blason de La Roche

Le moulin de Kermadec

accueil
Sommaire
des moulins de La Roche

 

Situation et plans

carte
<<  Moulin de Kermadec

 

Cadastre de 1811 - tableau des parcelles
LieuNom parcelleNature Propriétaire
716K/nevezfoenec bihanpréJacolot de Landerneau67
717moulin K/madecmaison et dép.Lesguern de Pencran85
717 bismoulin K/madecmoulinLesguern de Pencran85
718K/nevez ar vegueniclandeMme Tabareux de Landerneau131
719K/nevezar veguenictaillisMme Tabareux de Landerneau131
720moulin K/madecjardincourtilLesguern de Pencran85
721moulin K/madecfoenec bihancourtilLesguern de Pencran85
722moulin K/madecfoenec lencourtilLesguern de Pencran85
723K/nevezar coattaillisLe Roux de K/ninon de Morlaix72
724moulin K/madecar goaremtaillisLesguern de Pencran85
725moulin K/madecar goaremlandeLesguern de Pencran85
726moulin K/madecar goaremlandeLesguern de Pencran85
727moulin K/madecar goaremtaillisLesguern de Pencran85

Le moulin de Kermadec est situé en amont du moulin du Morbic. Il est aussi appelé "Milin ar c'han" ou "Moulin de Can" et même "Moulin du Cran".

Comme tous les moulins, ou les groupes de moulins, de la vallée du Morbic, le canal d'amenée du moulin de Kermadec est précédé d'un étang afin de garantir un débit plus important en été.

C'est l'étang Kermadec qui est le plus grand de tous : 18 cordes.

En 1807, un conflit surgit entre François Jean de Lesguern, propriétaire du moulin de Kermadec, et Marguerite-Louise Ollier, veuve Thomas, propriétaire et l'un des exploitants de la métairie de Tregastel, située sur la rive droite du Morbic (ADQ 63 J 180).

Le conflit portait essentiellement sur des limites de propriétés, mais le tribunal condamna M. de Lesguern à rabaisser la hauteur de la chaussée de son moulin qui fut jugée excessive. A quelle situation correspondent la surface de 18 cordes calculée en 1794 et le plan cadastral de 1811 ? A celle d'une chaussée sur-élevée ou non ? Difficile à dire !

Néanmoins, on peut affirmer que Lesguern fit rabaisser la hauteur de sa retenue. En effet, en 1863, Jean Bodenes, propriétaire ultérieur, demanda à la préfecture de pouvoir la surélever.

Terres de la métairie de Tregastel
    Chaussée de
l'étang de Kermadec >>
Plan du cadastre napoléonien de 1811
Moulin Neuf
de Ligoulven >>

Les données qui suivent, tirées d'un document de 1794, permettent de connaître la superficie des anciens étangs, qui ont bien sûr tous disparu aujourd'hui. Je n'ai fait qu'y rajouter la conversion de l'ancienne mesure (cordes) en mesure moderne (mètres carrés)  .

1 corde0,607799 ares
2 cordes1,215598 ares
10 cordes6,07799 ares
1 journal48,623919 ares
2 journaux97,247837 ares
10 journaux4,86239185 hectares

MESURES AGRAIRES.
Les anciennes mesures agraires en usage dans le département du Finistère sont la corde et le journal.
La corde est un carré de 24 pieds ou 4 toises de côté ; sa superficie est donc de 16 toises carrées.
Le journal contient 80 cordes, ou 1280 toises carrées.
Les nouvelles mesures agraires sont : le centiare, l'are, l'hectare et le myriare.
Le centiare est un mètre carré.
L'are est un carré de 10 mètres de côté, ou 100 mètres carrés.
L'hectare vaut 100 ares ; c'est un carré de 100 mètres de côté, contenant par conséquent 10.000 mètres carrés.
Le myriare renferme 100 hectares.

(source Annuaire de Brest et du Finistère de 1836 - p. 36)      Fermer X
District de Landerneau - Etat des étangs et réservoirs d'eau situés dans le territoire de la commune de La Roche en 1794
Désignation des étangs et réservoirsLeur étendueObservation de la commune de La Roche sur la conservation ou sur leur déssèchement et en ce dernier cas indication du genre d'ensemensement ou de plantation et la quantité de grains ou de légumes nécessaires
Etang du moulin de La Roche8 cordes486,2392 m2

Les étangs dépendants des quatre moulins dénommés sont d'une très grande nécessité à conserver par la raison que dans le courant de l'été il seroit impossible de les faire travailler sans arrêter le peu d'eau qui passe, puisque la rivière qui dévale auxdits moulins prend sa çours de la fontaine de Loguellou en Pencran. Nous n'avons d'autre réservoir ni partie de terre utile à déssécher sur cette commune.

Nombre d'étangs et de réservoirs à conserver : 4

Etang du moulin de K/madec18 cordes 1094,0381 m2
Etang du moulin de La Villeneuve ou Lignouvean6 cordes364,6794 m2
Etang du moulin de K/amer10 cordes607,7989 m2

Certifié le présent état véritable à La Roche le 7 pluviose an 2è de la république une et indivisible : Nicolas Perramant - Jean Marie Cessou, Maire.
(source Capacité des moulins en 1794 : District de Landerneau - ADQ 24 L 52)

 

Les propriétaires

 

Avant 1663Famille Huon de KermadecVu l'histoire du manoir de Kermadec en Pencran, que l'on pourra lire dans un chapitre dédié, on peut penser que le moulin de Kermadec a suivi le changement de propriètaire de la même façon que le manoir du même, qui fut racheté par les Kersulguen. Il appartenait donc, plus que certainement, avant 1663 à la famille Huon de Kermadec. Ce qui explique son nom.

Comme on peut le voir dans le chapitre déjà cité, les derniers propriétaires du moulin, portant le nom de Huon de Kermadec, furent donc :
François HUON de KERMADEC, décédé en 1647.
Marié le 21 février 1621 avec Renée de PENANCOET, décédée vers 1664, dont
  • François HUON de KERMADEC, né en novembre 1625, La Martyre, décédé avant 1669.
  • Alain HUON de KERMADEC, né le 18 mai 1629, Manoir de Kermadec, Pencran, décédé en avril 1684, Manoir de Pennanec'h-al-Lin, Le Ponthou (à 54 ans).
    Marié le 12 janvier 1654 avec Anne de PENSORNOU, décédée le 10 mai 1689, Les Sept-Saints, Brest.
  • Autres enfants : Françoise ; Renée ; Anne ; Marie et Brigitte HUON de KERMADEC.
1663-1794Famille de Kersulguen,
sr de Kerlorec
Pour plus de renseignements sur la famille de Kersulguen, on lira le chapitre spécifique, dédié au château de Chef-du-Bois à Pencran.

