blason de La Roche

Kerlys             

accueil
Les autres manoirs et châteaux
de La Roche-Maurice :
- Keraoul
- Kernevez
- Le Pontois
- Kerfaven
- Keramer

Situation et plans

carte

Kerlys au centre de la carte, juste au-dessus du moulin de Kerigeant


<< Plan du cadastre napoléonien - 1828.


Les édifices de Kerlys n'apparaissent pas sur le cadastre napoléonien de Plouneventer en 1828 (parcelle n° 13). Non plus que le futur moulin de Kerigeant (parcelle n° 122).

On va les voir apparaître, plus bas, sur le plan du cadastre rénové de La Roche.


Les références aux deux communes de La Roche et de Plouneventer ne doit pas nous surprendre : cette partie du territoire qui était autrefois sur Plouneventer a été transférée à la commune de La Roche le 17 juillet 1948
(cf la commune de La Roche)
.


Voici, sur les tableaux qui suivent, un extrait des fiches de propriétés bâties de Plouneventer, correspondant au plan du cadastre ancien :

case 83

(Cadastre, propriétés bâties, Plouneventer 1883-1910 - ADB 585 E DEPOT 10)

NatureClasseTiré dePorté àEntréeSortieNb ouvertures imposables
Duchateau Adophe René à K/igeant, à Brest
Huchet de Cintré, dame née de Lavillasse, à Landerneau (1893)
Le Clair Vincent, nu-propriétaire, à Lannion, et Huchet de Cintré, dame, née de       Lavillasse, usufruitière à Landerneau (1908)
Le Clair Vincent, époux Fortin, à Lannion (1910)
F 13K/igeantmaison1192 NB18821 et 39
F 13    id.maison6192 NB1882
F 123La Rochemoulin 192 NB8918821888
case 105, case de l'ancienne matrice 83

(Cadastre, propriétés bâties, Plouneventer 1911-1935 - ADQ 3 P 205/8)

EntréeTiré deNatureRevenuRev. 1926Nb ouvertures imposables
         Le Clair Vincent, époux Fortin, à Lannion (1910)
1914 Audibert de Lavillasse Pedro, négociant, place du Champ de Bataille Brest
1929 Frasquier Georges, époux Prévost, fromager à Ste Anne
1931 Rébillat Jean Louis, fromage à Sainte-Anne
1934 Société Anonyme "Fromagerie Elevage Ste Anne" à Kerigeant
F 13K/igeantmaison375,001125,001 et 33
F 13    id.maison105,00175,006
1922C.N.F 103 104Ste Annefromagerie1320,002100,0032
1926C.N.F 103id.porcherie180,00360,00 
(case 361)

(Cadastre, propriétés bâties, Plouneventer 1883-1910 - ADB 585 E DEPOT 10)

NatureTiré deEntréeSortieNb ouvertures imposables
Eleouet Olivier Jean-Marie à K/igeant F 122 bisMoulin neufmoulin8918931895 82
F 122    id.    id1895 82
F 104K/igeantmaison1895 13

<< 151
<< 160
La Roche - Plan du cadastre rénové - 1936 - ADQ 229 W 197

Comme on le voit le manoir appartenant autrefois à la famille de Lavillasse, ne correspondait qu'à une
petite partie de la maison de repos actuelle des religieuses (voir photos plus bas).
Autre maison du domaine - 151  >>
<<  La maison de l'aumônier
<<  Le manoir de Kerlys - 160
Le nouveau
  bâtiment   >>
<<  La minoterie de Kerigeant
<<  Le barrage de la minoterie

Ci-dessus : photo IGN récente, de la Minoterie aux Plants   -   Afficher / Effacer les repères

Les origines

Historique :

  1. Le 9/9/1834, Jean-Marie Morvan de Lannilis, bâtisseur du moulin de Kerigeant dans sa première version, acheta à M. Emmanuel Pillet, trois pièces de terre dites "Parc Creis Tosta", "Parc Creis Pella" et "Parc Bras". Par la suite, en 1843, Morvan acquiert avec Le Hideux, du moulin à papier de Brezal, un terrain vague qui sera partagé entre eux en 1861.
    carte
    \
    ... Moulin de Kerigeant en 122
    Kerlys
    Fromagerie
    PropriétaireN° LieuNom parcelleNature
    Mr de Kermenguy à St-Pol09La Roche  Goarom ar menez  Lande
    Mr de Kermenguy à St-Pol10La Roche Goarom ar menezLande
    Mr de Kermenguy à St-Pol11La Roche Parc ar menezLande
    Mr de Kermenguy à St-Pol12La Roche Parc ar menezT. Lab.
    Héritiers Tinteniac Paris . . . .
    + Le Guen not. Landerneau 
    13
     
    La Roche
     
    Menez
     
    Lande
     
    Mme Ve Duporzic à St-Pol14K/antraon Goarom nevezLande
    Mr Pillet à Landerneau103La Roche Clos bihanLande
    Mr Pillet à Landerneau104La Roche Clos bihanT. Lab.
    PropriétaireN° LieuNom parcelleNature
    Mr Pillet à Landerneau105La Roche Clos creisT. Lab.
    Mr Pillet à Landerneau106La Roche Clos creisPré
    Mr Pillet à Landerneau107La Roche Parc brasT. Lab.
    Mr Le Febvre à Nancy108La Roche PlantLande
    Mr Pillet à Landerneau120La Roche Lost ar menezVague
    Mr Pillet à Landerneau121La Roche Clos tostaT. Lab.
    Mr Pillet à Landerneau122La Roche Clos tostaPâture
    Mr Morvan à Lannilis123La Roche Jardin ar pontPâture

