La guerre 1939-45 à La Roche-Maurice

accueil
Voir aussi
La guerre 14-18 à La Roche

Les Allemands sur le Roc'h Morvan

Une compagnie allemande arrive à La Roche-Maurice le 19 juin 1940.

La ferme du Pontois est investie par les Allemands qui se livrent à un pillage en règle. Deux camps sont installés dans les bois du Pontois.

Pour surveiller les environs, les Allemands investissent les points élevés de la commune. Sur le toit de la chapelle du Pontois, ils construisent un mirador. Sur le château, des mitrailleuses sont mises en batterie.

La commune connaît les rigueurs de l’occupation ennemie : tickets de rationnement, couvre-feu. Les gradés réquisitionnent les plus belles demeures du bourg et des abords : maisons Coat, Kerbrat, Le Gall et Broudin au bourg.

L'école est occupée par l'intendance et le stockage des réserves, les cours ont lieu dans les débits de boissons chez Joséphine Tanguy, au Café des Sports, au Café de la Gare.

La solidarité s'organise notamment envers les prisonniers de guerre de la commune : en décembre 1941, la marquise de Lavillasse organise, dans l'église paroissiale, deux messes avec concertistes suivies d'une quête pour leur venir en aide ; en 1942, il y aura une grande kermesse dans les bois du Pontois.

La Roche a été évacuée par les Allemands le 9 août 1944.

= = =

Ci-contre une photo présentée dans une exposition à Landerneau en 2015  :
Des Allemands postés sur le château de Roc'h Morvan. « Cette photo est incroyable, il y a très très peu d'images où l'on distingue si bien les Allemands en poste. Car sous l'Occupation, il était très difficile de photographier l'ennemi sous peine d'être soupçonné de trahison ou d'espionnage » précise Gilles Salaün, le président de l'association Histoire et patrimoine du pays de Landerneau-Daoulas, organisatrice de l'exposition.

X

La guerre de 39-45 retracée en 200 photos (exposition à Landerneau) :
L'expo sur la guerre 39-45, ouverte depuis vendredi se termine ce soir. L'occasion de découvrir en 30 panneaux, près de 200 photos avec de nombreux clichés inédits. Un mannequin de soldat Américain. L'Ordre de mobilisation. Et les Allemands en poste au château de Roch Morvan à la Roche-Maurice. « Des photos avec des soldats allemands, c'est très dur à trouver. Moi j'en achète en Allemagne, et elles coûtent chères, c'est très recherché » explique Gilles Salaun, passionné de cartes postales et de l'histoire du patrimoine du pays de Landerneau Daoulas.

Celui qui a fondé l'association qui présente jusqu'à ce soir une nouvelle exposition sur la guerre 39-45 est intarissable sur le sujet. « L'association a déjà fait une expo sur la première guerre mondiale, mais celle-ci m'a donné encore plus de travail » souligne le président qui aime à raconter, photos à l'appui le quotidien des Landernéens. Sur les panneaux, des témoignages, des courriers et des lettres anonymes de dénonciation, des ordres de mobilisation, des histoires...

Le public pourra découvrir environ 160 photos inédites sur les 200 exposées. Au fil des présentoirs, on découvre l'arrivée des Allemands dans la ville. Dans différents sites très reconnaissables. Impressionnant de découvrir une photographie d'une division blindée entrant dans Landerneau et se dirigeant vers la Roche-Maurice, ou une photo d'Allemands postés sur le château rochois de Roc'h Morvan. « Cette photo est incroyable, il y a très très peu d'images où l'on distingue si bien les Allemands en poste. Car sous l'Occupation, il était très difficile de photographier l'ennemi sous peine d'être soupçonné de trahison ou d'espionnage ».

Une partie de l'expo s'attarde sur Guillaume Roué, résistant, qui cachait des aviateurs américains et anglais « dans sa ferme de Traon Elorn. Sa fille avait à charge de balayer la cour pour surveiller l'arrivée éventuelle de l'ennemi ».

Expo salle municipale de 10 h à 18 h. Entrée : 2 €. (source Ouest-France du 10/05/2015).

Les corps d'armée allemands

D'après L'occupation allemande dans les 162 communes du Nord-Finistère - 1940-1944 par Alain Floch

1 - A la Roche.