François de KERSULGUEN, né vers 1610, décédé le 26 novembre 1676, St-Thomas, Landerneau (à 66 ans).
Marié le 10 avril 1642, Treguier, avec Jeanne de KERGUEZEC, décédée le 27 octobre 1696, Pencran, dont
  • Joseph Hyacinthe de KERSULGUEN, né vers 1654, décédé le 19 janvier 1734, St-Thomas, Landerneau (à 80 ans), capitaine général des gardes-côtes.
    Marié le 27 juillet 1682 avec Françoise EON, décédée le 11 juillet 1728, Pencran, dont
    • Joseph François Marie Hyacinthe de KERSULGUEN, né le 20 septembre 1681, Pencran, baptisé le 15 juillet 1702, Pencran, décédé le 5 novembre 1765, Château de Chef-du-Bois, Pencran (à 84 ans).
      Marié le 30 août 1710, St-Malo, avec Jeanne Françoise LE FER, née vers 1695, décédée le 30 avril 1773, Pencran (à 78 ans), dont
      • Marie Jeanne de KERSULGUEN, née le 22/9/1711, St-Thomas, Landerneau, décédée le 21/7/1725, St-Thomas (à 13 ans).
      • Rose Edouarde Louise de KERSULGUEN, née le 24/2/1713, St-Thomas, Landerneau, décédée le 23/7/1799, Landerneau (à 86 ans).
        Mariée le 22 novembre 1746, Landerneau, avec François de LAUNAY.
        Mariée le 11 décembre 1759, Pencran, avec François Christophe Martial de GONIDEC.
      • Laurence Ferdinande de KERSULGUEN, née le 24 septembre 1714, St-Thomas, Landerneau, décédée le 5 février 1780, Château de Chef-du-Bois, Pencran (à 65 ans).
      • Françoise Olive de KERSULGUEN, née le 5 septembre 1716, St-Thomas, Landerneau, décédée le 24 janvier 1773, Château de Chef-du-Bois, Pencran (à 56 ans).
      • Anne Catherine de KERSULGUEN, née le 10 décembre 1717, St-Thomas, Landerneau.
      • Joseph Marie Hyacinthe de KERSULGUEN, né le 26 septembre 1721, St-Thomas, Landerneau, décédé le 11 septembre 1740, St-Thomas, Landerneau (à 18 ans).
      • Jean Joseph de KERSULGUEN, né vers 1721, décédé le 31 juillet 1725, St-Thomas, Landerneau (à 4 ans).
      • Marie-Jeanne de KERSULGUEN, née le 18/2/1727, St-Thomas, Landerneau, décédée le 2/4/1770, Manoir de Kerveatoux, Plouarzel (à 43 ans).
        Mariée le 2/10/1753, Pencran, avec Joseph René de LESGUERN, né le 21/10/1726, Lesneven, décédé le 21/2/1805, Manoir de Kerveatoux, Plouarzel (à 78 ans).
      • Jean Joseph de KERSULGUEN, né le 16 juillet 1728, St-Thomas, Landerneau.
      • Marie Cécile Thérèse de KERSULGUEN, née le 14 octobre 1730, Château de Chef-du-Bois, Pencran, baptisée le 18 octobre 1730, St-Thomas, Landerneau.
      • Joseph Jean Hyacinthe de KERSULGUEN, né le 8 mars 1733, St-Thomas, Landerneau.
      • François Marie de KERSULGUEN, né le 10 mars 1739, St-Thomas, Landerneau, décédé le 25 juin 1769, Château du Carpont, Tredarzec, enterré - St-Thomas, Landerneau (à 30 ans).
    • 6 autres enfants
  • Mathurin de KERSULGUEN.
  • Louise de KERSULGUEN, décédée le 9 août 1702, Pont-Croix.
    Mariée le 30 avril 1665, St-Thomas, Landerneau, avec Claude Pierre de KERLEC'H, décédé le 14 avril 1787, Ploudalmezeau.

Le moulin est loué 240 livres en 1730 et 1740. Plus en 1730, une "commission et denniers d'entrée" de 150 livres. (cdd 12)
Bail du 28/2/1758 : Mr de K/lorec loue le moulin à Michel Deniel et femme pour 270 livres (notaire Dumoulin)
Bail du 16/7/1766 : Mme la marquise de K/lorec, dame Jeanne Françoise Le Fer, loue le moulin et dépendances à Jeanne Martin, veuve, et à Michel Deniel pour 270 livres (notaire Latest - ADQ 4 E 95/40)
Bail du 22/7/1773 : Dlle Laurence Ferdinande de K/sulguen loue le moulin à Jeanne Martin, veuve de Michel Deniel et à son fils pour 270 livres (notaire Le Verge - contrôle des actes - ADQ 19 C 15/11)
Bail du 21/4/1794 (2 floreal an 2) : Rose Edouarde Louise de Kersulguen K/lorec, veuve Gonidec, loue le moulin à Hervé Deniel et Françoise K/neis pour 270 livres (notaire Brichet - ADQ 4 E 90/32)
1799-1847Famille de LesguernPour plus de renseignements sur la famille de Lesguern, on lira le chapitre spécifique, dédié au château de Chef-du-Bois à Pencran.

Joseph René de LESGUERN, né le 21 octobre 1726, Lesneven, décédé le 21 février 1805, Manoir de Kerveatoux, Plouarzel (à 78 ans).
Marié le 2 octobre 1753, Pencran, avec Marie-Jeanne de KERSULGUEN, née le 18 février 1727, St-Thomas, Landerneau, décédée le 2 avril 1770, Manoir de Kerveatoux, Plouarzel (à 43 ans), dont
  • François Jean de LESGUERN, né le 9 juillet 1754, Manoir de Kerveatoux, Plouarzel, décédé le 23 juillet 1820, Landerneau (à 66 ans), conseiller de la cour royale de Rennes.
    Marié le 31 mars 1790, St-Louis, Brest, avec Marie Charlotte de CILLART de SUVILLE, née le 7 décembre 1768, Brest, décédée le 31 mai 1841, St-Brieuc (à 72 ans), dont
    • Joseph Marie de LESGUERN, né le 20 janvier 1791, Lesneven.
    • Armand René Louis de LESGUERN, né le 9/2/1795, Londres, décédé le 10/6/1826, Château de Chef-du-Bois, Pencran (à 31 ans).
      Marié le 15 avril 1823, Morlaix, avec Félicité de KERSAINTGILLY, née le 18 septembre 1799, Morlaix, décédée le 18 mai 1875, Quai de Tréguier, Morlaix (à 75 ans), dont
      • Charles de LESGUERN, né le 10 septembre 1824, Château de Chef-du-Bois, Pencran, décédé le 10 septembre 1908, Château de Chef-du-Bois, Pencran (à 84 ans).
        Marié le 23 janvier 1848, Quintin (22), avec Louise Marie Angèle de BOUAN, née en 1824, Quintin (22), décédée le 11 avril 1868, Château de Chef-du-Bois, Pencran (à 44 ans).
    • Caroline Vincente de LESGUERN, née le 15 février 1797, Londres.
    • Paul Jules de LESGUERN, né le 7 novembre 1798, Londres, décédé le 26 décembre 1857, Manoir de Kermorvan, Trebabu (à 59 ans).
      Marié le 18 janvier 1831, Rennes, avec Angélique GOUZILLON de KERMENO.
    • Joseph Armel Marie de LESGUERN, né le 17 janvier 1803, Manoir de Kerveatoux, Plouarzel.
    • Jean Marie Albert de LESGUERN, né le 11 janvier 1805, Landerneau, décédé le 24 décembre 1888 (à 83 ans).
    • Armand Marie François de LESGUERN, né le 28 août 1806, Landerneau.
  • Marie-Françoise de LESGUERN, née le 15 février 1767, Manoir de Kerveatoux, Plouarzel.

Bail du 23/5/1804 (3 prairial an 12) par Lesguern à Heliez (notaire Brichet - ADQ 4 E 90/50) : 270 livres + commission de 601 livres.
En 1811, Lesguern de Pencran est propriétaire (source cadastre napoléonien de La Roche).
Remarque : François Jean de LESGUERN KERVEATOUX fut maire de Pencran de 1808 à 1811, Paul de LESGUERN de 1827 à 1830 et Charles de LESGUERN de 1850 à 1907.
1847-Famille BodenesEn 1847 : Jean Bodenes du moulin de Pont-ar-Groaz. En 1849, il réside au moulin de Kermadec
En 1879 : Bodenes Jean-Pierre, François et Marie-Jeanne, au moulin de Kermadec
En 1882 : Bodenes Jean-Pierre et François, meuniers, à Kermadec

Voir les meuniers

 

Les meuniers du moulin de Kermadec

 

1671-1677Nicolas NedelecNicolas NEDELEC. Marié avec Marie LORLEACH, dont
  • Herve NEDELEC, né le 26 août 1671, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
  • Jean NEDELEC, né le 30/9/1673, Moulin de Kermadec. Marié le 15/2/1700, Sizun, avec Jeanne MAGUER.
  • Marie NEDELEC, née le 13 mai 1677, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
    Mariée le 30 juin 1699, St-Houardon, Landerneau, avec Gaspard TEXIER, né à Poitiers, soldat.