    Cadastre napoléonien de 1828 à Plouneventer (section F1 de Brezal) Fermer X  

  2. Le 15/10/1861, le terrain est attribué aux héritiers de Jean-Marie Morvan : Augustin, Martial, Edouard Morvan, Melle Morvan et Mme Laporte (voir la famille Morvan descrite sous couvert du chapitre sur le moulin de Kerigeant). La famille Morvan y avait fait quelques constructions, mais de façon assez sommaire semble-t-il.
  3. En octobre 1861, les frères Lacaze, Auguste et Louis Mathurin, achètent le terrain et les quelques constructions qui s'y trouvent. Plus tard, ils les feront restaurer et construire la majeure partie des bâtiments (source "origine de propriété" dans l'acte de vente d'avril 1891 à Stéphanie de Lavillasse).
    En fait, le contrat de vente aux frères Lacaze comprend principalement le moulin de Kerigeant, qu'ils feront démolir pour le rebâtir dans sa deuxième version.
  4. Le 14/9/1871, un partage entre Auguste et Louis Mathurin Lacaze attribue la propriété, qui inclut le moulin de Kerigeant, à Auguste.
    La description du domaine, comprenant toujours le moulin, est assez succincte : "La propriété de Kerigeant, située en la commune de Plouneventer, canton de Landivisiau, avec extension dans la commune de La Roche-Maurice, canton de Ploudiry, composée d'un moulin à eau sur la rivière de l'Elorn, garni de ses meules et tournants, virants, travaillants, vannes et autres ustensiles généralement quelconques, en un mot de tout son matériel d'exploitation, étable, magasin, maison de maître, maison de garde, jardin, prairie, ainsi que le tout existe sans aucune exception ni réserve."
    Faut-il voir le manoir de Kerlys dans cette maison de maître ? Cela est plus que probable dans la mesure où ce sont les frères Lacaze qui ont construit la majeure partie des bâtiments. Le manoir était donc déjà là avant la vente à Duchateau en 1872. Il aurait donc été bâti entre 1861 et 1871.
  5. Le 18/2/1872, Adolphe René Duchateau et sa femme, Louise Suzanne Pinard, achètent la propriété à Auguste Lacaze et à son épouse, Marie-Adolphine Duchateau, leur fille. La description du domaine dans l'acte notarié est exactement la même qu'en 1871, sans plus de compléments.
  6. En 1887, Adolphe René Duchâteau vend son moulin de Kerigeant. Et, en 1889, après avoir vendu son moulin et dépendances, il essaie de vendre le reste de sa propriété de Kerigeant (cf lettres de 1889 - source AML 9 S 22). En lisant ces lettres, on s'aperçoit qu'il ne s'agit pas des dépendances du moulin directement au bord de l'Elorn car il "a gardé le droit de pêche sur les propriétés vendues à Elleouet et à Gourves" et que la propriété qu'il veut vendre "contient 214 arbres de haute futaie et 400 autres de moindre dimension". On apprend aussi que ses titres de propriété sont déposés chez le notaire Duval.
    Tout porte à croire, d'après les extraits de presse qui suivent, que cette propriété se trouve donc au nord de la route nationale 12 à l'emplacement de Kerlys. C'est ce que nous confirme l'acte de vente par la description détaillée de la propriété, plus bas. Mais, elle garde encore son nom de "manoir de Kerigeant" ne prendra son nom de "Kerlys" qu'au début du 20è siècle (Première apparition du nom constatée en 1918  ).
    Il est probable que ce nom de "Kerlys" ait été attribué par Marie Louise Minguy qui a tenu, à Brest, un magasin appelé "Au Lys" (voir plus bas).
Avis dans la Dépêche de Brest du 17/10/1918
"Manoir de Kerlys"
        Fermer X

Signature de Adolphe René Duchateau

   Annonce de la Dépêche de Brest du 23/11/1890.

Notons que le 9/3/1890, la mise à prix était de 12.000 et 3.000 fr.  

Les publicités de vente cessent fin novembre 1890. Il était donc plus que probable que la propriété a été vendue quelques mois plus tard.

Me Jules Sosthène Duval était le notaire de Duchateau : nous avons donc trouvé l'acte de vente de la propriété dans les archives de ce notaire de Brest, le 28/4/1891 (ADQ 4 E 15/284).

Il nous renseigne
1. sur l'acheteur : Madame Stéphanie Marie Anne d'Audibert de Lavillasse, sans profession, résidant à Landerneau, rue de la Tour D'auvergne n° 11, épouse de M. Alphonse Armand Marie Huchet, vicomte de Cintré, propriétaire, avec lequel elle est domiciliée de droit à Rennes, rue de la Monnaie n° 13.
2. sur l'état de la propriété à cette date (voir plus bas) et
3. sur les précédents propriétaires, comme indiqué plus haut.
4. sur le prix : 15.000 francs.

Description de la propriété le 28/4/1891 :

  1. Une maison de campagne, érigée sur terre plein d'un rez-de-chaussée divisé en plusieurs pièces à usage de cuisine, écuries et communs, d'un premier étage divisé en huit pièces et d'un deuxième étage divisé en cinq pièces.
    Véranda à laquelle on accède par deux escaliers en pierres de taille.
    Allées plantées d'arbres forestiers, jardins, parterres, cour, bois, lande, terrain vague et dépendances.
    Le tout tenant par devant la route nationale n° 12 de Brest à Paris, d'un côté à M. Olivier, dans le fond et de l'autre côté à M. Elleouet.
  2. Une autre petite maison érigée sur terre plein d'un rez-de-chaussée divisé en quatre pièces, d'un étage divisé en trois pièces, mansarde et grenier.
    Jardin potager et dépendances.
    Le tout tenant par devant à la route nationale n° 12 de Brest à Paris, d'un côté et dans le fond aux Moines de Saint-Benoît et de l'autre côté à l'article trois ci-après.
  3. Une pièce de terre labourable contigüe à l'article qui précède tenant d'un bout au dit article, de l'autre bout à un chemin d'exploitation, d'un côté à la route nationale n° 12 de Brest à Paris, et de l'autre côté aux Moines de Saint-Benoît et à M. Mével de Keramoal ou ses représentants.
  4. Une pairie sise en face de la petite maison, comprise sous l'article 2, tenant d'un bout à M. de Lavillasse, de l'autre bout à un canal de dérivation, d'un côté à la route nationale n° 12 de Brest à Paris et d'autre côté à la rivière l'Elorn.

La photo récente, ci-dessus, nous montre l'extérieur du manoir tel (ou presque) qu'il a été vendu à Stéphanie de Lavillasse en 1891. Le seul ajout important, réalisé en 1989, a été la pièce supplémentaire au rez de chaussée entre les deux ailes du bâtiment. Elle sert depuis lors de salle à manger.

Pour le reste, on reconnaît bien les trois niveaux sur l'aile centrale, avec la véranda. Les écuries étaient certainement au rez-de-chaussée des ailes latérales, comme le laissent supposer les grands porches en bout, pour le passage des chevaux, et les petites fenêtres en demi-cercle sur les côtés.

Certains aspects de l'intérieur rappellent encore l'ancienneté du manoir. Par exemple, les grosses pierres de taille qui constituent le sol de la véranda au premier étage. On les voit sur la photo de gauche prise par dessous, au rez-de-chaussée.

Mais l'intérieur a été modifié à partir de 1891. Les écuries ont, sans doute, été progressivement complètement supprimées. Si les minotiers du 19è siècle avaient besoin de chevaux pour transporter le grain et la farine, les bourgeois, qui les ont remplacés, en ressentirent moins la nécessité et seulement pour quelques attelages légers... et l'automobile arriva (voir article de La Dépêche en annexe).

La marquise de Lavillasse, qui fit don du manoir en 1949, avait sa cuisine au rez-de-chaussée de l'aile droite.

Le rez-de-chaussée de l'aile gauche constitué d'une seule pièce, lors de l'arrivée des religieuses, est maintenant divisé en plusieurs petites pièces pour l'accueil des visiteurs. Son premier étage abrite la chapelle.

Aile gauche Aile droite
Les trois fenêtres de l'aile gauche au rez-de-chaussée ont-elles leur taille d'origine ou auraient-elles été agrandies pour le changement d'usage de l'intérieur ?
Les petites fenêtres en demi-cercle, au rez-de-chaussée de l'aile droite, semblent indiquer l'emplacement d'une écurie.

Le manoir vu de l'arrière, du côté du parc.

