le Bras, en l'emplacement de l'ancien moulin de Pont-ar-Bled, acquis par eux de Madame Françoise Caroline Julie Bazin, veuve de M. François Andrieux, de Landerneau, suivant acte du 14 avril 1846, au rapport de Me Robert, notaire à Landerneau". (source Vente du moulin de Pont-ar-Bled, par Le Cann le 14/6/1898)

14/4/1846 : Vente du moulin de Pont-ar-Bled par la veuve Andrieux à Le Lann et Le Bras - Notaire Robert (ADQ 4 E 92/84)

14 avril 1846 - n° 44 - Vente
Par devant Me Jean François Léger Robert et son collègue, notaires du canton de Landerneau à la résidence du bourg de Guipavas et à celle de la ville de Landerneau, arrondissement de Brest, département du Finistère, soussignés,
Fut présente Madame Françoise Caroline Julie Bazin, veuve de Monsieur François Andrieux, propriétaire et commerçant, demeurant et domiciliée en la ville de Landerneau, rue de Ploudiry, laquelle a par ces présentes, vendu, cédé et transporté purement et simplement et s'est obligée à garantir de tout trouble, donations, évictions, hypothèques, reprises matrimoniales et autres empêchements généralement quelconques, même de toutes enchères et ??enchères qui pourraient être formées par la suite, à Monsieur Hervé Lann, entrepreneur, demeurant et domicilié en la ville de Landerneau, et à Monsieur Sébastien Le Bras, son beau-frère, aussi entrepreneur, demeurant et domicilié au bourg d'Irvillac, acquéreurs, à ce présens et acceptant pour eux, leurs successeurs et ayant-cause, héréditairement et à jamais, chacun pour une moitié,

Désignation : En la commune de Plouedern, le moulin de Pont-ar-Bled ou ar-Bleis, biais, étang, chaussée et mécaniques seulement, Madame Andrieux déclarant expressément se réserver
L'auberge joignant ledit moulin,
Le terrain où est le jeu de quilles, longeant le ruisseau du moulin jusqu'à l'aqueduc, et
Dans le terrain qui se trouve entre la grande route et la rivière, seulement les arbres qui existent sur le placitre longeant la rivière
sont compris dans la présente vente et appartiendront aux sieurs Lann et Le Bras, pourvu toutefois que les arrangemens projetés entre Madame Andrieux et Monsieur Quentin reçoivent leur exécution.
Ainsi que le tout se pour??? et comporte sans en rien réserver ni excepter (sauf cependant les articles ci-dessus désignés) et dont il n'a pas été fait une plus ample désignation, à la réquistion des acquéreurs qui ont déclaré le connaître suffisamment pour l'avoir visité.

Propriété : Ledit moulin de Pont-ar-Bled ou ar-Bleis qui est actuellement tenu en ferme par Josqeph Le Roux et Marie-Claudine Mesguen, son épouse, sous le cautionnement d'Hervé Mesguen, époux de Marie-Jeanne Goaoc, demeurant à Creach-ar-Stang, en la commune de Plouzévédé, suivant bail de trois, six ou neuf ans, en date du 24 septembre 1843, au rapport de Me Droniou, notaire à Landerneau, y enregistré le 2 octobre suivant, était autrefois à domaine congéable.

Le fonds, ainsi que la rente convenancière qui était due sur ce moulin, ont été acquis pendant la communauté des sieur et dame Andrieux, de Monsieur Jacques Magloire Quentin et dame Victoire Julie Brohier, son épouse, demeurant à Landerneau, suivant contrat en date du 2 juin 1842, au rapport de Me Droniou, notaire à Landerneau, enregistré le 7 du même mois ; & par autre contrat en date du 29 juin dit an 1842, au rapport de Me Hue, notaire à Ploudiry, enregistré à Landerneau le 2 juillet suivant, ils ont acquis de Guillaume Mahot, charpentier, demeurant à la Villeneuve en Plouedern, les édifices et superfices et autres droits convenanciers lui appartenant dans ledit moulin, dont les sieur et dame Andrieux ont ainsi consolidé fonds et rente.

