La guerre 14-18 à La Roche-Maurice

accueil
Voir aussi
La guerre 39-45 à La Roche

Mobilisation générale le 2/8/1914

Tout allait pour le mieux dans notre commune de La Roche en cette fin juillet 1914, malgré le climat tendu des relations internationales. Des fêtes étaient même programmées pour le dimanche 2 août suivant :

LA ROCHE-MAURICE

Le 2 août prochain auront lieu les fêtes de La Roche-Maurice, avec le concours de la musique l'Indépendante, de Landerneau.

Des distractions variées sont offertes aux nombreux touristes qui ne manqueront pas de visiter notre cité pittoresque :

Un concours de tir. - Poules de 4 prix (10, 5, 3 et 2 fr.) et 5 prix (25, 12, 8, 4 et 1 fr.) Les tireurs sont autorisés à se servir de leurs carabines s'ils consentent à les laisser à la disposition de leurs concurrents.

Quatre courses de bicyclette. - Pupilles, communale, cantonale et régionale.

Deux courses de chevaux. - Trot et galop, avec trois prix pour chacune (20, 10 et 5 fr.)

Enfin divers jeux : chevaux de bois..., et dans la soirée, bal champêtre, illuminations et feu d'artifice.

Le comité décline toute responsabilité pour les accidents.

(La Dépêche du 28 juillet 1914)

Il est évident que l'annonce de la mobilisation générale pour le 2 août a semé quelque émoi à La Roche et un encart paraissait aussitôt dans la Dépêche de Brest du 2 août 1914.

Les morts pour la France

CM = Citations, médailles
Sép. = Sépulture


Conflit de 1914-1918,
la liste des noms provient
du monument aux morts.



Nom PrénomsDécès - AgeLieu de décès CM  Sép. Voir
  1 AUTRET Jean22/07/1917 - 20  Salonique..voir
  2BAZIN Alphonse06/10/1918 - 36La Veuve (Marne)ouisvoir Même famille
  3BAZIN Olivier23/04/1917 - 30Makovo Macédoine du Nordouixvoir
  4BEGOT Édouard28/12/1918 - 21Kaiserslautern Allemagne..voir Même famille
  5BEGOT François22/08/1914 - 27Rossignol (Belgique).svoir
  6CASTEL François17/04/1917 - 21Prosnes (Marne)..voir
  7COAT Joachim09/05/1915 - 24Bailleul-Sir-Berthoult (Pas-de-Calais)..voir
  8CORVÉ Ernest10/05/1915 - 19Seddul-Bahr Turquie.svoir
  9CUEFF Pierre26/11/1914 - 24Bois de la Gruerie (Marne)..voir
10DENIEL Jérôme03/03/1917 - 29Fontenoy (Aisne)ouisvoir
11GUÉGUEN Jean Marie17/12/1914 - 23Ovillers-la-Boisselle (Somme)..voir Même famille
12GUÉGUEN Jean Pierre18/09/1916 - 22Estrées (Somme)..voir
13GUÉGUEN Joseph09/07/1916 - 21Mouilly (Meuse)..voir  Leur cousin
14GUILLOU Yves25/11/1915 - 33Hôpital maritime, Brest..voir
15HERRY François28/09/1915 - 32Tahure (Marne)..voir
16JÉZÉGOU Jean Louis10/10/1914 - 26Biseschoote Belgique..voir
17KERLIDOU Léon09/09/1914 - 29Saint-Soupplets (Seine-et-Marne).xvoir
18LE DALL Gabriel18/11/1914 - 27Châlons-sur-Marne (Marne).xvoir
19LE HIDEUX Édouard19/07/1916 - 20Verdun-sur-Meuse (Meuse)oui.voir Même famille
20LE HIDEUX Georges18/10/1915 - 29Minaucourt (Marne)ouisvoir
21LE MOAL Joseph31/10/1914 - 24Amiens (Somme).svoir
22LE MOIGNE Louis23/12/1916 - 45Hôpital n° 8, Brest.svoir
23LIDOU Guillaume01/10/1915 - 21Tahure (Marne).svoir
24MERDY André07/04/1918 - 32Tinon (Aisne)..voir Même famille
25MERDY Jean Yves13/10/1916 - 34Lihons (Somme)..voir
26MORVAN Jean François29/03/1918 - 20Plessier-Rozainvillers (Somme)..voir
27NENY Louis24/10/1918 - 33Sens (Yonne)ouisvoir
28PAPE Jean Marie22/08/1914 - 23Maissin (Belgique)..voir
29PERSON Jean Marie14/11/1914 - 19Caeskerque (Belgique)..voir
30QUÉRÉ Jean Pierre09/04/1917 - 25Jouaignes (Aisne)ouixvoir
31ROZEC François26/02/1915 - 21Amiens (Somme).xvoir
32ROZEC Olivier08/05/1918 - 30Bailleul (Nord) ouixvoir
33SALAUN Joseph26/08/1916 - 20Douaumont (Meuse)..voir
34VELLY Jean Marie01/12/1914 - 27Villers-Cotterêts (Aisne)..voir

Quelques autres Poilus

(à suivre)

Construction du monument aux morts

Le 7/6/1920, le conseil municipal décide de souscrire un emprunt de 1.500 fr. auprès du Crédit Foncier de France pour l'érection d'un monument aux morts de la grande guerre.

La décision se précise au cours du conseil du 26/9 :
M. le Maire dépose sur le bureau des plans et devis de monuments. Il expose au Conseil que, dans le but de perpétuer la mémoire des enfants de la commune qui sont morts pour la France, il conviendrait d'élever dans le cimetière un monument commémoratif digne de leur gloire.