 

La famille de Lavillasse à Kerlys

Après l'achat effectué en 1891 par Madame Stéphanie Marie Anne d'Audibert de Lavillasse, épouse Huchet de Cintré, comme nous l'avons vu au paragraphe précédent, on trouve les informations qui suivent :

En parcourant les recensements de Plouneventer :
Voir ces matrices plus haut. Les dates de l'ancien cadastre sont à prendre avec beaucoup de précautions. Il semble bien que ces dates réprésentent plus souvent la constatation de la propriété par les services de l'administration que la date réelle de l'acquisition.

En ce qui concernent les propriétaires, les matrices cadastrales indiquent que :    

1 - Dans une note écrite au brouillon, à prendre donc avec précaution, vers 1903 (AML 9 S 42), Jean Le Marchant de Trigon évalue :
- le grand Kerigeant : de 25 à 30.000 francs
- le petit Kerigeant, la prairie : de 7 à 10.000 francs,
et rajoute : Le grand Kerigeant a été acheté, en 1890, 23.000 frs en mauvais état. M. Elleouet avait offert 6.000 frs à ma tante pour l'avoir sans usufruit. On m'en a offert tout de suite 25.000 fr.


2 - Annonce de la Dépêche de Brest du 31/3/1908.
Derniers propriétaires des maisons F151 et F160, source matrices cadastrales de Plouneventer - 224 W 213 (en rouge sur le plan du cadastre renové, plus haut) :

On constate donc que le domaine de Kerlys est redevenu propriété de la famille de Lavillasse, après une période où il fut temporairement la propriété de Vincent Leclair (pourquoi ? il faudra en rechercher l'explication. Qui était ce Vincent Leclair ?  Pourquoi est-il intervenu à Kerlys ?).
Piste de réflexion :
Stéphanie de Lavillasse avait beaucoup emprunté en 1890 pour racheter Le Pontois et la métairie du Morbic. En 1891, elle achète Kerlys. Les emprunts de 1890 devaient être remboursés en 1895. Elle a, sans doute, été prise à la gorge, ce qui a nécessité la vente de Kerlys. François Elleouet, du moulin de Kerigeant, était candidat à cet achat mais voulait l'acquérir en pleine propriété, ce qui mettait la famille de Lavillasse à la rue. Jean-Jacques Le Marchant de Trigon, qui a résidé à Plestin-les-Grèves, a probablement connu Vincent Leclair, résident à Lannion et à St-Michel-en-Grèves, et l'a mis en contact avec la vicomtesse.

Vincent Leclair ne fut que temporairement propriétaire de Kerlys.

Vincent Mathurin LECLAIR, né le 11 juillet 1859, Cruguel (56), décédé le 12 juin 1920, Saint-Michel-en-Grèves (à 60 ans), négociant.
Marié le 16 mai 1883, St-Pol-de-Léon, avec Zoé FORTIN, née le 26 février 1863, Lamballe, décédée en mai 1943, St-Pol-de-Léon (à 80 ans), dont

 

Joseph Marie François Etienne d'AUDIBERT de LAVILLASSE, né le 30 juillet 1780, Toulon, décédé le 18 septembre 1846, Pontois, La Roche-Maurice (à 66 ans).
Marié le 10 février 1814, Morlaix, avec Louise Olive DERRIEN, née le 3 octobre 1789, Carhaix, décédée le 23 janvier 1827, Morlaix (à 37 ans), dont Marié le 14 avril 1828, La Roche-Maurice, avec Louise Denise GUYMAR de COATIDREUX, née le 30 novembre 1803, Plouneventer, décédée le 11 décembre 1872, Les forges du Vaublanc, Plemet (22) (à 69 ans), dont

Pour des informations plus complètes sur la famille d'Audibert de Lavillasse, voir le chapitre qui lui est consacré.

 

La marquise de Lavillasse, née Marie-Louise Minguy, donatrice de Kerlys.

En 1903, Marie Louise Minguy, qui habitait alors à Lorient où elle est née, se lance dans le commerce à Brest. Elle exploitait déjà à Lorient, au n° 28 cours de la Bove, avec ses frères et soeurs  , "un fonds de commerce de blanc, lingerie, dentelles et costumes pour dames et enfants".

La famille de Marie-Louise Minguy

On se rend compte que Marie Louise Minguy était issue d'une famille de conditions plus que modestes, cf la profession de ses parents.

Elle n'a donc eu que plus de mérite dans sa réussite professionnelle avec l'établissement de ses commerces à Lorient et à Brest.

Elle s'est sans doute donnée le titre de "marquise" comme pour prendre sa revanche sur ses origines et mettre en évidence sa réussite en affaire.

Dans une des publicités publiée dans La Dépêche du 8/10/1905, il est dit que "Mlle Minguy ne pouvant suffire à la préparation du travail commandé, s'adjoint l'aide de son frère, qui s'occupera spécialement de la direction de la manutention".

Ce frère est Joseph Marie Ferdinand qui apparaît sur les listes électorales de Brest en 1906, résidant au 26 rue de Siam, et qualifié d'employé de commerce. Fermer X

Louis Pierre MINGUY, né le 25 août 1835, St-Martin-des-Prés (22), décédé le 8 janvier 1889, Pont-Scorff, Morbihan (à 53 ans), journalier, cultivateur, mendiant.
Marié le 7 novembre 1872, Langoelan, Morbihan avec Marie Jeanne LE ROCH, née le 7 février 1847, Langoëlan, Morbihan, décédée le 7 octobre 1892, Lorient (à 45 ans), sans profession, ménagère puis journalière, dont

Le 10 mai 1903, donc, elle achète d'abord un fonds de commerce de gants et d'articles divers, dont l'enseigne est "Au Lys", 26 rue de Siam.

Vente de fonds de commerce - Suivant acte reçu par Me Lamarque, notaire à Brest, le 9 mai courant, Mme Noémie Sudre, veuve Buzat ; Mlle Berthe Buzat et M. Georges Buzat, demeurant tous à Brest, rue de Siam, 26, ont vendu à Mlle Marie-Louise Minguy, demeurant à Lorient, le fonds de commerce de gants et articles divers qu'ils exploitent en commun, à Brest, rue de Siam, 26, moyennant un prix qui sera payé le 15 courant, en l'étude de Me Lamarque, où les oppositions seront reçues jusqu'à cette date. L. LAMARQUE (source La Dépêche du 10/5/1903) Fermer X

Deux ans plus tard, elle agrandira son magasin et atelier de couture (voir ci-contre les deux annonces dans la presse).

En 1906, une de ses employées est victime d'une mésaventure qui est racontée en annexe. Mme de Lavillasse ne cèdera ce commerce qu'en mars 1914.

En décembre 1906, elle épouse Pedro d'Audibert de Lavillasse, sur la base d'un contrat de mariage, au rapport de Maître Fortuné Delorme notaire à Brest, en date du 4/12/1906. Ce contrat nous renseigne sur la situation matérielle des deux époux : Pedro ne possède pratiquement rien, alors que la fortune de Marie-Louise est proportionnellement plus conséquente.