Enfin le moulin de Pont-ar-Bled ou ar-Bleis appartient actuellement en totalité à Madame Andrieux, par suite de la liquidation qu'elle a faite avec Monsieur François Aristide Andrieux, et fille, épouse de Monsieur Pierre Marie Adolphe Le Jeune, demeurant à Landerneau, tant de la communauté avec sondit feu mari, que de la succession de ce dernier, suivant acte en date du 28 septembre 1845, au rapport dudit Me Droniou, enregistré le 6 octobre suivant.

Jouissance : Pour les sieurs Lann et Le Bras, jouir, faire et disposer du moulin présentement vendu comme leur appartenant en toute propriété à compter de ce jour et en jouir par le perception des revenus, à compter du 29 septembre dernier.

Charges et conditions : ... etc...

Prix : Et en outre, cette vente est faite moyennant la somme de 2.000 francs que les sieurs Le Lann et Le Bras s'obligent solidairement de payer à Madame Andrieux, en l'étude de Me Robert l'un des notaires, soussignés, dans deux mois à compter de ce jour ... etc...


14/6/1898 - Vente du moulin de Pont-ar-Bled, Le Cann, moyennant 22.000 F
Fonds Cozic-Landuré (AML 9 S 70)

Etude de Me Léon JOUANNE, notaire à Landerneau.

Par devant Me Léon Jouanne et son collègue, notaires à Landerneau, Finistère, soussignés, a comparu,
Monsieur Jean-Marie Cann, minotier, demeurant à la minoterie de La Roche-Blanche en Plouneventer, canton de Landivisiau, lequel a, par ces présentes, vendu avec obligation de garantir contre tous troubles, éviction, hypothèque ou empêchement quelconque,
à Monsieur François Marie Cann, époux de Madame Jeannie Cornec, pour une moitié, et M. Jean Marie Cornec, jeune homme mineur, demeurant à Vougamat en Plouedern, pour l'autre moitié. Monsieur François Marie Cann, minotier, demeurant au moulin de Pont-ar-Bled en Plouedern ici présent et acceptant pour lui et pour Jean Marie Cornec, son beau-frère, par lequel il promet de faire ratifier les présentes aussitôt qu'il aura atteint sa majorité.

Désignation :

En la commune de Plouedern, canton de Landerneau,
La minoterie de Pont-ar-Bled, avec toutes les mécaniques, accessoires et tous objets servant à son exploitation sans aucune exception ni réserve. Laquelle minoterie comprend :
L'édifice principal renfermant les mécaniques, un grand magasin transformé en maison d'habitation au bas, avec grenier au-dessus, maison d'habitation nouvellement construite dans la cour, cour, étang avec bief et chaussée.
Un champ terre labourable, dit Parc Pichourellou, une écurie et remise construites sur l'emplacement du vieux moulin mais ne formant qu'un, entre la maison de ferme et celle appartenant à Yves André.
Un pré se trouvant compris entre le vieux ruisseau et le canal de dérivation menant les eaux du vieux ruisseau à l'étang du moulin à partir du barrage ??? à l'intersection du lit du vieux ruisseau et du canal de dérivation jusqu'à la vanne située à l'entrée de l'étang. Cette prairie bornée au nord et à l'est, tout au long, jusqu'à la propriété du vendeur par le vieux ruisseau, et à l'ouest, tout au long également, depuis le barrage dont il vient d'être parlé, jusqu'à la vanne à l'entrée de l'étang, par le canal de dérivation.

Le tout avec toutes ses circonstances, appartenances et dépendances, tels que lesdits immeubles existent aujourd'hui, sans garantie du bon ou mauvais état des bâtiments, mécaniques et ustensiles du moulin, chaussées, étang, vannes, etc que l'acquéreur ès qualités prendra dans l'état où le tout se trouve actuellement, sans pouvoir faire au vendeur aucune réclamation pour raison de dégradations qui pourraient exister ou de réparations qui seraient à faire, la signatures des présentes valant décharge au vendeur.

En un mot, la propriété est vendue à M. Cann et Cornec telle qu'elle est actuellement louée aux époux Maurice Cann, représentés aujourd'hui par M. François Marie Cann, suivant bail du 5 juin 1893 au rapport de Me Jouanne, soussigné.