Troupe d'invasion

Panzer-Division - Panzer-Regiment 15.
Le 15è régiment de la 5è division blindée arrive dans le secteur de Landerneau, lieu fixé pour son cantonnement, dans la nuit du 19 au 20 juin 1940. L'état-major du IIè escadron de chars (unité 23 050), commandé par le Major von Drabich-Waechter, s'instale à La Roche-Maurice et va y rester jusqu'au 2 juillet.

Ci-contre, récépissé du 20 juin 1940 pour l'achat de deux taurillons (Bullenkälber) chez M. Abiven pour la somme de 150 Reichsmark, c'est-à-dire 3.000 fr. de l'époque. Le document est signé par un Obergefreiter (caporal-chef) de l'unité 23 050.

Troupes d'occupation.

Les informations sur l'occupation allemande à La Roche sont incomplètes. Nous savons qu'il y avait un camp de 3 baraques de la Kriegsmarine à proximité du bois du Pontois, utilisé par les marins du "Scharnhorst", basé à Brest, jusqu'au départ du croiseur le 11 février 1942. Il y avait également un camp de la Todt dans une vingtaine de baraques au bord de la vieille route de Landerneau, sans doute le camp Chamisso.

Les Allemands ont effectué plusieurs coupes sauvages dans les bois du Pontois, pour construire des casemates, par exemple plus de 50 sapins, hêtres, chênes et châtaigniers en décembre 1943.

Technische-Abteilung V (unité 02 863).
Il s'agit d'une unité chargée de préparer le terrain pour la troupe : déminage, logements, approvisionnement en nourriture, eau, électricité et surveillance. D'abord à St-Pierre-Quilbignon, on le retrouve à La Roche en juillet et août 1942.

335è division d'infanterie (26 décembre 1941 à novembre 1942)
Cette division relève la 251è dans tout le département le 26 décembre 1941. Une compagnie du IIIè bataillon du 682è régiment de la division est cantonnée à La Roche en février 1942.

257è division d'infanterie (septembre 1942 à avril 1943)
Division engagée sur le front de l'Est, au repos dans le Finistère de sepembre 1942 à avril 1943. Infanterie-Regiment 466. L'état-major du 466è régiment de la division (unité 38 493) commandé par l'Oberst Heinrich Götz (1896-1960), qui finira la guerre comme Generalleutnant, est à La Roche en septembre et octobre 1942. Le QG s'installe à Brest en novembre 1942. Il est accompagné de la 2è compagnie (unité 30 839C) qui cantonne à La Roche à la même période.

Sicherungs-Bataillon 5
L'état-major du IIè bataillon du 5è régiment de sécurité (unité 06 458A) et la 8è compagnie (unité 06 458E) cantonnent à La Roche du 30 mars au 23 avril 1943. Nous ne connaissons pas les raisons de la présence de cette unité dans le secteur.

371è division d'infanterie (avril à début octobre 1943)
Cette division anéantie à Stalingrad en février 1943, est reconstituée en Bretagne Nord avec des convalescents et des réservistes. Infanterie-Regiment 671 La 12è compagnie de mitrailleurs du 671è (unité 17 225E) cantonne à La Roche d'août à novembre 1943, puis le régiment 671 est cédé à la 353è division le 2 décembre 1943.

Ost-Bataillon 633 Des éléments de ce 633è bataillon de supplétifs russes, ont cantonné dans une grange du bourg en novembre et décembre 1943, avant de prendre leurs cantonnements définitifs dans le secteur de Ploudalmezeau.

353è division d'infanterie (20 octobre 1943 au 8 juin 1944)
Division formée en octobre 1943 en Bretagne pour renforcer le dispositif de défense côtière. Infanterie-Regiment 943 L'état-major du IIè bataillon du 943è régiment de la division (unité 23 473A) est signalé de décembre 1943 à février 1944 à Kernevez en La Roche-Maurice, puis il part à Landivisiau.
L'aumônier militaire de la 353è division, le Kriegspfarrer Kalh a célébré la messe de Noël 1943 à La Roche le 25 décembre à 9h.

2. Fallschirm-Jäger-Division La 2è division parachutiste rentre de Russie en mai 1944, elle arrive incomplète dans le finistère vers le 20 juin 1944.

Nachrichten-Abteilung 2 L'état-major du bataillon des transmissions de la division (unité L52 176) est présent au Pontois du 25 juillet au 1er août 1944, puis l'état-major se replie à Brest. Une compagnie est restée à La Roche jusqu'au 8 août 1944, sans doute une compagnie de transmission.