Nicolas Nedelec est le frère de Jean Nedelec, meunier au moulin de La Roche.
1688 1693Alain Le MoalAlain LE MOAL. Marié avec Anne LE GOFF, dont
  • Anne LE MOAL, née le 12 novembre 1688, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
  • Marie LE MOAL, née le 29 décembre 1693, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
1682Guillaume NicolPierre NICOL, décédé le 9 mai 1681, La Roche-Maurice. Marié avec Marie KERBRAT, dont
  • Alain NICOL, né le 12 avril 1644, Moulin de Kerzuguel, Landivisiau, décédé le 3 novembre 1682, Moulin de Kerleau, Ploudiry (à l'âge de 38 ans), meunier à Kerleau en Ploudiry.
  • Louis NICOL, né le 15 novembre 1645, Plouedern, meunier au moulin de La Roche en 1682.
    Marié le 30 avril 1668, Plouedern, avec Anne LE REST, dont
    • Jean NICOL, né vers 1674, Sizun, décédé le 7 mai 1708, Moulin de Kermadec (à 34 ans).
      Marié le 4 février 1697, Lanneuffret, avec Françoise LE GALLOU, dont
      • Marie-Françoise NICOL, née le 6/3/1702, Moulin de Kermadec, décédée le 16/9/1702, Moulin de Kermadec (à 6 mois).
      • Marie-Josèphe NICOL, née le 26/7/1703, Moulin de Kermadec, décédée le 3/9/1703, Moulin de Kermadec (à un mois).
      • Jeanne NICOL, née le 30/11/1704, Moulin de Kermadec, décédée le 5/4/1705, Moulin de Kermadec (à 4 mois).
      • Olivier NICOL, né le 31/5/1706, Moulin de Kermadec, décédé le 14/6/1706, Moulin de Kermadec (à 14 jours).
      • Louise NICOL, née le 8/4/1708, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
  • François NICOL, né vers 1653, décédé le 7 mai 1696, Moulin du Forestic, Plouedern (à 43 ans), meunier au Forestic. Marié avec Françoise LE REST.
  • Guillaume NICOL, né vers 1653, décédé le 15 avril 1697, La Roche-Maurice (à 44 ans), meunier au Moulin de Kermadec en 1682. Marié le 21 juillet 1679, Landivisiau, avec Jeanne KERSCAVEN, née le 12 avril 1646, Vieux Château, Landivisiau.
  • Marguerite NICOL, née vers 12 mars 1656, Moulin de Kerhamon, Plouedern. Mariée avec François PICHON.

En 1682, Louis Nicol, frère de Guillaume, est au moulin de La Roche. Leur frère François est au Forestic (voir tutelle).
1702-1708Jean Nicol
1715Herve HerryHerve HERRY. Marié avec Péronelle SANQUER, dont
  • Guillaume HERRY, né le 6 août 1714, Dirinon, décédé le 7 janvier 1718, Port-Launay (à 3 ans).
  • Herve HERRY, né le 25 septembre 1715, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
  • Christophe HERRY, né le 10 avril 1717, Moulin de Kerguestrec, Châteaulin, décédé le 24 juin 1717, Châteaulin (à 2 mois).
1716-1729Yves CaousYves CAOUS, né le 20 mai 1689, Larlach, Plouedern, décédé le 8 juin 1729, Kermadec, La Roche-Maurice (à 40 ans).
Marié le 8 octobre 1715, Plouedern, avec Marie ABGRALL, née vers 1684, décédée le 25 novembre 1729, Kermadec, La Roche-Maurice (à 45 ans), dont
  • Guillaume CAOUS, né le 2 juillet 1716, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
  • Françoise CAOUS, née le 3 août 1717, Bourg, La Roche-Maurice.
    Mariée le 20/2/1730, La Roche-Maurice, avec Henry DENIEL, né le 22/4/1708, Tregastel, La Roche-Maurice, décédé le 31/5/1748, Tregastel, La Roche-Maurice (à 40 ans).
  • Françoise Mathurine CAOUS, née le 12 octobre 1719, La Roche-Maurice.
  • Marie-Yvonne CAOUS, née le 3 août 1722, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
1729-1758Michel Alexandre DenielMichel Alexandre DENIEL, né le 24/5/1700, Cran, La Roche-Maurice, décédé le 14/10/1758, Moulin de Kermadec (à 58 ans).
Marié le 1/8/1729, La Roche-Maurice, avec Marie ABGRALL, née vers 1684, décédée le 25/11/1729, Kermadec, La Roche-Maurice (à 45 ans).
Marié le 14/2/1730, La Roche-Maurice, avec Marie DENIEL, décédée le 9/9/1739, Kermadec, La Roche-Maurice, dont
  • Françoise DENIEL, née le 28/12/1730, Moulin de Kermadec, décédée le 28/3/1731, Moulin de Kermadec (à 3 mois).
  • Marie DENIEL, née le 8 août 1732, Moulin de Kermadec, décédée le 25 août 1732, Moulin de Kermadec.
  • Marguerite DENIEL, née le 27 août 1733, Moulin de Kermadec.
  • Anne DENIEL, née le 3 janvier 1735, Moulin de Kermadec.
  • Jacques DENIEL, né le 25 janvier 1736, Moulin de Kermadec, décédé le 28 janvier 1736, Moulin de Kermadec.
Marié le 19/1/1740, La Roche-Maurice, avec Jeanne MARTIN, née vers 1709, décédée le 24/12/1783, Kermadec, La Roche-Maurice (à 74 ans), dont
  • Herve DENIEL, né le 20 octobre 1740, Moulin de Kermadec, décédé le 22 août 1799, Moulin de Kermadec (à 58 ans).
    Marié le 15/1/1765, La Roche-Maurice, avec Françoise KERNEIS, décédée le 28/1/1796, Moulin de Kermadec, dont
    • Marguerite DENIEL, née le 15/2/1766, Moulin de Kermadec, décédée le 8/12/1794, Moulin de Kermadec (à 28 ans).
    • Marie-Jeanne DENIEL, née le 19/11/1767, Moulin de Kermadec, décédée le 2/12/1767, Moulin de Kermadec.
    • Michel DENIEL, né le 19/4/1769, Moulin de Kermadec, décédé le 13/1/1809, Moulin de Lesquivit, Dirinon (à 39 ans), meunier.
      Marié le 21/1/1789, La Roche-Maurice, avec Catherine GUILLERM, décédée le 18/12/1795, Moulin de Kermadec, dont
      • Jean-Marie DENIEL, né le 26 avril 1789, Moulin de Kermadec, décédé le 7 mai 1789, Moulin de Kermadec.
      • Jeanne DENIEL, née le 21 octobre 1794, Moulin de Kermadec, décédée le 27 octobre 1794, Moulin de Kermadec.
      Marié le 21 février 1797, La Roche-Maurice, avec Marguerite DERRIEN, née à Loqueffret, dont
      • Marie DENIEL, née le 22 octobre 1798, Morbic, La Roche-Maurice.
      Marié le 1er août 1803, La Roche-Maurice, avec Jeanne LETTY, dont
      • Marie-Anne DENIEL, née le 11/8/1804, Morbic, La Roche-Maurice, décédée le 7/2/1812, Moulin de Lesquivit, Dirinon (à 7 ans).
      • Herve DENIEL, né le 13/7/1806, Morbic, La Roche-Maurice, décédé le 22/3/1809, Moulin de Lesquivit, Dirinon (à 2 ans).
      • Joseph DENIEL, né le 25/5/1808, Moulin de Lesquivit, Dirinon, décédé le 18/9/1808, Moulin de Lesquivit, Dirinon (à 3 mois).
    • Sébastien DENIEL, né le 14 juillet 1771, Moulin de Kermadec, décédé le 7 février 1774, Moulin de Kermadec (à 2 ans).
    • Toussaint DENIEL, né le 8 septembre 1773, Moulin de Kermadec.
    • Pierre Jean DENIEL, né le 14/4/1776, Moulin de Kermadec, décédé le 5/7/1794, Keramer, La Roche-Maurice (à 18 ans).
    • Herve DENIEL, né le 14 juin 1779, La Roche-Maurice, décédé le 2/6/1830, Keradoret, Plouneventer (à 50 ans).
      Marié le 21/2/1797, La Roche-Maurice, avec Brigitte CALVEZ, née à Irvillac, décédée le 18/5/1804, Moulin de Kermadec, dont
      • Yves DENIEL, né le 12 juillet 1801, Moulin de Kermadec, décédé le 20 juillet 1801, Moulin de Kermadec.
      • Marie-Jeanne DENIEL, née vers 1802, La Roche-Maurice, décédée le 9/11/1825, Kerdonarz, Plouneventer (à 23 ans).
      Marié le 8 janvier 1805, La Roche-Maurice, avec Marie PERSON, de Plouneventer, dont
      • Herve DENIEL, né le 4/2/1808, Keradoret, Plouneventer, décédé le 20/7/1808, Keradoret, Plouneventer (à 5 mois).
  • Jeanne Françoise DENIEL, née le 16/3/1743, Moulin de Kermadec, décédée le 22/11/1775, Launay, La Martyre (à 32 ans).
    Mariée le 14 juin 1763, Ploudiry, avec Yves HELARY, décédé le 28 février 1769, Launay, La Martyre, dont
    • Herve HELARY, né le 12 février 1765, Moulin de Kermadec.
    • Yves HELARY, né le 6 juin 1767, Launay, La Martyre.
    Mariée le 13 février 1770, La Roche-Maurice, avec François PRIGENT.
  • Yves DENIEL, né le 6 avril 1746, Moulin de Kermadec, décédé le 3 janvier 1821, Moulin du Cosquer, Le Trehou (à 74 ans).
    Marié le 18 février 1772, La Roche-Maurice, avec Marie MARHIC, décédée le 16 juillet 1773, Moulin de Kermadec, dont
    • Herve DENIEL, né le 16 juin 1773, Moulin de Kermadec.
  • Guillaume DENIEL, né le 30 juin 1749, Moulin de Kermadec.
  • Michel Joseph DENIEL, né le 15/4/1752, Moulin de Kermadec, décédé le 17/5/1782, Moulin de Kermadec (à 30 ans).
    Marié le 15 janvier 1782, La Roche-Maurice, avec Marie LE VELLY.
1758-1782Jeanne Martin et
ses fils
Michel Joseph Deniel et
Herve Deniel
1783-1799Herve Deniel, époux de Françoise Kerneis
1797-1805Herve Deniel, époux de Brigitte Calvez
1805-1845Joseph Heliez