Etablisement de la propriété :

Ces biens appartenaient à M. Le Cann, savoir :
Le moulin et dépendances pour en avoir fait l'acquisition de M. Herve Lann et Madame Elisa Caroline Mazé, son épouse, propriétaires, demeurant à Paris, suivant acte des 1er et 5 avril 1884 au rapport de Me Tranvoes et son collègue, notaires à Landerneau, cette vente ??? moyennant 15.000 francs, payés depuis. Cet acte a été transmis au bureau des hypothèques de Brest le 19 avril suivant, vol. 627, n° 4?

Monsieur Hervé Lann et Madame Eliza Caroline Mazé étaient propriétaires du moulin de Pont-ar-Bled et ses dépendances pour en être restés adjudicataires aux termes d'un procès-verbal d'adjudication du 17 mai 1883, au rapport de Me Tranvoes, notaire à Landerneau.

Cette vente avait été ordonnée par jugement du tribunal civil de première instance de Brest, rendu le 31 août 1882, à la requête de Madame Aline Caroline Gabrielle Perves, veuve de M. Charles Jean Marie Berthelot, minotier, demeurant autrefois à Pont-ar-Bled et M. François Marie Berthelot, propriétaire, demeurant à Plouneventer, en sa qualité de subrogé tuteur de 1° Aline Catherine ; 2° Edouard Albert et Louis Gabriel Berthelot, enfants mineurs issus des mariages de M. et Mme Berthelot et M. Pierre Marrec, aubergiste, rue du ??? à Landerneau, ayant agi en qualité de tuteur adhoc desdits mineurs Berthelot.

Et enfin M. Lann et Madame Lann, son épouse.
Cette propriété appartenait à Madame Berthelot comme veuve commune en biens pour 187.384è ; aux mineurs Berthelot pour même quotité ; et à M. Lann pour 10.384è.

La propriété des 187.384è ci-dessus appartenait aux mineurs pour l'avoir recueillie dans la succession de M. Charles Jean Marie Berthelot, leur père, décédé le 15/2/1881.

Madame veuve Berthelot et le sieur Berthelot, son mari, étaient devenus propriétaires des 187 192è de ladite minoterie pour les avoir acquis suivant acte au rapport de Me Diraison, notaire à Plouescat, du 29 avril 1875, de Madame Marie Louise Berthelot, veuve de M. Gabriel Cloître, propriétaire demeurant à Landerneau, agissant tant en son nom personnel que en sa qualité de tutrice légale de Yves Cloître, mineur, demeurant avec elle, lequel devenu majeur a ratifié ladite vente par acte au rappport de Me Allain, notaire à Landerneau, du 21/11/1876 ; Melle Euphrasie Cloître, majeure sans profession, demeurant à Landerneau ; Mme Marie Cloître, sans profession, demeurant à Landerneau avec le sieur son mari, M. Louis Belloch.

Cette vente fut faite moyennant 25.000 francs dont quittance fut portée au contrat de 5.000 francs. Quant aux 20.000 francs, ils furent stipulés payables de la manière suivante :
M. Berthelot s'obligea à payer aux vendeurs la somme de 10.000 francs en paiements égaux de 2.500 francs aux échéances du 15 mai, 15 juin, 15 novembre et 15 décembre suivants, sans intérêts.

Monsieur Berthelot s'obligea en outre à verser à M. Hervé Lann, vendeur des consorts Cloître
La somme de 416,60 francs prorata de l'année en cours à compter du 1er avril jour de l'entrée en jouissance
Celle de 2.500 francs annuellement pendant 10 ans.

Ces annuités ont été règlées jusqu'au jour de la vente, époque à laquelle il n'était plus dû à M. Lann que celle de 12.500 francs, et il lui revenait à lui-même dans le prix de vente pour 10 384è, la somme de 351,50 francs ; le montant de la vente du moulin de Pont-ar-Bled se trouvait donc effectué jusqu'à concurrence de 12.851,50 francs par confusion. Quant aux 648,50 francs restants, ils furent versés à Me Tranvoes, notaire à Landerneau, qui l'a reconnu et en a quitté et déchargé M. Lann.