Extraits du contrat de mariage du 4/12/1906
 

Article 1er - Séparation de biens. Les futurs époux déclarent qu'ils seront séparés de biens conformément aux articles 1536 et suivants du code civil. Chacun d'entre eux . . . .

Article 2 - Apports du mari. Le futur époux déclare apporter les vêtements, linge, bijoux, armes et autres objets à son usage personnel auxquels il n'est donné aucune estimation.

Article 3 - Apports de la future. La future épouse déclare qu'elle est propriétaire des biens ci-après auxquels il n'est donné aucune estimation.

  1. Les vêtements, linge, bijoux et instruments de musique à son usage personnel.
  2. Les meubles meublants, linge de maison et généralement les objets mobiliers, qui garnisent ou ornent les appartements réservés à son habitation personnelle et à celle de ses frères et soeurs, dans les locaux où, à Brest et à Lorient, elle exploite les fonds de commerce dont il est ci-après parlé.
  3. Les fonds de commerce de blanc, lingerie, dentelles et costumes pour dames et enfants qu'elle possède à Brest, rue de Siam, n° 26, et à Lorient, cours de la Bove, n° 28, en ce compris les clientèles, achalandages, matériels, marchandises en dépendant et les droits aux baux des lieux où elle les exploite.
  4. Les créances qu'elle possède sur ses clients, et s'élevant, défalcation de toutes sommes et avances pouvant être dues à des fournisseurs ou autres, à une somme nette de 12.000 francs.
  5. Huit actions de la "Société Générale pour favoriser le développement du commerce et l'industrie en France" . . . . .
  6. Trente francs de rente . . . . .
  7. Quatre-vingt francs de rente sur l'Etat russe . . . . .
  8. Cent vingt francs de rente sur l'Etat français . . . . .
  9. Cent vingt francs de rente sur l'Etat russe . . . . .
  10. Cent francs de rente sur l'Etat russe . . . . .
  11. Soixante livres sterling en capital . . . . .
  12. Cinquante deux francs cinquante centimes de rente sur l'Etat suisse . . . . .
  13. Cinq obligations au porteur des chemins de fer éthiopiens . . . . .
  14. Trois obligations au porteur de la Compagnie des Chargeurs réunis . . . . .
  15. Deux actions au porteur et libérées de la Compagnie des Tramways électriques du Finistère . . . . .
  16. Une somme de 1.000 francs en deniers comptants . . . . .
  17. Le bénéfice d'une police . . . . .
  18. Le bénéfice d'une autre police . . . . .

. . . . . Et les futurs époux ont signé avec Me Delorme, notaire, après lecture : L. Minguy - Pedro d'Audibert de Lavillasse - Delorme.Fermer X


Marie-Louise Minguy s'est donc vue attribuer le titre de "marquise". Pourquoi ? Son nom patronymique traduit plutôt un origine roturière. Mais, en remontant l'ascendance de son mari, on arrive aux ancêtres d'Audibert de Lavillasse de Carpentras et de Vaison-la-Romaine dans le Vaucluse, qui étaient bien "marquis" avant la Révolution.
Ce titre n'ayant plus vraiment cours au 20è siècle, je ne l'ai pas rencontré dans les documents d'archives pour Marie-Louise Minguy. Sauf dans les écrits des religieuses, qui ont peut-être voulu, par ce titre, lui montrer leur reconnaissance pour le don qu'elle leur a fait.

Les avis de décès sur Le Télégramme et l'Ouest-France du 13/11/1952 sont rédigés ainsi :
"LA ROCHE-MAURICE. - Vous êtes prié d'assister aux obsèques de Mme d'AUDIBERT de LAVILLASSE, née Marie-Louise MINGUY, décédée en son domicile de Kerlys à l'âge de 77 ans. L'enterrement aura lieu demain vendredi, à 10 heures, à La Roche-Maurice. De la part des religieuses de la maison de repos et de toute la famille. Le présent avis tient lieu de faire-part."

En 1912, le 28 septembre, alors qu'elle possédait toujours le commerce "Au Lys", elle ouvre un atelier et un magasin de haute couture, qu'elle appelle "A Trianon". Un nom qui évoque le luxe. A côté des tailleurs, des jupes et manteaux, on trouvera beaucoup de fourrures. Il est situé place du Champ-de-Bataille (29, rue Jean Macé), près de "La Dépêche de Brest".

C'est cette réussite en affaire qui a, très certainement, permis au couple de racheter Kerlys en 1914. On a vu, en effet, que pendant une vingtaine d'années, la nue-propriété du domaine avait échappé à la famille de Lavillasse, pour passer dans les mains de Vincent Leclair, négociant à Lannion.

C'est cette réussite également qui a pu permettre à Pedro et Marie-Louise, quelques années plus tard, de construire leur fromagerie Sainte-Anne sur le domaine de Kerlys.

Avant de venir s'installer à Kerlys, probablement vers 1920, le couple a résidé à Brest : successivement au 26, rue de Siam dans l'immeuble où se trouvait le magasin "Au Lys" ; au 13, rue du Couëdic et au 27, rue Jean Macé.

 

Mme de Lavillasse était visiblement une personne attentionnée et généreuse.
La presse brestoise fait état d'aides qu'elle procure aux personnes dans le besoin : "Remerciements à Mme de La Villasse, pour ses cadeaux réitérés destinés à assurer des desserts à l'hôpital" (La Dépêche du 6/1/1916).
En décembre 1941, elle organise à La Roche, dans l'église paroissiale, deux messes avec concertistes suivies d'une quête pour venir en aide aux prisonniers de la commune  (La Dépêche du 11/12/1941).

LA ROCHE-MAURICE. Pour les prisonniers de la commune. - Dimanche prochain 14 décembre, deux belles cérémonies auront lieu en notre antique église paroissiale. Sur l'initiative de Mme de La Villasse, présidente du Comité d'entr'aide, deux messes seront célébrées, l'une à 9 heures, et la deuxième à 10h. 30. Le groupe d'artistes de M. Guillermit se fera entendre pendant ces deux cérémonies et interprètera les oeuvres suivantes : "Le Crucifix" de Fauré, duo pour soprano et ténor ; "Grave", pour violon et orgue, de J.S. Bach ; "Sanctus", pour tenor de Ch. Gounod ; "Ave Maria", solo de soprano de Ch. Gounod ; "Panis Angelicus", pour ténor et orgue, de Th. Dubois. M. le chanoine Pol Aubert, curé-doyen de Landerneau, ancien aumônier de marine, Chevalier de la Légion d'Honneur, prononcera une allocution au cours des deux cérémonies. Ajoutons qu'un "Libera" sera chanté pour les soldats et marins morts pour la patrie et pour les victimes des bombardements. Une quête sera faite, dont le produit servira au soulagement des prisonniers de guerre de La Roche-Maurice (source La Dépêche du 11/12/1941). Fermer X

En 1948, Mme de Lavillasse signe, avec 116 autres personnes, la pétition qui demande le rattachement à la commune de La Roche des quartiers sud-ouest de Plouneventer, quartiers dont Kerlys fait partie.