et Marie-Jeanne Maubian

et Marie-Jeanne Castel

et Jeanne-Yvonne Perramant
Joseph HELIEZ, né le 2 décembre 1781, Ploudalmezeau, décédé le 26 mai 1846, Kerbalanec, Pencran (à 64 ans).
Marié le 11 février 1813, La Roche-Maurice, avec Marie-Jeanne MAUBIAN, née le 7 décembre 1792, St-Houardon, Landerneau, décédée le 5 janvier 1827, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice (à 34 ans), dont
  • Yves Marie HELIEZ, né le 15 juin 1814, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice, meunier.
  • Michel Marie HELIEZ, né le 13/7/1817, Moulin de Kermadec, décédé le 6/11/1882, Bourg, La Roche-Maurice (à 65 ans).
    Marié le 6 novembre 1848, La Roche-Maurice, avec Marie-Louise GUEGUEN, née le 22 décembre 1816, La Roche-Maurice.
  • Goulven HELIEZ, né le 23 décembre 1819, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
  • Jean-François HELIEZ, né le 9 juin 1823, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
  • Jean HELIEZ, né le 29 octobre 1826, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
Marié le 3 juillet 1827, Landerneau, avec Marie-Jeanne CASTEL, décédée le 3 septembre 1829, Moulin de Kermadec, dont
  • Herve HELIEZ, né le 1er août 1829, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
Marié le 28 septembre 1830, La Martyre, avec Jeanne Yvonne PERRAMANT, née le 31 mars 1809, Keraoul, La Roche-Maurice, dont
  • Julie HELIEZ, née le 7 août 1831, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
  • Yves HELIEZ, né le 9 juin 1833, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
  • François Joseph HELIEZ, né le 8 mai 1835, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
  • Vincent HELIEZ, né le 15 juin 1837, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.
  • François Marie HELIEZ, né le 27 juin 1840, Moulin de Kermadec, La Roche-Maurice.

Recensement de 1841 à Moulin de K/madec dit du Cran : famille de Joseph Elies
1845-1877Jean Bodenes (ép. de Marie-Jeanne Miossec)Jean-Marie BODENES, né le 25/11/1779, St-Houardon, Landerneau, décédé le 25/1/1837, Pont-Croix, La Roche-Maurice (à 57 ans).
Marié le 19/1/1799, Landerneau, avec Jeanne LUNVEN, née le 4/10/1782, Plouedern, décédée le 4/5/1838, Pont-Croix, La Roche-Maurice (à 55 ans), dont
  • Anne Suzanne BODENES, née le 5/7/1802, La Roche-Maurice, décédée le 2/6/1853, Runaher, Pencran (à 50 ans).
    Mariée le 14/11/1824, La Roche-Maurice, avec Louis PERRAMANT, né le 23/11/1798, La Roche-Maurice, décédé le 17/6/1870, Pencran (à 71 ans), meunier au moulin de Pont-ar-Groaz.
  • Jean BODENES, né le 22 novembre 1811, Moulin de Pont-ar-Groaz, La Roche-Maurice, décédé le 26 février 1877, Moulin du Can, La Roche-Maurice (à 65 ans), meunier.
    Marié le 12 février 1838, La Roche-Maurice, avec Marie-Jeanne MIOSSEC, née vers 1812, décédée le 21 mai 1855, Moulin du Can, La Roche-Maurice (à 43 ans), meunier, précédemment au moulin de Pont-ar-Groaz, dont
    • Claude BODENES, né le 21 janvier 1839, Moulin de Pont-ar-Groaz, La Roche-Maurice.
    • Jean-François BODENES, né le 5/5/1840, Moulin de Pont-ar-Groaz, La Roche-Maurice, décédé le 3/3/1902, Moulin de Kermadec (à 61 ans).
      Marié le 24/2/1878, La Roche-Maurice, avec Scholastique JESTIN, née le 7/4/1851, Guenevez, Plouedern, décédée le 2/2/1892, Moulin de Kermadec (à 40 ans).
      Marié le 24/11/1895, La Martyre, avec Catherine CRENN, née le 20/2/1863, Plougourvest, décédée le 24/10/1921, Bourg, La Martyre (à 58 ans), dont
      • Marie-Jeanne BODENES, née le 22 août 1897, Moulin de Kermadec, décédée le 16 juillet 1987, Landerneau (à 89 ans).
      • Guillaume Jean BODENES, né le 20 avril 1901, Moulin de Kermadec, décédé le 22 septembre 1985, Laon (02) (à 84 ans).
    • Jean-Pierre BODENES, né le 17/3/1842, La Roche-Maurice, décédé le 6/5/1907, Moulin de Kermadec (à 65 ans).
    • Marie-Olive BODENES, née le 26/2/1844, Moulin de Pont-ar-Groaz, La Roche-Maurice, décédée le 13/6/1846, Moulin de Pont-ar-Groaz (à 2 ans).
    • François Marie BODENES, né le 16 décembre 1845, Moulin de Pont-ar-Groaz, La Roche-Maurice, décédé le 15 janvier 1848, Moulin du Can, La Roche-Maurice (à 2 ans).
    • Marie-Louise BODENES, née le 5 avril 1848, Moulin du Can, La Roche-Maurice.
    • Jeanne BODENES, née le 30 novembre 1850, Moulin du Can, La Roche-Maurice.
    • Anne Michelle BODENES, née le 21 avril 1855, Moulin du Can, décédée le 9 août 1855, Moulin du Can (à 3 mois).

Recensement de 1846 à Coulée du Trentel : 4 moulins donc 4 familles, dont celle de Jean Bodenes et Anne Miossec.
Recensement de 1901 à Kermadec : François Bodenes, meunier, et sa femme Catherine Crenn, leur fille Jeanne, Claude et Pierre Bodenes, frères, aide-meuniers et Hervé Crenn, aide-meunier.
Recensement de 1906 à Kermadec : Pierre Bodenes, meunier, et Catherine Crenn, sa belle-soeur, meunière, et ses deux enfants.
Recensement de 1911 à Kermadec : Jean Cloarec, carrier, et Catherine Crenn, sa femme, ménagère, et ses deux enfants.
1878-1892Jean-François Bodenes et Scholastique Jestin
1892-1902Jean-François Bodenes et Catherine Crenn
1903-1907Pierre Bodenes et Catherine Crenn, sa belle-soeur
1908-Christophe CrennNoël CRENN. Marié avec Anne BECAM, dont
  • Christophe CRENN, né le 2/1/1852, Keroulle, Plougourvest, décédé le 18/2/1933, La Gare, St-Thegonnec (à 81 ans), cultivateur, meunier.
    Marié le 19/5/1882, Plouvorn, avec Jeannie CAROFF, née le 13/10/1856, Plouvorn, décédée le 18/3/1922, Landerneau (à 65 ans).
  • Catherine CRENN née le 20/2/1863, Plougourvest, décédée le 24/10/1921, Bourg, La Martyre (à 58 ans).
    Mariée le 24/11/1895, La Martyre, avec Jean-François BODENES, né le 5/5/1840, Moulin de Pont-ar-Groaz, La Roche-Maurice, décédé le 3/3/1902, Moulin de Kermadec (à 61 ans).
    Mariée le 1/1/1908, La Roche-Maurice, avec Jean-François CLOAREC, né le 25/8/1840, Guiclan, décédé le 3/8/1913, Moulin de Kermadec (à 72 ans), carrier.