La Roche a été évacuée par les Allemands le 9 août 1944.

2 - Près de La Roche, à Plouneventer.

Occupation du château de Brezal et du monastère de Kerbeneat.
335è division d'infanterie (26 décembre 1941 à novembre 1942)
Sanitäts-Kompanie 335 Le 2è compagnie sanitaire 335 (unité 41 098) arrive à Landerneau en juillet 1942 en provenance de Quimper. On la trouve aussi au monastère de Kerbeneat en Plouneventer en octobre 1942.

Infanterie-Regiment 682 La 12è compagnie du 682è (unité 05 231E) est à Plouneventer de juin à septembre 1942. Cela représente 150 hommes. La compagnie réquisitionne le Café de Mme Le Bihan, transformé en bureaux pour la comptabilité et 2 chambres pour un officier et un sous-officier.

257è division d'infanterie (septembre 1942 à avril 1943)
Infanterie-Regiment 466 Le 466è régiment d'infanterie relève le 682è régiment 335. La 3è compagnie (unité 30 839D) cantonne provisoirement à Plouneventer en septembre et octobre 1942, ainsi que la 14è compagnie antichar (unité 32 498) dont une partie cantonne aussi à St-Derrien avant de partir à Lambezellec.

371è division d'infanterie (avril à début octobre 1943)
Infanterie-Regiment 671 L'état-major du IIIè bataillon (unité 47 225A) arrive à Plouneventer le 8 août 1943 en provenance de Ploudaniel. La 9è compagnie (unité 47 225B) est au couvent de Kerbeneat. La 10è compagnie (unité 47 225C) est aussi à Plouneventer juqu'en octobre 1943.

353è division d'infanterie (20 octobre 1943 au 8 juin 1944)
Infanterie-Regiment 943 Le 943è régiment de la division relève le 671è régiment 371 en octobre 1943. Le IIIè bataillon 671, cédé à la 353è division devient le Ier bataillon 943. L'état-major (unité 47 225A) reste à Plouneventer d'octobre 1943 au 21 février 1944 puis par à Ploudaniel. La 1ère compagnie (unité 47 225B) est à Kerbeneat jusqu'au 29 février 1944. La 2è compagnie (unité 47 225C) est à St-Servais. La 3è compagnie (unité 47 225D) est également à Plouneventer.
L'aumônier de la division, le Kriegspfarrer Kalh, a célébré la messe de Noël 1943 à Plouneventer le 25 décembre à 16h30 pour les unités du Ier bataillon 943 et à St-Servais le 26 décembre à 9h.

Bodilis, Plougourvest et Plouneventer ont été libérés le 7 août, St-Derrien et St-Servais le 9 août 1944.

Les faits marquants

Les personnes remarquables

A - Morts pour la France

Le monument aux morts de La Roche-Maurice porte les noms de 18 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale.
Parmi les victimes :

 Autres noms, autre guerre :
René Coat (1921-1946), soldat au 1er bataillon du 22e régiment d'infanterie coloniale, décédé à Cholon, région de Saïgon, le 21 mars 1946.
Yves Horellou, décédé le 17 mai 1951 à Nha Traug (Sud Annam).
 Maurice Leost un héros rochois.
Autres victimes B - Personnes blessées

Lors du mitraillage de la gare en 1942 :  C - Prisonniers de guerre

(A COMPLETER)

Bernard Goere

  • Chevalier de la légion d'honneur, Croix de Guerre, Mort pour la France
  • Enseigne de vaisseau
  • Né le 1er décembre 1919 - Saïgon
  • Décédé le 30 septembre 1944 - Belfort
  • À l'âge de 24 ans

Parents et famille

René Goéré avait acquis en 1929, à Pont-Christ, les deux petites maisons qui se trouvent en bordure ouest du cimetière. La famille en avait fait sa résidence secondaire.
René Pierre GOERE, né le 7/10/1887, 16 rue Algesiras, Brest, décédé le 17/10/1938, Brest, enterré à La Roche-Maurice (à 51 ans), médecin en chef de la marine.
Marié le 20/7/1918, Lorient, avec Marguerite Emilie Marie PLOTEAU, née le 5/4/1895, Lorient, décédée le 27/8/1989, Quimper, enterrée à La Roche-Maurice (à 94 ans), dont