En 1949, désirant que son bien serve à une bonne oeuvre, la "marquise de Lavillasse" lèguera sa villa de Kerlys, à l'évêché. L'évêque de Quimper la cèdera aux soeurs du Saint-Esprit en échange d'une autre résidence, qu'elles possédaient à Morlaix. Même après l'installation des religieuses, Mme de Lavillasse restera habiter Kerlys, les soeurs ayant, du fait de l'échange réalisé, l'obligation de prendre soin d'elle jusqu'à sa mort.

Cette année-là déjà, Mme de Lavillasse se sentait fatiguée par l'âge (74 ans). Peu après, elle fut frappée d'une paralysie du bras gauche et du larynx, et de surcroît elle était devenue presqu'aveugle. Fin 1949, elle dû faire un séjour à Roscoff (Villa St Luc) et revint à Kerlys au printemps 1950. Elle y trouva les 3 soeurs qui y étaient maintenant installées à demeure.

En juin 1950, lors de la bénédiction de la première pierre du nouveau bâtiment édifié pour les religieuses, la marquise, qui ne pouvait plus parler, écrivit quelques lignes d'encouragement à l'entrepreneur.

Le 11 mai 1951, arrivent à Kerlys une nouvelle supérieure, Soeur Henri-Clément, et une autre "religieuse de dévouement et d'expérience". Celle-ci "fut chargée uniquement du soin de Mme la Marquise, emploi qu'elle remplit Dieu sait avec quel dévouement et quelle abnégation de jour et de nuit. Les infirmités et le caractère un peu volontaire de Mme la Marquise nécessitaient une assiduité continuelle à son service".

Le 12 novembre 1952, survient le décès de Mme la Marquise d'Audibert de Lavillasse : "Fatiguée depuis quelques jours, sans présenter cependant aucun symptôme alarmant, la veille encore elle fit sa promenade habituelle au bras de son infirmière, elle s'est éteinte doucement entre deux et quatre heures du matin. Elle s'en est allée ainsi, subitement, recevoir la récompense que lui réservait le Seigneur pour sa charité et sa pieuse résignation dans les dures souffrances, fruits d'humiliantes infirmités qu'elle subissait depuis trois ans. Elle fut inhumée le 14 novembre dans le grand caveau qu'elle avait fait construire au cimetière de La Roche et où reposaient déjà ses beaux-parents et son époux".

Le témoin indiqué sur son acte de décès est "Soeur Henri CLEMENT, 53 ans, supérieure de la maison de repos à La Roche Maurice".

Ce caveau se trouve au début et au centre du cimetière, près du chevet de l'église et du monument aux morts. Il porte les seuls noms de "Stéphanie de Lavillasse, vicomtesse de Cintré" et "famille d'Audibert de Lavillasse". Le testament olographe de Stéphanie, rédigé le 20/6/1891, stipule : "Je désire ... que mon exécuteur testamentaire prélève d'abord sur le prix de vente de ces biens (ceux qui permettront de payer ses dettes) la somme qu'il jugera nécessaire et convenable pour faire arranger ma chapelle du cimetière de La Roche-Maurice où je veux être enterrée". Cette restauration coûtera 600 francs, somme non négligeable en 1895. Cette chapelle n'existe plus au cimetière de La Roche, on peut donc légitimement supposer que la marquise l'a faite remplacer, car elle était sans doute trop exigüe, par le caveau actuel, lors du décès de son beau-père en 1912.
Fermer X

 

La résidence des religieuses

La congrégation des Filles du Saint-Esprit

Elle a été fondée le 8 décembre 1706 au port du Légué (baie de Saint-Brieuc) par Marie Balavenne et Renée Burel. Avec un objectif majeur : venir en aide aux pauvres, aux malades et aux enfants. Avant la Révolution, la congrégation comptait 75 soeurs. Après 1789, la plupart des communautés ont été reconstituées et d'autres fondées dans toute la Bretagne. Et au-delà. Aujourd'hui (en 2006), les Filles du Saint-Esprit rassemblent 1.400 religieuses et 300 laïcs dans treize pays. Le tricentenaire de la congrégation est célébré partout dans le monde où les Filles du Saint-Esprit sont présentes.

« Il est important de faire mémoire du passé qui éclaire l'avenir. L'éducation et la santé sont les spécificités de notre congrégation. Parmi nous, il y a essentiellement des enseignantes ou du personnel soignant. Marie Balavenne, qui ne savait ni lire ni écrire, a fondé une congrégation enseignante sans s'en rendre compte... Aujourd'hui, l'enseignement, la santé sont pris en charge par les pouvoirs publics. Mais soulager la souffrance reste notre mission. », précise soeur Françoise Direr, la responsable de Kerlys (Ouest-France 27/1/2006).

 La résidence des religieuses de la communauté de Kerlys, au nord de la route D712 :
- à droite, l'ancienne maison Lavillasse et,
- accollé à gauche, un grand bâtiment en 'L', réalisé en 1953.
Au sud de la route et à gauche, le moulin de Kerigeant et l'Elorn (photo Google-Earth)

La chapelle se trouve au premier étage, dans l'aile gauche du manoir.

"Kerlys, en La Roche Maurice : Près de Landerneau, au bord de l'Elorn, se situe La Roche-Maurice, riche de son patrimoine. C'est dans cette commune, dans un beau site de verdure et de fleurs, au lieu-dit « KERLYS » que l'on découvre un ancien manoir avec un prolongement d'habitation. Une grande maison gérée par « L'Association DE LAVILLASSE », dont le personnel et quelques bénévoles veillent au bien-être de chacun et avec beaucoup de gentillesse assurent les services de la communauté des Filles du Saint-Esprit.

Dix neuf soeurs, pour un séjour plus ou moins long, passent là une retraite paisible. Elles apprécient ce lieu de calme et de liberté. Heureuses de vivre entr'elles une disponibilité, des temps de partage, la joie fraternelle. Ouvertes sur les événements du monde et de l'Eglise, sur ce qui concerne la Famille Filles du Saint-Esprit, l'on peut compter sur leur prière.

Leur chapelle, nouvellement restaurée, avec un bel autel, oeuvre de Monsieur LE BER (*) et de l'artiste sculpteur Jean-Jacques BRIS, se prête volontiers à la contemplation et à l'intercession comme à des célébrations festives."

(Source site internet le jeudi 24 décembre 2015 par Communauté de Kerlys)

 

(*) Ce sont les ateliers Erwan Le Ber de Sizun qui ont aussi réalisé, en 2017, le nouvel autel de
     l'église Saint-Yves de La Roche.

 

Association De Lavillasse

15 septembre 1949 : Déclaration à la sous-préfecture de Brest. Association : Maison de repos de Lavillasse. But : création et entretien d'une maison de formation, d'éducation et de repos pour jeunes filles, sous la direction d'un personnel catholique. Siège social : manoir de Kerlys en La Roche-Maurice.