Christophe Crenn est déclaré "meunier, frère de la X dom moulin du Caan en La Roche", au mariage de sa soeur le 1/1/1908.
1916Le moulin est déclaré fermé
1921-Marie-Gabrielle GuenoléJean PERES, né le 27 mai 1858, Penguelen, Landerneau, décédé le 13 septembre 1917, Landerneau (à 59 ans), cultivateur, meunier.
Marié le 16/6/1896, Landerneau, avec Marie-Gabrielle GUENOLE, née le 1/3/1871, Runaouen, Ploudiry, décédée le 29/7/1928, La Forest-Landerneau (à 57 ans), meunière, commerçante dont
  • Marie Françoise PERES, née le 4 avril 1897, Penguelen, Landerneau, décédée le 17 mai 1922, Moulin de Kermadec (à 25 ans).
  • Aline Marie PERES, née le 28/9/1898, Landerneau, décédée le 5/3/1918, Penguelen, Landerneau (à 19 ans), couturière.
  • Jeanne Marie PERES, née le 9 décembre 1899, Landerneau, décédée le 12 août 1976, Quievrechain (Nord) (à 76 ans).
  • Jean Pierre PERES, né le 28 juin 1901, Landerneau, décédé le 12 mars 1980, St-Malo (à 78 ans).
  • Valentine PERES, née le 23 décembre 1902, Penguelen,Landerneau, décédée le 21 juillet 1908, Penguelen, Landerneau (à 5 ans).
  • Yvonne Marie PERES, née le 19 octobre 1904, Penguelen, Landerneau, décédée le 9 mai 1921, Moulin de Kermadec (à 16 ans).
  • Louise PERES, née le 18 juin 1906, Landerneau.
  • Amélie Aline PERES, née le 7 décembre 1907, Landerneau, décédée le 26 février 1979, Rennes (à 71 ans).
  • Anna Lucienne Jeanne PERES, née le 5 juin 1909, Landerneau.

Recensement 1921 à Kermadec : Gabrielle Guénolé, meunière, et ses 7 enfants.
1925-Pierre Marie CalvezPierre Marie CALVEZ, né le 8/3/1889, Kernoues, décédé le 4/4/1974, La Roche-Maurice (à 85 ans), meunier, cultivateur, ouvrier à l'arsenal.
Marié le 20/9/1920, Ploudaniel, avec Marie Joséphine HERRY, née le 11/11/1895, Ploudaniel, décédée le 22/4/1953, La Roche-Maurice (à 57 ans), meunière, dont
  • Jean CALVEZ, né en 1921, Ploudaniel.
  • Yves CALVEZ, né en 1923, Ploudaniel.
  • Philomène CALVEZ, née en 1925, La Roche.
  • Plus 8 enfants nés à La Roche.

Recensement de 1926 à Kermadec : Pierre Calvez, meunier, et Joséphine Herry, sa femme, meunière, et leurs 3 enfants, plus un domestique cultivateur.
Recensement de 1931 à Kermadec : Pierre Marie Calvez, cultivateur, et Marie-Joséphine Herry, sa femme et leurs 7 enfants.
Recensement de 1936 à Kermadec : Pierre Marie Calvez, ouvrier à l'arsenal, et Marie-Joséphine Herry, sa femme et leurs enfants dont 9 nés à La Roche entre 1925 et 1936.

 

Description du moulin

 

A - Caractéristiques du moulin :


B - Capacité de production comparée :
 
   1 - Capacité des moulins en 1794 (ADQ 24 L 52) :
 
District de Landerneau
Commune de La Roche
Etat des moulins existants dans la commune de La Roche contenant différents renseignements sur la quantité de grains qu'ils peuvent moudre, leur emploi actuel, la distance du chef-lieu, etc...
Nombre de moulinsQuantité de grains
qu'ils peuvent moudre
Distance
en réquisition pour la marinetravaillant pour des particuliersdu chef-lieu de districtdu chef-lieu de canton
Le moulin du bourg de La Roche (*)Moulin de K/madec2.912 quintaux par antrois quart de lieueune lieue
Moulin de Ligouvean ou de la Villeneuve1.820 quintaux par antrois quart de lieueune lieue
Moulin de K/amer1.292 quintaux par antrois quart de lieueune lieue
Moulin de La Roche2.184 quintaux par an

Observations : Les quatre moulins existant sur cette commune, travaillant sur la même eau, à peine peuvent-ils servir les particuliers dans cette commune dans la saison de l'été n'ayant que très peu d'eau. Mais dans la saison de l'hiver quand il y a beaucoup d'eau pluviale, le moulin de La Roche et celui de K/madec peuvent moudre au compte de la république au moins quelques tems. Fait et arrêté à La Roche ce 22 pluviose an 2è de la république. Jean Marie Cessou, Maire.
(*) Le moulin du bourg de La Roche est le moulin "du Morbic" ou "de Kermeur" ou "Kerbrat", travaillant pour la marine à cette époque sa production n'a pas été comptabilisée.


   2 - Capacité et caractéristiques des moulins en 1809 (ADQ 6 M 1037)

Commune de La Roche
Arrondissement de Brest
Canton de Ploudiry
Etat des moulins à farine actuellement en activité (il n'existe aucun moulin à vent)
Moulins à eauNb de tournansRoues perpendiculairesRoues horizontalesQualité des mouturesPoids des farines
qu'ils peuvent faire par jour
par an
300 j
Noms des lieux
d'où l'on tire les meules
Moulin de La Roche211à la grosse4 qtx métriques 1.200 Rouen
Moulin du Guerveur101id.2 qtx 1/2750 id.
Moulin de Kermadec211id.3 qtx 900 id.
Moulin Neuf101id.4 qtx 1/21.350 id.
Moulin Ligouvean
(autrement dit Cochard)
101id.8 qtx 2.400 id.
Autre au même propriétaire
suppléant au premier en été
101id... id.
Moulin de Pont-Croix101id.2 qtx 1/2750 id.
Autre au même propriétaire
suppléant au premier en été
101id... id.
Observations : Les meuniers achètent les pierres pour les meules de seconde main à Landerneau, Brest, Roscoff, Morlaix, etc. Les bleds qu'on leur donne à moudre sont le froment, le seigle-froment, le seigle pur, l'orge, l'avoine et le bled noir ou sarrazin. On ne garantit pas l'exactitude de leurs déclarations sur le poids de leur mouture journalière. Le maire de La Roche : Guymar

NB - La colonne en italique est un calcul que j'ai fait pour faciliter la comparaison avec le tableau précédent. Il y a des différences nettes : pourquoi ? Premier tableau "poids des grains", 2è "poids de farine" ? Mais la production des moulins a changé proportionnellement !
A une date, sans doute plus tardive, les moulins ont évolué, Roger Bras nous indique une production de 130 quintaux par jour dans les moulins de la vallée du Morbic.


  3 - Statistiques sur les moulins - 28/10/1899 (ADQ 29 S 3) :
Comparaison de quelques moulins en 1899 - Statistiques du 28/10/1899 (ADQ 29 S 3)
Nom du moulinNb meulesForce bruteutilisée Moteur hydraulique
Moulin de l'Elorn884 CV42 CVTurbine
La Roche-Blanche852 CV26 CVTurbine
Kerigeant348 CV23 CVTurbine
 
Les Justices46 CVRoue à augets
et turbine
Pont-ar-Bled310 CV1 CVRoue à augets
  
Nom du moulinNb meulesForce bruteutilisée Moteur hydraulique
Moulin de la Roche26 CV1 CVTurbine
Moulin Laz (Morbic) 25 CV1 CVTurbine
Kermadec25 CV1 CVTurbine
Ligoulven45 CVTurbine
Brezal39 CV1 CVRoue à augets
et turbines
Run-ar-C'hi24 CVTurbine
N.B. Le formulaire regroupant ces statistiques ne prévoyait pas la possibilité de cylindres. Or à cette époque ceux-ci étaient connus. Il n'est donc pas impossible que dans le nombre de paires de meules, il faille compter des cylindres.
 
  4 - Production comparée des moulins en 1916 (ADQ 29 S 3)
 
Production comparée des moulins en 1916 (ADQ 29 S 3)
Nom du moulinNom dans l'archiveExploitantType de
moulin
Quintaux
par an
Quintaux par moisQx / jourRemarques
JFMAMJJASOND
Moulin de La RocheLa RocheEliezPetit moulin 5004035454041393535454550503
Moulin de LigouveanLigouvenRoudotPetit moulin2502525202120181816162523233
Moulin du Morbic ou Milin GlazLazCorbéPetit moulin 1.000807090808280707090901001006
Moulin de l'ElornLa RocheBazinMinoterie à cylindres25.000200020002000200020002000230024002300200020002000150moulin chômant
Milin ar c'han ou
Kermadec
Ar hantBodenesPetit moulin moulin fermé
La Roche-Blanche La Roche-BlancheCann JacquesMinoterie à cylindres5.00045045040040040040040040040040045045020
Kerigeant KerigeantVeuve GallouMinoterie à cylindres4.80040040040040040040040040040040040040020
Moulin de Brezal BrezalMenezmoulin fermé
Moulin de Pont-ar-Groaznon cité dans l'archive, car il n'existait plus

  5 - Extrait de la liste des 136 moulins qui écrasaient plus de 1.500 quintaux avant 1939 dans le Finistère.