Bernard Goere est mort au combat

Le Télégramme des 21 et 22/04/1945 : Légion d'honneur, croix de guerre, Bronze Star Medal, trois citations


Panneau de gauche : Bernard GOERE, enseigne de vaisseau, Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de Guerre, Mort pour la France devant Belfort au 1er régiment de fusiliers marins. 1er décembre 1919 . 30 septembre 1944
A la mémoire de Xavier GOERE Lieutenant de vaisseau, Croix de guerre, disparu à bord du sous-marin SIBYLLE au large des Côtes de Provence. 2 avril 1923 . 24 septembre 1952
Panneau de droite : Docteur René GOERE, médecin en chef de la Marine, officier de la Légion d'Honneur 7 octobre 1887 - 17 octobre 1938
Son épouse Marguerite PLOTEAU 1895-1989
Anne-Marie GOERE 1921-2001

L'enseigne de vaisseau Bernard Goéré est mort au combat près de Colmar, en septembre. C'était un jeune homme simple et modeste, qui a 24 ans était titulaire de la Légion d'honneur, croix de guerre, Bronze Star Medal, deux citations françaises et une américaine. Son père, ancien médecin-chef de la marine, était bien connu à Brest où il mourut en 1938. Son frère Xavier est actuellement aspirant sur le Suffren. Le texte des citations du jeune officier mort au champ d'honneur est un magnifique exemple pour tous.

Dans une lettre à la mère du jeune héros, le capitaine de corvette de Morsier, commandant le 1er régiment de fusiliers-marins, écrit :
"Votre fils était un officier d'élite dont les nombreuses qualités ont été dans de multiples occasions très précieuses au régiment, où il était arrivé le 1er décembre 1943, et où il commandait un peloton de chars. Il a donc pris part à une partie de la campagne d'Italie et au débarquement de Provence, puis aux opérations devant Toulon et devant Belfort. Sa mort est survenue le 30 septembre 1944. Il a été tué alors qu'il se trouvait à proximité de son char au cours d'une opération. Son habileté au combat et sa grande bravoure lui avaient déjà valu une citation à l'ordre de la division (22 juin 1944) et une proposition pour la Légion d'honneur."

A cette lettre était joint le texte de la citation comportant l'attribution de la Légion d'honneur :
"Chef d'un peloton de chars. A fait preuve de qualités exceptionnelles, d'allant, de courage et d'audace. Le 10 juin 1944, à Montefiascone (Italie), par sa progression rapide, a dérouté le tir précis d'armes antichars. Le 14 juin, à Castel Giorgio, a dégagé un peloton de reconnaissance en difficulté, ramenant les morts et les blessés. Le 15 juin, à Torréalfina, a aidé avec succès l'infanterie à nettoyer un taillis et à capturer des prisonniers. A continué les opérations malgré la perte des trois quarts de ses effectifs. Une blessure et une citation durant la campagne d'Italie".

Les Américains, de leur côté, voulurent témoigner de leur admiration en décernant la Bronze Star Medal au jeune Brestois :
"A l'enseigne de vaisseau de 1ère classe Bernard Goéré, du corps expéditionnaire français : il vous est décerné la "Bronze Star Medal" pour conduite héroïque au combat du 10 au 15 juin 1944, en Italie. Au cours de trois attaques, l'enseigne de vaisseau Goéré, commandant un peloton de chars, joua un rôle offensif contrariant la manoeuvre de l'ennemi, contribuant à sa déroute et à la capture de prisonniers. Continuant le combat en dépit de grandes difficultés. - Mark W. Clarck, lieutenant-général de l'armée américaine."

Sous la plume de Roger Bras en 2004

Roger Bras a rédigé en 2004, à l'occasion du 60è anniversaire de la libération, quelques chapitres relatant de nombreux faits intervenus pendant la 2ème guerre à La Roche. Il les avait publiés sur le premier site internet de la commune. Les voici :

1944 ... 2004 Il y a 60 ans, la libération

Directeur de la publication : Roger BRAS. Réalisation : Secrétaires de mairie, animateur du Cyberespace.

Sources des informations

ADB = Archives Départementales du Finistère à Brest
ADQ = Archives Départementales du Finistère à Quimper


logo André Croguennec
 André J. Croguennec - Page créée le 10/7/2021, mise à jour le 12/7/2021.

  ...  GA  ...