Une expédition dudit contrat a été transcrite aux bureau des hypothèques de Brest le 23 mai 1875, vol. 545 n° 61.

Ladite minoterie a été acquise par les époux Gabriel Cloître pour 187 192è de M. Hervé Lann et son épouse, demeurant alors à Plouaret, suivant contrat passé devant Me Robert, notaire à Landerneau, le 26 août 1867, moyennant un prix de 25.000 francs, comme on vient de le voir plus haut. Ce contrat a été transcrit au bureau des hypothèques de Brest le 18 septembre suivant vol. 437 n° 54.

Cette propriété appartenait à M. Lann pour 187 192è tant pour les avoir recueillis dans la succession de ses auteurs que par suite d'acquisition des 33 192è qu'il avait faite de M. Le Bras, veuf de dame Marie Françoise Lann, minotier, demeurant à Pont-ar-Bled, suivant acte du 10 juin 1857 au rapport de Me Robert, notaire à Landerneau.

Le moulin de Pont-ar-Bled et les autres édifices ont été bâtis pendant la communauté de M. et Mme Lann, des sieurs et dame Le Bras, en l'emplacement de l'ancien moulin de Pont-ar-Bled, acquis par eux de Madame Françoise Caroline Julie Bazin, veuve de M. François Andrieux, de Landerneau, suivant acte du 14 avril 1846, au rapport de Me Robert, notaire à Landerneau.

Les 33 192è appartenaient à M. Le Bras, comme veuf commun en biens de Madame Françoise Le Lann et pour un 192è pour l'avoir recuilli dans la succession de Jean Louis Le Bras, son fils, décédé à Pont-ar-Bled, le 16 avril 1856.

La prairie appartient à M. Le Cann pour l'avoir acquise de Mme veuve Bazin et de M. et Mme Taconnet de Landerneau, suivant acte du 22 juin 1885 au rapport du notaire soussigné, moyennant 1000 francs, quittances au contrat qui a été transcrit au bureau des hypothèques de Brest, le 26 juin suivant, vol. 714, n° 11. Ces derniers l'avait acquise de M. et Mme Lann, de Paris, suivant acte des 28 mars et 7 avril 1884 au rapport de Me Tranvoes, notaire à Landerneau, transcrit au bureau des hypothèques de Brest le 19 avril suivant, vol. 687, n° 46. Signé Le Cann.

Les autres portions ont été acquises par M. Lann des enfants Le Bras, aux termes d'acte du 3 novembre 1860 au rapport de Me Robert, notaire à Landerneau, et de M. Charles Le Bras, marin de l'état, suivant acte du 2 novembre 1879, au rapport de Me Robert, notaire à Landerneau.

Charges et conditions

La présente vente est faite aux charges, clauses et conditions suivantes que l'acquéreur es qualités s'oblige à exécuter et accomplir :
Les acquéreurs jouiront des servitudes actives et souffrira les servitudes passives, apparentes ou occultes, ??? ou ???, s'il en existe sur ledit immeuble ou en sa faveur, sauf à faire valoir les uns où à se défendre des autres de leurs risques et périls sans recours contre le vendeur et sans que la présente clause puisse attribuer à qui que ce soit d'autres droits que ceux résultants de titres réguliers, non prescrits, ou de la loi.
Comme servitude passive, il en existe une au profit des héritiers Le Guen de Landerneau, en vertu d'un contrat au rapport de Me Terrot, notaie à Landerneau, du 8 septembre 1848 et qui consiste dans un droit pour les fermiers de M. Le Guen de faire une prise d'eau à l'effet d'arroser les prairies de 1er décembre au 1er juin ??? à cette prise d'eau doit se faire au-dessus du barrage appuyé à la garenne dite "Goarem Tarot an Dour", appartenant aux héritiers Le Guen. Les acquéreurs supporteront cette servitude comme ils s'en défendront à leurs risques et périls, mais en tout cas sans recours contre les vendeurs.
D'exécuter les obligations relatives à l'assurance contre l'incendie auxquelles le vendeur s'est soumis envers la compagnie d'assurances "L'Urbaine", ainsi qu'il est établi par la police n° 450 du 14 décembre 1892, modifiée par l'avenant du 31 décembre 1893 au moyen de quoi les acquéreurs auront droit en cas de sinistre à toute l'indemnité qui serait allouée.