   Le contingement était prévu pour éviter une surproduction de blé constante malgré les mauvaises récoltes. (source L'écho des Moulins)


Le moulin de Kermadec n'est pas cité.

 

 

Photos

 


Moulin de Kermadec (vue vers l'aval)


Moulin de Kermadec (vue de l'arrière)


Moulin de Kermadec (en bas de la façade dans le trou : la turbine ;
au milieu du mur : le trou pour l'axe de l'ancienne roue verticale)
La hauteur du trou met en évidence que l'eau passait sous la roue et que ce n'était donc pas une roue à augets, mais une roue à palettes.


Moulin de Kermadec (la turbine)


Milin ar C'han (vue vers l'aval)


Milin ar C'han (vue vers l'amont)


Ce qui reste de la retenue de l'étang de Kermadec (vue vers l'aval)

 

Du "rififi" à Kermadec en 1807

Le 25 septembre 1806, Marguerite-Louise Ollier  , veuve Thomas, commerçante à Landerneau, s'était portée acquéreur de la terre de Tregastel à La Roche et de sa métairie. Cette terre borde la rivière Morbic sur la rive droite. A cette date, la rive gauche, ainsi que le moulin de Kermadec appartiennent à François Jean de Lesguern, de Chef-du-Bois à Pencran, que l'on ne présente plus.

Joseph Marie THOMAS, décédé le 1er juin 1796, Landerneau, négociant.
Marié le 16 août 1785, St-Houardon, Landerneau, avec Marguerite Louise OLLIER, décédée le 12 juin 1816, Landerneau, commerçante, propriétaire, dont X

La veuve, voulant clôre son terrain du côté de la rivière pour mettre en valeur son acquisition, se mit à élever un mur près du cours d'eau au-dessus de la queue de l'étang du moulin de K/madec. A peine avait-elle commencé les travaux que François Jean de Lesguern a voulu l'arrêter dans ses projets en faisant démolir le mur nuitamment.

La raison invoquée était que Marguerite Ollier allait ainsi supprimer le sentier, pourtant souvent inondé et donc dangereux, qui permettait de remonter la rivière pour se rendre vers les moulins supérieurs. Elle obligerait ainsi les charrettes, montures et piétons à emprunter le chemin, beaucoup plus praticable, qui existait de l'autre côté de la rivière, sur les terres de Lesguern. Celui-ci non content d'avoir démoli le mur de la veuve se mit à créer des obstacles sur son chemin pour empêcher les charrettes de passer... et assigna sa voisine au tribunal.

Le jugement eut lieu le mercredi 30 août 1809, à 9 heure du matin au tribunal de première instance du 1er arrondissement communal du département du Finistère, à Brest. M. de Lesguern était défendu par Me Le Hir et Mme veuve Thomas par Me Gillart.

Le tribunal déclare ne pouvoir recevoir la demande du sieur de Lesguern, renvoie en l'état la dame Thomas hors d'action et condamne le sieur de Lesguern aux dépens taxés à 155,95 francs.


Outre les documents d'archives donnant le compte-rendu du jugement, nous possédons le texte préparatoire et intégral du plaidoyer de l'avocat Gillart, daté du 15/10/1807, qui comporte 12 feuillets recto-verso, d'une écriture assez dense. Pour ne pas lasser nos lecteurs par une lecture trop longue, nous en avons extrait quelques paragraphes particulièrement intéressants qui permettent de se rendre compte de l'environnement du moulin de Kermadec à l'époque. Le demandeur est M. de Lesguern, la défenderesse, Mme Thomas :

<< vers le moulin
    de Kermadec
Chemin public supprimé >
< Chemin envahi par les eaux
<< Tregastel
Moulin neuf de Ligouvean
Moulin de Ligouvean
Petit moulin de Ligouvean >
Moulin de Pont-ar-Groaz
Petit moulin de Pont-ar-Groaz >

... Le demandeur a en sa faveur de grandes propriétés. Dans une des siennes existe un grand étang, donc l'eau se jette d'abord au moulin de Runarher, appartenant au demandeur, ensuite à celui de Traoñ-Perenes dont est fermier Guillaume Joncour, de là à celui de Pont-ar-Groaz, dont est fermier Jean Lunven, de celui-ci à celui de Ligouvean dont est fermier Pierre Le Dall, de celui-ci à un autre moulin de [1v] Ligouvean, tenu en ferme par le même Le Dall, de celui-ci aussi au troisième moulin de Ligouvean dont est fermier Jean Juzo, de celui-ci au moulin du Can ou K/madec, appartenant au demandeur, de là au moulin du Laz ; et puis à celui de La Roche, appartenant au Sr Bouroullec et dont est fermier Jacques Mesguen, d'où elle tombe dans la rivière d'Elorn qui sépare en deux parties la ville de Landerneau. Ainsi sur cette rivière, il existe neuf moulins dont deux seulement appartiennent au demandeur.

Nulle difficulté sur celui qui reçoit la première eau de la source qui est dans les terres du demandeur.

Quant à celui du Cann ou de K/madec, qui appartient à Mr Lesguern et est situé au dessous du 3ème moulin de Ligouvean dont est fermier Jean Juzo, & au-dessus du moulin Laz ; c'est ici qu'il faut s'arrêter, parce que c'est ici que les difficultés commencent à s'élever.

L'eau qui alimente les neuf moulins, dans la distance d'un demi-myriamètre, laisse à la gauche de son courant une petite partie du terrain du demandeur & à sa droite une grande partie de celui de la defenderesse. Du côté du terrain du demandeur jusqu'à la chaussée de l'étang du moulin de K/madec, il existoit autrefois un chemin public qui conduisoit aux moulins supérieurs de Ligouvean par les terres du demandeur : il lui a plu de les clôre nouvellement & n'y laisser qu'un passage à pied en établissant dans l'étendue de ses terres de distance en distance des eschaliers.

Dans le même alignement depuis et vis à vis le moulin de K/madec, il existe un chemin public conduisant aux bourgs de la Roche et de Pencran & aboutissant aux deux grands chemins de Landerneau à Landivisiau & à Carhaix.

Du côté du terrain de la defenderesse, il n'existe aucun chemin public : on y voit seulement une espèce de [2r] sentier pratiqué au travers des terres de la défenderesse pour la commodité des gens de pied & qui n'aboutit qu'au lit de la rivière, en remontant vers sa source & qui, en suivant le cours de la rivière, conduit aussi au bourg de La Roche, ainsi qu'au moulin de K/madec en traversant le lit de la rivière, quand il est asséché, comme il conduit aussi au moulin de Ligouvean le plus près de l'étang de celui de K/madec dans les tems de grande sécheresse. ...

 

... Jamais le propriétaire de K/madec n'a eu de propriété du côté de la terre de Tregastel. Il est donc sans qualité pour quereller les titres de la défenderesse, suivant la règle : non est major defectus quam defectus qualitatis. Jamais le demandeur ne produira de titres qui lui attribuent la propriété de la position du terrain dont la défenderesse a commencé la clôture.

La défenderesse sait très bien qu'il est des cas où la possession l'emporte sur tous les titres ; cette règle est sans application à l'espèce présente. Rien de plus facile que de la démontrer.

Pour qu'une possession puisse l'emporter sur tous les titres, il faut qu'elle soit dégagée de toute présomption de possession précaire ou de simple tolérance ; or il est de principe certain que toute possession par un terrain clos ou déclos est toujours réputée précaire ou de simple tolérance dans l'hypothèse présente, par une foule de raisons aussi tranchantes les unes que les autres.

La première que le prétendu chemin ou voie publique, pour nous conformer aux expressions du demandeur, n'a jamais été qu'un sentier pratiqué par des piétons pour traverser le lit de la rivière du côté du terrain de la défenderesse.

La seconde que, s'il étoit nécessaire d'avoir un chemin pour se rendre du moulin de K/madec aux moulins supérieurs, il seroit plus naturel que le demandeur fournit le chemin de son côté, par la chaussée par laquelle on peut passer sans aucun danger avec chevaux et charrettes parallèlement à son étang en sapant les eschaliers qu'il a élevés dans ses terres de manière qu'il n'y peut passer actuellement que des piétons, tandis qu'avant les nouvelles clôtures on y passoit avec chevaux et charrettes.