Il expose qu'une souscription faite dans la commune a produit une somme de 950 francs, et remercie les personnes qui ont bien voulu contribuer par leurs dons à cette oeuvre patriotique.

Pour couvrir les frais se montant à 2.781 francs 1, prix du monument proposé sur le plan de M. Donnart 2, sculpteur statutaire à Landerneau, qui paraît le mieux approprié à l'importance et aux ressources de la commune et qui a été choisi par la commission, il y aurait lieu de voter un emprunt de 1.500 francs, qui ajoutés aux produits de la souscription donneront un total de 2.450 francs. La différence de 331 francs sera prise sur les crédits disponibles, et M. le préfet est prié d'autoriser l'ouverture d'un crédit de cette somme, défalcation faite par la suite de la subvention de l'Etat à intervenir, par l'application de l'article 5 de la loi du 25 octobre 1919 3. Le transport sera effectué gratuitement par les habitants de la commune.

Le Conseil, après avoir délibéré, décide :
1° un monument, conforme aux plan et devis de M. Donnart, sculpteur statuaire, sera élevé dans le cimetière, face au grand vitrail de l'église, à la gloire des enfants de La Roche-Maurice, morts pour la France ;
2° un emprunt de 1.500 francs 4 est voté à cet effet ;
3° Une demande d'autorisation d'ouverture d'un crédit de 331 francs et adressé à M. le Préfet.


1 Ce prix sera majoré plus tard en raison du coût des travaux de terrassement.

2 L'atelier du sculpteur de Jean-Guillaume Donnard était installé dès 1899 à Landerneau. Cet atelier travailla aussi pour les monuments aux morts de Landerneau, La Martyre, Saint-Eloy, Le Tréhou, Trémaouézan et Plouédern.

3 Loi relative à la commémoration et à la glorification des morts pour la France au cours de la grande guerre, du 25 octobre 1919.

1. Les noms des combattants des armées de terre et de mer ayant servi sous les plis du drapeau français et morts pour la France, au cours de la guerre 1914-1918, seront inscrits sur des registres déposés au Panthéon.
2. Sur ces registres figureront, en outre, les noms des non-combattants qui auront succombé à la suite d’actes de violence commis par l’ennemi, soit dans l’exercice de fonctions publiques, soit dans l’accomplissement de leur devoir de citoyen.
3. L’État remettra à chaque commune un livre d’or sur lequel seront inscrits les noms des combattants des armées de terre et de mer morts pour la France, nés ou résidant dans la commune.
Ce livre d’or sera déposé dans une des salles de la mairie et tenu à la disposition des habitants de la commune. Pour les Français nés ou résidant à l’étranger, le livre d’or sera déposé au consulat dont la juridiction s’étend sur la commune où est né, ou a résidé le combattant mort pour la patrie.
4. Un monument national commémoratif des héros de la grande guerre tombés au champ d’honneur sera élevé à Paris ou dans les environs immédiats de la capitale
5. Des subventions seront accordées par l’État aux communes, en proportion de l’effort et des sacrifices qu’elles feront en vue de glorifier les héros morts pour la patrie. La loi de finances ouvrant le crédit sur lequel les subventions seront imputées réglera les conditions de leur attribution.
6. Tous les ans, le 1er ou le 2 novembre, une cérémonie sera consacrée dans chaque commune à la mémoire et à la glorification des héros morts pour la patrie. Elle sera organisée par la municipalité avec le concours des autorités civiles et militaires.
7. La présente loi est applicable à l’Algérie et aux colonies.

Cette loi, si attendue qu’elle fût, n’a été que très partiellement appliquée. Ainsi, des livres d’or ont été réalisés avec plus ou moins de rapidité et d’efficacité dans certaines communes ; en revanche, les registres prévus pour être déposés au Panthéon n’ont jamais vu le jour. Le montant des subventions accordées par l’Etat aux communes n’a été fixé qu’en juillet 1920, selon une méthode de calcul qui permettait de couvrir 5 % à 26 % du coût du monument érigé, avant qu’il ne soit mis fin à ces subventions en 1925 ; en revanche, aucun monument national commémoratif n’a été élevé à Paris, même si en 1920 un Soldat Inconnu est transféré à l’Arc de Triomphe. Enfin, sans être décrété fête nationale ni jour férié, le 1er ou le 2 novembre est bel et bien retenu pour être le jour de la commémoration de la guerre à travers le pays ; en 1919, le législateur privilégie donc la Toussaint et la fête des Morts sur le 11 novembre, qui incarnerait moins le deuil que la victoire.

4 Cet emprunt sera annulé par la délibération du 7/6/1921 pour la raison que le taux du prêt avait été augmenté par l'organisme bancaire. La commune décide de faire face à la dépense par ses propres moyens.

Association des anciens combattants

En 2019, l’association comptait 13 adhérents. Lors de l'assemblée qui s'est tenue en mars, le président Jean Porhel a rappelé l’objectif de l’association rochoise : « défendre les intérêts des anciens combattants et entretenir la mémoire avec les scolaires » (source Le Télégramme).

A cette date, les adhérents sont des anciens combattants de la guerre d'Algérie.


Président et anciens présidents :
- Jean Porhel
- Henri Gonthier
- Pierre Combot
- René Le Henaff
- Yves Porhel

- Hervé Marie Morvan, maire, qui fut aussi
   à la tête de l'Union Fédérale de Landivisiau

Dans la presse

Sources des informations

AD29 = Archives départementales du Finistère en ligne
ADIV = Archives départementales d'Ille-et-Vilaine


logo André Croguennec
 André J. Croguennec - Page créée le 11/11/2021, mise à jour le 10/12/2021.

  ...  GA  ...