Journal officiel de la République française - Page 10476
https://books.google.fr/books?id=fykkAQAAMAAJ

 

En plus des religieuses résidentes à Kerlys, on a pu noter la présence successive de plusieurs prêtres qui y avaient le rôle d'aumônier :

- 1951 à 1953 : Le R.P. Augustin O.S.B. de Kerbeneat, Hervé Quioc
- 1953 à 1955 : Plusieurs pères de Kerbeneat remplissent à tour de rôle la fonction d'aumônier
- 1955 à 1961 : Jean LE BER, premier aumônier à demeure
- 1961 à 1961 : Alain JAFFRES
- 1961 à 1970 : Yves PALAUX
- 1970 à 1977 : François UGUEN
- 1977 à 1981 : Jean-Louis DANTEC     (voir "Les ecclésiastiques de La Roche")
- 1981 à 2000 : Joseph CABON
- 2001 à 2009 : Joseph KERBAUL.
- Depuis 2009, il n'y a plus d'aumônier à Kerlys.
- Mais aujourd'hui, le père Chapalain vient y dire la messe quotidiennement, sauf le dimanche.

 

Le 1er janvier 2019, l'Association De Lavillasse ne gèrera plus l'établissement. Sa gestion dépendra de la Congrégation des Filles du Saint-Esprit à St-Brieuc  , et les quatre salariées actuelles seront payées par la congrégation.

Depuis longtemps déjà, la résidence des religieuses n'était plus la propriété de l'association, elle appartenait à la congrégation.

Ouest-France du 13/10/2018 : AVIS DE CONVOCATION
Fusion-absorption, décret nº 2015-832 du 7 juillet 2015 entre l'association La Fontaine sise à Saint-Brieuc (22), déclarée à la préfecture des Côtes-d'Armor le 26 mars 1986, et l'association De Lavillasse sise à La Roche-Maurice (29), déclarée à la préfecture de Brest le 15 septembre 1949. Siren : 77762850400014. Code APE/NAF : W9499Z. Objet : traité de fusion-absorption.
Convocation : l'assemblée générale extraordinaire le 10 décembre 2018 à 14 h 00, au siège de l'association De Lavillasse, Kerlys, 29800 La Roche-Maurice.
Ordre du jour : approbation du traité de fusion-absorption avec effet au 1er janvier 2019 au profit de l'association La Fontaine. Valeurs transmises pour sa valeur historique sur la base de l'arrêté de ses comptes au 31 août 2018 par son conseil d'administration le 1er octobre 2018. Immobilisé : 4 311 Keuros. Créances : 0 Keuro. Trésorerie : 84 590 Keuros. Actif : 88 901 Keuros. Boni fusion : 88 901 Keuros. Dettes L.T. : 0 Keuro. Dettes C.T. : 0 Keuro. Passif : 88 901 Keuros.


  1. Le décret nº 2015-832 du 7 juillet 2015 est un décret pris pour l'application de la loi du 31 juillet 2014 sur l'économie sociale et solidaire et relatif aux associations.
  2. Précisions sur l'association La Fontaine :
    • L'établissement ASSOCIATION LA FONTAINE : L'établissement, situé au 20 RUE DES CAPUCINS à SAINT BRIEUC, est un établissement secondaire de la société ASSOCIATION LA FONTAINE. Créé le 01-09-2015, son activité portent sur les activités des organisations religieuses. Au 01-01-2018 cet établissement emploie entre 3 et 5 salariés. Complément de nom : COMMUNAUTE FSE MAISON MERE - Code ape (NAF) : 9491Z Activités des organisations religieuses - Année de validité de l'activité principale : 2015 - Tranche d'effectif salarié : 3 à 5 salariés - Date de création de l'entreprise : 01-04-1986 - Date de création établissement : 01-09-2015
    • La société ASSOCIATION LA FONTAINE : Association déclarée en activité depuis 32 ans. Localisée à SAINT BRIEUC, elle est spécialisée dans le secteur d'activité des autres organisations fonctionnant par adhésion volontaire. Son effectif est compris entre 10 et 19 salariés. Elle recense 3 établissements actifs, dont l'établisement de la rue des Capucins.
   Le manoir aujourd'hui vu de la D712 (photo google)

Histoire de Kerlys depuis l'arrivée des religieuses - dates importantes

Depuis leur installation à Kerlys, les religieuses ont ouvert un livret, où elles consignent les événements importants de leur vie en ce lieu. Ce livret, ou plutôt ces livrets car il y en a plus d'un maintenant, d'abord manuscrits, maintenant imprimés par l'ordinateur, s'appelle Les Annales de Kerlys. Ce qui suit provient de ces annales et des notes communiquées par Soeur Jeanne.

1949A la fin de année 1949, Madame la Marquise de Lavillasse, " fatiguée par l'âge et désirant que son bien serve à une bonne oeuvre " offrait sa propriété de Kerlys à l'Evêque de Quimper, Monseigneur Fauvel. Celui-ci l'accepte au nom d'une association, "Association Maison de repos de Lavillasse", et propose la propriété à la Congrégation des Filles du Saint Esprit en échange de leur maison de repos du Porsmeur à Morlaix - maison qui recevait des Soeurs fatiguées ou malades (surtout de la tuberculose). Le Porsmeur se trouvait ainsi libéré pour recevoir un Centre ménager qui deviendra par la suite école technique - selon le souhait de Mgr Fauvel.
En acceptant la proposition, Mère Saint Melaine, Supérieure générale, avait l'obligation de prendre soin jusqu'à sa mort de Madame de Lavillasse qui résidait toujours dans la maison qu'elle légait au diocèse. Elle y décèdera le 12 novembre 1952.
Dès le mois d'octobre, deux Soeurs avaient été désignées pour la maison de Kerlys. Mais comme la maison restait toujours occupée par les locataires, ces deux soeurs résidèrent, pendant l'hiver qui suivit, à Morlaix (Porsmeur) ou à Landivisiau (orphelinat). Les deux soeurs vinrent habiter Kerlys au printemps 1950, et une 3ème soeur leur fut adjointe.
1950-1951Mais la maison d'alors était bien insuffisante pour l'usage que l'on voulait en faire. On construisit donc une aile pour recueillir les malades et les reposantes (permis de construire du 11 avril 1950). Les travaux ne tardent pas puisque Mgr Fauvel bénit la nouvelle construction le 19 février 1951, construction qui compte à l'époque "14 petites chambres blues, 2 salles de réunion et 2 offices".
1950Construction d'un oratoire dans l'ancien bureau de M. de Lavillasse, aile droite du manoir. La 1ère messe y est dite, le 13 août, par Dom Colliot, père abbé de Kerbeneat.
1951 à 1976-77Durant ces années, la maison est bien une maison de repos et de convalescence. Ce qui a marqué cette période, disent les Annales, c'est "des santés refaites, des séjours reposants, des convalescences rapides..., des souvenirs fidèles". Dans le rapport de l'Assemblée générale de l'Association de 1957, on peut lire : "les malades s'y plaisent et font à Kerlys des cures bienfaisantes. Chaque année, plusieurs Soeurs quittent la maison de repos, complètement rétablies, gardant de leur séjour à Kerlys un inoubliable souvenir plein de reconnaissance pour les soins dévoués et l'atmosphère fraternelle qu'elles y ont trouvée".
Pendant cette période, la Maison est organisée en 2 communautés : l'une, havre de repos pour les Soeurs convalescentes ou fatiguées, l'autre pour les Soeurs actives qui s'ingénient à faire vivre la Maison à tous points de vue..., avec les moyens du bord. Durant tous ces années, on cherche sans cesse à aménager, réaménager en vue d'un meilleur confort pour la vie quotidienne des Soeurs.