La troisième que dans aucun tems on n'a pu acquérir de possession par le lit d'une rivière.

La quatrième que du moulin de K/madec, pour se [4v] rendre à La Roche, à Pencran, à Landerneau & partout ailleurs, il existe une chemin charretier qui mène à tous ces endroits, sans le moindre danger.

La cinquième que le sentier pratiqué par des piétons seulement ne conduit qu'au lit de la rivière non guéable dans les trois quarts de l'année & tellement dangereux que plusieurs chevaux chargés y ont versé leurs voitures, leur conducteur étant obligé de les abandonner & de passer par le terrain du demandeur & par la chaussée de son moulin pour rejoindre leurs chevaux au bout septentrional de ladite chaussée, où souvent ils les trouvent entraînés par la force du courant. ...

 

... En voilà bien assez sans doute pour détourner le demandeur de l'inutile tentative d'une preuve d'une possession immémoriale de passage par les terres de la défenderesse, possession équivoque et non à titre de propriétaire, puisqu'il n'a jamais eu de propriété de l'autre côté de l'étang, c'est-à-dire du côté des terres de la défenderesse.

De plus, si un chemin étoit absolument nécessaire, pour se transporter du moulin de K/madec au moulin supérieur et même à tous les moulins au dessus, ce qui est très douteux, mais supposons pour un moment cette nécessité, ne seroit-il pas plus naturel que le demandeur fournit le chemin par ses propres terres, qui sont de l'autre côté de son étang, chemin qu'il lui a plu clôre de sa propre autorité, en y substituant un chemin de piétons seulement ? Rien de plus facile que cette opération, il ne s'agiroit que de rompre les fossés qu'il a élevés alors en passant par la chaussée de son étang et par le pont de bois qu'il a placé au-dessus de l'écluse de l'eau perdante pour faire la jonction de sa chaussée à son terrain de l'autre côté, où il est aujourd'hui le [6r] chemin public qu'il a réduit en chemin qui n'est propre qu'à des piétons.

La chaussée et le pont de bois pour passer du côté de ses terres sont assez larges et assez vastes pour être fréquentés avec chevaux et charrettes. Il ne pourroit donc prétendre un chemin de servitude par les terres de le défenderesse, même en offrant de l'indemniser ; puisque de tous tems il a eu et il auroit encore, s'il vouloit, un chemin par ses propres terres, en rétablissant celuui qu'il a supprimé en faisant de nouvelles clôtures : chemin qui seroit d'ailleurs plus court et moins dangereux, ainsi qu'on l'a déjà observé.

 

Autres documents d'archives

Bail du moulin de Kermadec - 16/7/1766 - Notaire Latest (ADQ 4 E 95/40)

16 juillet 1766 - Ce jour 16 juillet 1766, avant midy devant nous notaires soussignans de la jurisdiction de principauté de Léon à Landerneau avec soumission à icelle ont personnellement comparus Dame Jeanne Françoise Le Fer, dame marquise de K/lorec, veuve douairière de Messire Joseph François Marie Hiacinthe de K/sulguen, chevalier marquis de K/lorec, seigneur de Chef-du-Bois, K/madec et autres terres et seigneuries, en son vivant chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, et fondée en procuration de Messire François Marie de K/sulguen, chevalier marquis de K/lorec son fils du 17 janvier dernier, au rapport de Me Latest notaire, controllée à Landerneau le 21 du même mois, demeurant en son château de Chef-du-Bois, paroisse Saint-Thomas d'une part ;
Jeanne Martin, veuve de Michel Deniel, Hervé Deniel son fils et Françoise K/neis sa femme, elle le requérant de lui autorisée, demeurant ensemble au moulin de K/madec, trève de La Roche-Maurice, paroisse de Ploudiry, d'autre part ;

Laquelle dame marquise de K/lorec a par le présent avec promesse de garantie à la Coutume, baillé à titre de simple ferme muable pour neuf ans qui commenceront à la Saint-Michel 1768 et finiront à pareil terme de l'année 1777 à ladite Jeanne Martin et auxdits Deniel et femme, acceptans et preneurs, sçavoir est :
Ledit moulin de K/madec avec ses maisons couvertes, l'une d'ardoises et l'autre de gleds, ses moulans, tournans, étang, chaussée, biay, moutaux et détreignables, les terres froides, issues et autres appartenances et dépendances dudit moulin, à pouvoir lesdits preneurs en continuer la jouissance à la même manière qu'ils l'ont faite au passé jusqu'à présent, et qu'ils ont encore droit de le faire en vertu du bail courant du 28 février 1758, au rapport de Me Dumoulin notaire, controllé à Landerneau le 1er mars suivant ; ladite ferme ainsi renouvellée, consentie et acceptée à condition que lesdits preneurs en jouissent en bon père de famille et qu'il payeront annuellement pour le prix d'icelle à la dame bailleure la somme de 270 livres, à commencer le premier payement au cours du présent bail à la Saint-Michel 1769 et ainsi continuer d'an en an pendant lesdites neuf années sans préjudice de la levée courante . . . dudit bail actuel, et de tous les autres droits de la dame bailleure réservés. En outre, lesdits preneurs acquitteront les charges au cas qu'il en soit dû et exigé sur lesdits héritages sans néanmoins en approuver aucune ; comme aussi entretiendront pendant les mêmes neuf années, et rendront à leur fin ou en tout cas à leur sortie, et même à la première réquisition de la dame bailleure ledit moulin et toutes les dépendances de la présente ferme en bonne et due réparation suivant le dernier renable ; fourniront bonne et solvable caution resçéante et renforceront même le cautionnement lorsqu'ils en seront requis par la dame bailleure, pour sûreté de l'exécution entière du présent bail ; copie en forme duquel ils lui fourniront aussi à leur frais dans quinzaine, et ne pourront sans son consentement par écrit sous-fermer le tout ni partie dudit moulin et dépendances, associer ni subroger qui que ce soit dans ladite ferme, la diviser, ni autrement y rien changer, innover ni dégrader, et en cas de novalité ou d'usurpation, ils seront tenus de s'y opposer et d'en avertir aussitôt la dame bailleure, ainsi que de grosses réparations qui seront à sa charge pour la mettre en état d'y pourvoir au besoin et de veiller à la conservation et au maintien de ses droits, le tout sur peine de résiliement du présent bail et de supporter par lesdits preneurs tous mauvais événemens, dépens, dommages et intérêts, même d'être expulsés à leur frais en vertu dudit bail, sans permission ni autre formalité préalable de justice, et d'être ladite ferme rebaillée à d'autres, à leurs déchet, péril et fortunes, et au cas que ???? soient dans la suite exécutés soit par défaut de payement ou autres causes, ils consentent et veulent que la vente en soit faite sur les lieux en leur demeure pour éviter le dégât et endommagement des effets et les frais de leur transport au marché, dérogeant à cet égard aux dispositions contraires de l'ordonnance ; à tout quoi lesdits preneurs se soumettent et obligent par hippoteque de tous et chacun leurs biens en général, à pouvoir y être contraints solidairement l'un pour l'autre par exécution, saisie et vente, comme dit est, et même ledit Deniel par corps et emprisonnement de sa personne suivant l'ordonnance, sans sommation précédante, ni que l'une voie déroge à l'autre, et pour l'effet de ladite solidité, lesdits preneurs renoncent au bénéfice de division et discution de biens et personnes.

Fait et passé à Landerneau, en l'étude et au rapport du soussignant Me Latest, l'un de nous, sous le seing de ladite dame marquise de K/lorec, ceux desdits preneurs et les notres notaires lesdits jour et an que devant : iaNNE MartiN - Françoise K/neis - hervé denniel - y: Ollivier, notaire - Latest, notaire.


Bail du moulin de Kermadec - 2 floreal 2 - 21/4/1794 - Notaire Brichet (ADQ 4 E 90/32)

2è floreal an 2è - Ferme de 9 ans du moulin de K/madec et dépendances sur la commune de La Roche-Maurice, consentie par Charles Le Bourg, officier municipal, demeurant sur la commune de Landerneau, agissant pour la citoyenne K/sulguen K/lorec
à Hervé Denniel et Françoise K/neis sa femme, demeurant audit moulin, pour en continuer la jouissance à la St Michel 1795 et payer par an 270#.