Prix de la vente :

Et en outre cette vente estr faite moyennant la somme de 22.000 francs que M. François Marie Cann s'oblige ??? et es qualité à payer à M. Le cann le 29 septembre prochain sans intérêts.

Entrée en jouissance :

Les acquéreurs seront propriétaires absolus des biens vendus à compter d'aujourd'hui, mais Monsieur Le Cann vendeur se réserve d'une manière expresse la Saint-Michel à échoir le 29 septembre prochain, c'est-à-dire 1898.

Réserve de privilège et d'action résolutoire :

de la sûreté de l'exécution des conditions ci-dessus et du paiement du prix de la vente, les biens ci-dessus vendus demeurent spécialement obligés, affectés et hypothèqués par privilège spécialement re??? au vendeur.

Remise des titres :

Aussitôt le paiement du prix de la vente, M. Cann s'oblige à remettre aux acquéreurs les titres de la propriété qu'il possède, mais il ne pourront en demander d'autres que ceux qui leur seront remis de bonne foi.

Transcriptions :

Les accquéreurs feront transcrire une expédition des présentes au bureau des hypothèques de Brest.

Etat civil :

Déclare M. Le Cann, qu'il est veuf non remarié en premières noces de Françoise Argouarc'h et en deuxièmes noces de Marie Yvonne Corbé ; qu'il n'est tuteur ni de mineurs ni d'interdits ni ???table de deniers publics en un mot qu'il ne remplit aucune fonction ??? hypothèques légales.

Election de domicile :

Pour l'exécution des présentes et la validité de l'inscription d'office, les parties font élection de domicile en l'étude de Me Jouanne qui leur a donné lecture des articles 52 et 13 de la lOi du 23 août 1871.

Dont acte : fait et passé à Landerneau en l'étude, l'an 1898, le 14 juin. Et lecture faite, les comparants ont signé avec les notaires.
Signatures : Le Cann - Cann - Jouanne - Piver.


21/5/1942 - Bail du moulin de Pont-ar-Bled, par Monsieur François Cann à Monsieur et Madame Pouliquen
Fonds Cozic-Landuré (AML 9 S 70)

Etude de Me F. LEON, notaire à Landerneau.

Par devant Me François Léon et Me rené Cozic, notaires à la résidence de Landerneau, arrondiosssement de Brest, Finistère, soussigné ; ont comparu :
I - Monsieur François Marie CANN, veuf de Mme Jeannie CORNEC, propriétaire, ancien minotier, demeurant à Pont-ar-Bled, en la commune de Plouedern, agissant tant en privé qu'au nom et comme mandataire spécial de

  1. Monsieur Emile FRETAUD, fromager, et Mme Anne-Euphrasie CANN, son épouse, de lui autorisée, demeurant ensemble à Parigné-L'Evêque (Sarthe)
  2. Monsieur Ambroise-Marie CANN, fromager, époux de Madame Angèle FRETAUD, demeurant au Genest (Mayenne)
  3. Madame Jeanne-Louise CANN, veuve de Monsieur Paul BEUCHER, demeurant à Nuillé-sur-Vicoin (Mayenne)

II - Mademoiselle Marie-Anne CANN, institutrice libre, demeurant à Pont-ar-Bled, en la commune de Plouedern.

lesquels, en privé et ès qualité, ont, par ces présentes loué pour une durée de 5 années entières et consécutives qui sont réputées avoir pris cours le 29 mars dernier(1942) pour finir à pareille époque de l'année 1947

A Monsieur Joseph POULIQUEN, minotier, et Mme Alexandrine-Marie CANN, sans profession, son épouse qu'il autorise, demeurant ensemble au moulin de Pont-ar-Bled, en la commune de Plouedern.


 

Sources des informations

 

ADB = Archives Départementales du Finistère à Brest
ADQ = Archives Départementales du Finistère à Quimper
AML = Archives Municipales de Landerneau


logo André Croguennec
 A. Croguennec - Page créée le 20/8/2017, màj 1/11/2017.

  ...  GA  ...