Le recensement de 1962 pour La Roche-Maurice donne très précisément la composition de la communauté. En résumé, on notera qu'il y a à Kerlys parmi les 20 religieuses : la mère supérieure, une économe, une infirmière, une cuisinière et son aide, une lingère et son aide, une sacristine et 12 religieuses au repos. On y rencontre aussi deux hommes : un jardinier et l'aumônier. Fermer X

1952Le 2 juillet 1952, la "fée électricité" fait son apparition à Kerlys ! ... "Finies les longues soirées d'hiver où l'on tâtonnait à la lueur vacillante des lampes "pigeon" ! Grâce à l'électricité, le confort s'installe peu à peu dans la maison : A la buanderie, le travail est facilité par l'emploi de la machine à laver. Le fer électrique remplace les lourds fers à charbon de bois. A la cuisine, le fourneau pourra désormais fonctionner au mazout ainsi que le chauffage central. De plus elle permit, tout de suite, l'installation d'un appareil de radioscopie. Désormais, les voyages à Brest, si fatigants pour les malades pourront être espacés et le docteur commencera les traitements sur place".
1953Cette année vit l'acquisition d'un poste de T.S.F.
1955On se modernise ! Le début de l'année a vu se construire un poulailler, nous acheter des cases à lapins et cet été de bâtir : étable, hangar, grenier, plate-forme à fumier et fosse à purin. Le tout est groupé au bout ouest du jardin et une haute haie de bambous sépare cette basse-cour du parc. La situation des locaux à une petite distance de la maison, mais d'accès facile, leur mode de groupement et leur aménagement ne peut que faciliter le travail du personnel chargé de cet emploi, tout en sauvegardant l'hygiène et l'esthétique.
Depuis 1952, nous avons une vache, souvent deux, dont tout le monde apprécie le bon lait. Ces braves pies-noires nous jouent bien parfois quelques mauvais tours, mais nous les leur passons, ce sont de si bonnes bêtes !... Les poules et les lapins nous rendent aussi de grands services : oeufs et chair fournissent un précieux appoint pour la cuisine. D'autre part, vaches et volaille aident à la fructification du jardin que l'on défriche petit à petit et que l'on travaille de son mieux. Pour unir l'agréable à l'utile, Kerlys se voit doté, fin 1955, d'une volière : pigeons, paons et tourterelles y voltigent et roucoulent à qui mieux mieux. Bientôt on y adjoint des faisans : faisans de chasse d'abord, puis un couple de faisans dorés. Et pour clore l'énumération de nos animaux domestiques, je dois nommer notre fidèle gardien "RAF", superbe chien policier, à la stature et à la voix quelque peu effrayantes.
Pour complèter l'ameublement de la cuisine, on fit aussi en 1955 l'acquisition d'un frigidaire, très pratique, pour conserver pendant plusieurs jours les denrées périssables.
1964-1965Construction de la maison de l'aumônier. Les religieuses disposent de deux pièces supplémentaires... mais le poste de télévision lui appartenait, il est parti avec... Dommage !
1966Le jardin, confié désormais à Monsieur Le Roy, notre locataire et ancien jardinier de Madame de Lavillasse, s'ordonne peu à peu et l'on y voit de beaux carrés de salades, de poireaux, de carottes, de tomates, de haricots verts... Bien des projets sont en cours : allées élargies, vieux arbres arrachés, verger, haies... qui se réaliseront avec le temps. Rien ne presse, sinon le zèle du jardinier qui voudrait que tout se fasse et tout de suite.
Cependant, un projet prend corps : c'est la réfection des allées d'accès à la propriété et celles du parc. Un devis établi par la S.A.C.E.R. a reçu l'approbation de la Maison-Mère et les travaux vont commencer avant que le mauvais temps ne viennent les contrarier.
1967L'année qui commence trouve Kerlys plus ordonné que jamais, avec ses voies d'accès modernisées. La cour d'entrée aussi a été goudronnée ; tout le rez-de-chaussée du pavillon central a été repeint.
1968A l'automne de cette année, aménagement du parc selon son tracé actuel.
1969Le 24 mars, le feu à la chapelle.
1970-1971Nouvelle tranche de travaux, construction de nouvelles chambres. Au total, 22 chambres bien aménagées et 2 salles de séjour.
1972Kerlys est avant tout une maison de repos, mais on a vu que, depuis 1951, il y a deux communautés : des Soeurs en convalescence ou en repos et quelques Soeurs en activité. Ce qui ne veut pas dire que les premières sont inactives. Les secondes exercent leur activité dans la maison et à l'extérieur. En août 1972, justement, on voit l'arrivée d'une Soeur, qui assumera les fonctions d'infirmière dans la maison et de soignante à domicile à l'extérieur.
Les religieuses participent aussi à la vie paroissiale, comme soutien dans les familles lors d'événements douloureux ou par leur présence lors de diverses cérémonies. Le recteur de l'époque, en "adressant ses souhaits de nouvel an à ses paroissiens, cite comme une grâce la présence d'une Communauté Religieuse sur la paroisse".
1974A partir de 1974, une seule communauté de 24 Soeurs en retraite. La maison est restructurée ; elle a besoin de nouveaux aménagements, particulièrement au rez-de-chaussée.
1989Construction de la salle à manger actuelle au rez-de-chaussée, devant la véranda, entre les deux ailes parallèles. Réception le 1er décembre 1989.
1993Réaménagement des chambres.

Le nouveau bâtiment

Saint Joseph et l'enfant Jésus<<     Des statues dans le parc     >>La vierge Marie bien protégée

Annexes

Mésaventure de Mlle Chapalain, employée Au Lys chez Marie-Louise Minguy - La Dépêche - août 1906

La Dépêche du 2/8/1906 : Perte de 1.000 francs.
Mlle C..., employée de la maison Au Lys, 26 rue de Siam, a perdu, de la Société Générale à la Banque de France, une liasse de 1.000 francs, en billets de 100 francs. Cette jeune fille, qui est obligée de rembourser cette somme à ses patrons et qui n'a que son travail pour vivre, prie instamment la personne qui a trouvé les 1.000 francs de vouloir bien les rapporter Au Lys contre 100 francs de récompense.

La Dépêche du 4/8/1906 : Perte de 1.000 francs.
Nous avons dit que Mlle M. C..., employée à la maison Au Lys, rue de Siam, avait perdu, mercredi dernier, de la Société Générale à la Banque de France, une liasse de 1.000 francs, en billets de 100 francs. Cette jeune fille, désolée de cette grosse perte, attendu qu'elle est obligée de rembourser cette somme à ses patrons, attendit en vain que la personne qui avait trouvé cette somme eut la probité de la remettre en possession des 1.000 francs.