2 floreal 2è année rép. Ce jour 2 floréal l'an 2 de la république une et indivisible, après midi, par devant nous notaires publics exerçant près le tribunal du district de Landerneau, ont comparu Charles Le Bourg, officier municipal, demeurant sur la commune de Landerneau, faisant et agissant pour et au nom de Rose Edouarde Louise Kersulguen K/lorec, veuve Gonidec, en vertu de la procuration du 29 ventôse dernier, enregistrée à Landerneau l'onze germinal, d'une part ;
Et Hervé Deniel et Françoise K/neis, sa femme, laquelle le requérant est de lui duement autorisée, demeurant au moulin de K/madec, succursale et commune de La Roche-Maurice, canton de Ploudiry, d'autre part.
Lequel dit Le Bourg audit nom a, par le présent en vertu de sadite procuration baillé, loué & affermé pour le tems et espace de neuf années entières et consécutives qui commenceront à la Saint-Michel 1795 vieux style & finiront à pareil terme en 1804 auxdits Hervé Deniel et femme, ce acceptant, c'est à savoir le moulin de K/madec où ils demeurent avec ses maisons couvertes l'une d'ardoises et l'autre de genêts, moulants, tournants, chaussée, étang, terres froides et issues en dépendants ainsi que le tout est actuellement tenu audit titre de ferme en vertu du bail du 16 septembre 1782, passé devant Le Bris notaire à Landerneau & contrôlé audit lieu le 21 desdits mois et an, pour par eux en continuer la jouissance pendant ledit tems en bon père de famille, sans pouvoir prétendre ni vassaux ni corvées attendu la suppression et sans pouvoir à cet égard réclamer nulle indemnité. Ladite ferme ainsi faite, accordée, renouvellée et acceptée pour et moyennant la somme de 270 livres par an que lesdits Deniel et femme preneurs s'obligent de payer chaque année à ladite citoyenne veuve Gonidec ou au porteur de ses ordres, premier paiement faire en vertu du présent à la St-Michel 1796 vieux style pour continuer ainsi pendant les neuf ans, au surplus seront lesdits preneurs tenus d'entretenir pendant les neuf ans et rendre à leur sortie de la ferme ledit moulin et toutes les dépendances de la ferme en bonne réparation suivant le dernier renable ainsi qu'ils y sont obligés par le bail courant susdaté, fourniront caution agréable & solvable pour sûreté de l'exécution du présent à la première réquisition qui leur en sera faite, ne pourront souslouer le tout ni partie de la ferme ni y subroger qui que ce soit, innover, changer ni dénaturer sans le consentement par écrit de ladite propriétaire et quand il y aura besoin de grosses réparations ils l'en avertiront comme au passé, à peine par la contravention à une ou plusieurs des clauses ci-dessus d'expulsion, dépens, dommages & intérêts. C'est à quoi après lecture les parties se soumettent & s'engagent, lesdits preneurs consentant qu'à défaut de paiement leurs meubles soient saisis & vendus sur les lieux & sans déplacer pour éviter à frais. L'un d'eux tenu & obligé pour l'autre et un seul pour le tout solidairement. Fait & passé à Landerneau en étude au rapport du soussignant Brichet, l'un de nous l'autre présent, sous les seings des comparants & les notres, lesdits jour et an. hervé denniel - Lebourg - francoisse Kneis - Le guen, notaire - Brichet, notaire.


Bail moulin Kermadec par Lesguern à Heliez - 3 prai 12 - 23/5/1804 - Notaire Brichet (ADQ 4 E 90/50)

3è prairial an 12 - Bail à ferme de 9 ans du moulin de K/madec en la commune de La Roche qui aura cours du 7 au 8 vendémiaire an 13, consenti par Mr de Lesguern à Jean-Marie et Joseph Marie Heliez tant pour eux que pour leurs autres soeurs et frère pour paier par an 270 francs quitte de charges et de tout impôt, contributions, etc.

Ce jour 3è prairial an 12 de la république française une et indivisible, devant les notaires publics soussignés du département du Finistère à la résidence de Landerneau avec soumission à la justice de paix du canton de Landerneau, le requérant les parties cy-après.

Ont comparu François Jean de Lesguern, demeurant à sa terre de Chef-du-Bois, commune dudit Landerneau, section de Saint-Thomas, d'une part ; et Jean Marie et Joseph Marie Heliez, faisant tant pour eux que pour Marie-Anne, Marie-Josèphe et Yves-Marie Heliez, tous frères et soeurs, demeurants tous ensemble et en même commensalité au moulin de Castel Gotter, commune de Ploudalmezeau, d'autre part.

Lequel dit de Lesguern a par le présent baillé, cédé et délaissé à titre de pure et simple ferme pour le tems de neuf ans entiers et consécutifs qui commenceront à la St Michel 29 septembre 1804 vieux stile, ou du 7 au 8 an 13 et qui finiront à pareil terme de l'an 22, c'est-à-dire à la St Michel 1813, auxdits Heliez pour eux et leurs autres frère et soeurs, savoir est le moulin de K/madec, situé en succursale et commune de La Roche-Maurice avec ses maisons, l'une couverte d'ardoises et l'autre de genêts, moulants, tournants, chaussées, étang, terres froides et issues en dépendants, ainsi que le tout est actuellement manoeuvré au même titre de ferme par Hervé Denniel et François K/neis, sa femme, suivant bail du 2 foreal an 2, enregistré à Landerneau le quatre dudit mois floreal par Le Roux pour 4 livres 10 sols, pour du tout lesdits preneurs qui déclarent en avoir ample connoissance, jouir, user et disposer en bon père de famille sans pouvoir prétendre de vassaux.

La présente ferme ainsi convenue, consentie et accordée pour de la part desdits preneurs paier, rendre et faire avoir au bailleur en sa demeure quitte e tous frais la somme de 270 francs, à commencer le premier paiement du 7 au 8 vendémiaire an 14 et ainsi continuer d'année en année durant le cours du présent, outre acquitter toutes et telles charges qui peuvent être dues ou exigées sur ledit moulin et dépendances, même les contributions foncières, charges localles, centimes additionnels et tous autres impôts quelconques créés ou à créer, sans diminution du prix de ladite ferme ; au surplus seront lesdits preneurs tenus d'entretenir pendant lesdits neuf ans et rendre à leur sortie de ladite ferme en bonne réparation suivant le dernier renable, ainsi que les fermiers actuels y sont obligés ou à s'arranger et accorder entr'eux à ce sujet comme bon leur semblera sans recours vers le bailleur qui déclare dès à présent les subroger dans tous droits et actions ce touchant vers lesdits fermiers actuels ; seront aussi lesdits preneurs tenus de fournir caution solvable et agréable à la première réquisition qui leur en sera faite et ne pourront pareillement sous-fermer le tout ni partie dudit moulin et dépendances, y subroger qui que ce soit, innover, changer ni dégrader sans le consentement par écrit du propriétaire, à peine de résiliement de tous dépens, dommages et intérêts ; et dans le cas de grossses réparations à la charge du bailleur, ils l'en avertiront à tems afin de le mettre en état d'y pourvoir au besoin et d'éviter tout dégât et dépérissement, auquel cas ils nourriront les ouvriers et les darbarerons, le tout à leur frais et sans répétition vers ledit bailleur, sous les mêmes peines que dessus ; c'est à tout quoi, après lecture, les parties se soumettent et s'engagent, mêmes lesdits preneurs solidairement l'un pour l'autre et un seul pour le tout, à peine d'y être contraints par exécution, saisie et vente de leurs biens meubles sur les lieux et sans déplacer, pour quoi ils renoncent aux lois à ce contraire.

Ce fust fait et passé en étude audit Landerneau au rapport de Jérôme Pierre Dominique Brichet, l'un de nous, l'autre présent, sous nos seigns et celui dudit Jean de Lesguern et lesdits Heliez interpellés de signer ont déclaré ne l'avoir jamais su faire que suivant modèles et n'aiant pas porté avec eux ceux dont ils servent ordinairement ils sont dans l'impossibilité de signer. Lesdits jour et an du dessus et avant les signatures lesdits Heliez ont reconnu devoir audit de Lesguern pour commission en faveur du présent bail le somme de 601 francs qu'il promettent et s'engagent de lui paier et faire aussi en sa demeure quitte de tous frais, ce soir en deux ans sous les mêmes que dessus et ont par continuation déclaré ne savoir signer les mêmes jour et an que dessus. Lesguern - le Guen, notaire - Brichet, notaire.

 

Sources des informations

ADB = Archives Départementales du Finistère à Brest
ADQ = Archives Départementales du Finistère à Quimper
AML = Archives Municipales de Landerneau


logo André Croguennec
 André Croguennec - Page créée le 25/1/2018.

  ...  GA  ...