Le hasard a voulu que cette somme tombât entre les mains de personnes malhonnêtes, qui s'approprièrent les billets bleus. Jeudi matin, M. Jérôme, commissaire central, recevait la visite d'un monsieur qui, ayant lu dans la Dépêche la perte des 1.000 francs, croyait pouvoir être utile pour rechercher les voleurs. Passant rue Saint-Yves, il vit soudain deux femmes se baisser et ramasser un papier bleu ; un billet de loterie, pensait-il. Il fournit à M. Jérôme des renseignements très détaillés sur les deux femmes en question.

Le magistrat confia la mission de rechercher les voleuses au brigadier Tricot, aidé de l'agent Nicolas, du service de la sûreté. Une rapide enquête des policiers apprit que les femmes en question n'étaient autres que la veuve M..., née M..., sans domicile fixe, et la femme L..., qui habite rue Saint-Yves. Durant toute la soirée, ces deux femmes et le docker L..., le mari de la femme du même nom, firent de nombreuses libations. Le lendemain, elles achetèrent des vêtements neufs. A midi 30, les deux femmes et le docker, portant chacun leurs effets respectifs, pénétraient dans le débit tenu par M. Edrick, sur la place de la Liberté. Ils demandèrent l'autorisation à la débitante de pénétrer dans les jeux de boules afin de revêtir les vêtements neufs. Mme Edrick accéda à leur demande. Quelques instants plus tard, les voleuses quittaient l'établissement après avoir fait "peau neuve".

Les agents continuèrent leur enquête dans l'espoir de retrouver les voleuses. Une déception les attendait : les voleuses, accompagnées du docker L..., avaient pris le train pour Lorient. Le parquet de Brest, averti, a transmis les renseignements au parquet de Lorient, qui continuera les recherches. Espérons que les voleuses seront arrêtées avant qu'elles aient dilapidé les 1.000 francs.

La Dépêche du 25/8/1906 : Vol d'un billet de mille francs.
Tribunaux de Brest - A la correctionnelle - Audience du 24 août : Marie Stéphan, femme Lespagnol, 50 ans, ménagère ; Yves Lespagnol, 42 ans, débardeur, et Marie Mével, veuve Merdy, ménagère, 34 ans, sont poursuivis pour vol d'un billet de mille francs, au préjudice de Mlle Chapalain, factrice Au Lys.

Le 1er août, cette dernière fut envoyée par ses patrons escompter, à la Société Générale, une somme de 3.000 francs. En arrivant à la Banque de France, où elle avait également affaire, elle s'aperçut qu'elle avait perdu une liasse de dix billets de cent francs.

On sait que la femme Lespagnol trouva les billets, qu'elle se partagea avec Lespagnol et Marie Mével, et que tous trois, après avoir acheté des vêtements, prirent le train pour Lorient, où ils furent arrêtés. Ils n'avaient plus en leur possession qu'une somme de 426 francs.

Stéphan, femme Lespagnol, est condamnée à huit mois de prison ; Yves Lespagnol et Mével, femme Merdy, sont condamnés à six mois de prison. Tous trois étaient, d'ailleurs, en état de recidive.

Bicyclette contre automobile, un cycliste sérieusement blessé - La Dépêche de Brest du 15/4/1932

LANDERNEAU. Bicyclette contre automobile. Un cycliste sérieusement blessé. Vers 13 heures, hier après-midi, deux jeunes cyclistes descendaient le boulevard de la Gare à vive allure, lorsque le premier en tête, le mécanicien Marcel Hélard, 17 ans, employé chez M. Tanguy, tôlier, rue de La Tour d'Auvergne, dont les parents habitent Henvic, près de Morlaix, depuis quelques temps - ils résidaient autrefois à La Roche-Maurice - commit l'imprudence de vouloir traverser la rue de Brest avec sa machine non munie de freins.

Malheureusement, dans cette voie particulièrement fréquentée, il ne se passe pas un instant sans que de nombreuses voitures automobiles se croisent, et la plus extrême prudence recommande, lorsqu'on descend surtout le boulevard de la Gare, de prendre les plus grandes précautions à ce croisement dangereux.

Aussi, lorsque le jeune Hélard s'y présenta, une voiture automobile, conduite intérieure, appartenant à M. de la Villasse, habitant route de Morlaix en Plouneventer, conduite par son chauffeur et dans laquelle se trouvait Mme de la Villasse et une amie, arrivait en cornant, se dirigeant vers Brest. Le cycliste ne pouvant ralentir, la rencontre, malgré tous les efforts du chauffeur était inévitable. Le pare-chocs avant de l'auto heurta la roue arrière de la bicyclette et le malheureux cycliste fut projeté à plusieurs mètres sur la chaussée. Dans sa chute, sa tête heurta avec une extrême violence le trottoir gauche qui se trouve en face du restaurant du Chêne Vert.

Le blessé resta étendu sans connaissance sur le sol. Des témoins et le chauffeur de l'auto se portèrent au secours du pauvre mécanicien et comme le cabinet du docteur Penquer se trouvait à quelques pas plus loin, on le transporta sans retard chez le médecin, où les meilleurs soins lui furent prodigués.

Une heure plus tard, on put le conduire en automobile chez une de ses soeurs qui habite rue Neuve, à Landerneau. L'état du blessé, bien qu'étant sérieux - il porte une blessure à la tête et se plaint de douleurs aux jambes - ne semble pas, quoique cela, inquiétant.

Incendie à Kerlys chez de Mme de Lavillasse - Ouest-France du 5/3/1948

Un incendie ravage la propriété de Mme de La Villasse. Hier, vers 10 h. 45, un incendie qui aurait pu avoir les plus graves conséquences, s'est déclaré dans les taillis de Mme de la Villasse, propriétaire bien connue et estimée dans le pays, domiciliée au lieu dit Kerlys, en Plouneventer.

Le tocsin du clocher de La Roche-Maurice donna immédiatement l'alarme. M. Yves Maubian, chauffeur de Mme de La Villasse, s'efforça de détourner le feu par des moyens de fortune, d'une maison dans laquelle habitaient deux bravres ménagères. M. Joseph Péron, menuisier à La Roche-Maurice et M. Louis Berthou, forgeron dans la même localité, se trouvèrent les premiers sur les lieux. Après deux heures d'efforts tout danger était conjuré.

Les pompiers de Landivisiau arrivèrent également mais n'eurent pas à intervenir. Le feu s'était propagé sur une superficie de plusieurs hectares. La gendarmerie de Landivisiau a ouvert une enquête sur l'origine du sinistre mais aucun acte de malveillance ne peur être retenu. Nous adressons aux premiers sauveteurs et aux vaillants sapeurs-pompiers toutes nos félicitations.

 

Sources des informations

ADB = Archives Départementales du Finistère à Brest
ADQ = Archives Départementales du Finistère à Quimper
AML = Archives Municipales de Landerneau


logo André Croguennec
 André Croguennec - Page créée le 17/5/2018, mise à jour le 23/3/2020.

  ...  GA  ...