blason de Brezal

Glossaire illustré

accueil
  1. Glossaire de l'architecture
  2. Glossaire de la meunerie
  3. Sources des informations

Ce glossaire nous permet d'expliquer des termes peu courants et parfois peu connus que nous rencontrons dans la description de notre patrimoine, mais il a aussi l'avantage de pouvoir dresser une liste illustrée de notre richesse patrimoniale locale.

Glossaire de l'architecture

AmbonChacune des deux petites tribunes (ou lutrins) placées latéralement à la clôture du choeur, utilisées pour les lectures du rituel de la messe et pour la prédication. A La Roche, il n'y a plus qu'un seul ambon.
Arc en accolade Courbes qui couronnent les linteaux des portes et des fenêtres.

Un bel exemple est celui du moulin de Brezal, ici à droite.

X Vandalisme : voilà ce qu'il reste à l'emplacement de l'arcature du chevet de l'église qui a été dérobée. Et ce n'est, hélas, pas la seule trace de vandalisme en ce lieu.
X Vandalisme : voilà ce qu'il reste à l'emplacement de l'arcature du chevet de l'église qui a été dérobée. Et ce n'est, hélas, pas la seule trace de vandalisme en ce lieu.

Il y en avait un aussi au chevet de l'église de Pont-Christ, voir le dessin de Félix Benoist
avant 1865. L'arcature abritait un haut-relief représentant la crucifixion.

Malheureusement cette scène a été vandalisée, l'arcature a été dérobée.
On pourra voir ce qu'il en reste, par ici  et par       << New .

Dans l'église de La Roche, nous avons un autre exemple : la porte d'entrée de la sacristie.

Arches :

- Plein cintre
- Anse de panier
- Plein cintre
  surbaissé
 Les arches des ponts ou d'autres constructions peuvent avoir des formes différentes. Le schéma ci-contre montre la superposition de deux formes : "plein cintre" (un demi-cercle parfait) et "anse de panier".

Les arches du pont de Pont-Christ sont clairement des arches "plein cintre".

Mais qu'en est-il de celles du pont de La Roche sur l'Elorn ? "Plein cintre" ou "anse de panier" ou "plein cintre surbaissé" ? Les écrits, que j'ai pu rencontrer sur ce sujet, sont contradictoires, mais la démonstration, ci-jointe, clarifie le sujet.
Balustre Petit pilier assemblé avec d'autres pour former un appui (balustrade) ou une clôture.

La photo montre celle qui existait à Pont-Christ, pour délimiter l'emplacement du choeur, et qui a été déplacée dans l'église de La Roche.

On peut en voir aussi, en tant que clôture, dans le jubé de cette même église.
Blochet Pièce de bois apparente dépassant de la sablière et du mur.

Beaucoup de motifs sculptés de l'église de La Roche sont érotiques, voire pornographiques. Mais pas tous cependant...

On trouvera d'autres blochets plus classiques ICI.
Cartouche Un cartouche est un ornement sculpté décorant la façade d'un bâtiment, constitué d'un encadrement bordant une surface affichant l'année de construction de l'édifice, son nom, une devise, une épitaphe, des armoiries ou un motif ornemental. C'est aussi parfois, un ornement figurant une table bordée d'enroulements et de motifs variés.

Exemple : dans le fronton du pignon sud de l'ossuaire de La Roche.

ChaperonDans un pont, couronnement d'un avant-bec ou d'un arrière-bec destiné à le protéger des eaux pluviales.

A propos du pont de La Roche, Serge Montens, dans Les plus beaux ponts de France Ed. Bonneton, 2001, écrit ceci : "Ce pont en maçonnerie sur l'Elorn comporte 3 arches en plein cintre et des becs triangulaires chaperonnés." On peut voir ICI que les chaperons sont triangulaires et pyramidaux.
Les becs du pont de Pont-Christ sont arrondis et les chaperons aussi. "Ils ont des chaperons ronds, vive les... etc".

Claire-voieClôture formée de barreaux espacés. Comme la partie du jubé de La Roche, située entre le soubassement plein et la tribune.
CrochetUn crochet, appelé aussi crosse végétale ou plus simplement crosse, est un ornement saillant en pierre sculptée, que l'on trouve fréquemment sur sur les rampants des frontons, les frises, les corniches, les pinacles... Voir deux exemples à la rubrique fleuron. On en voir aussi sur les rampants du moulin de Brezal, ainsi que sur ses arcs en accolade.
CuirEntourage d'un cartouche rappelant un morceau de cuir découpé et contourné en volute. Un exemple sur le soubassement du jubé à droite, côté choeur. "Un putto embelli d'une cravate de feuillage dans un cuir découpé ..." (Yannick Pelletier).
Culot




Cul-de-lampe
  1. clefs pendantes qui tombent des nervures ou des voûtes dans l'architecture ogivale. Voir des exemples illustrant ce premier sens, appelé plutôt "culot", dans l'église de La Roche.
  2. supports placés en encorbellement pour recevoir la retombée d'un arc doubleau ou bien pour soutenir une statue.

La photo montre un support de statue sur un pilier de l'église de Pont-Christ.
Cette belle pierre a failli être volée dans les années 1960, mais le vandale a été surpris dans son oeuvre ignoble et la municipalité de La Roche est intervenue rapidement pour refaire le scellement dans le pilier avec un mortier, qui depuis cette date a découragé les mauvaises intentions.

Autre exemple à Pont-Christ.

Ecoinçon Ouvrage de menuiserie ou de maçonnerie formant l'encoignure de l'embrasure d'une baie. Il désigne aussi l'espace compris entre deux arcs ou entre un arc et une délimitation rectangulaire.

Exemple : Vitraux à la Roche-Maurice.

EnclosEnsemble architectural composé de l'église, de l'ossuaire, du calvaire et du cimetière.
EngoulantUn engoulant ou rageur est en architecture une extrémité sculptée en forme de gueule. Il s’agit d'une tête d’animal réel ou imaginaire sculptée sur les poutres de charpente au niveau de la sablière, de l’entrait ou des poinçons mais aussi des colonnes ou des gouttières. Souvent, les engoulants représentent des têtes de dragons mais il peut s’agir de crocodiles, serpents, goules ou autres bestiaires représentant le mal.
Voir un exemple à La Roche.
EntraitL'entrait, terme de charpente, est un élément de la ferme. C'est une pièce de bois horizontale qui sert à réunir les arbalétriers, dont elle maintient l'écartement. L'arbalétrier est une pièce posée obliquement supportant les pannes. Les deux arbalétriers forment un triangle avec l'entrait (qui constitue la base du triangle). Voir le schéma.
Dans l'église de La Roche, les deux extrémités des entraits semblent avalés ou tenus par des gueules de dragons qu'on appellent des engoulants.
Fleuron  Un fleuron est un ornement isolé, fait généralement d'un motif floral sculpté (fleur, feuille) étagé et stylisé dans tous les styles d'architecture. Il désigne plus particulièrement un motif d'ornementation décorant les sommets (gâble, pignon) dans les monuments de style gothique.

On trouve de jolis fleurons qui couronnent les pignons de l'église de Pont-Christ, ainsi que le pignon nord de l'ossuaire de La Roche :

1 - le pignon du transept nord de l'église en ruines de Pont-Christ
2 - le pignon nord de l'ossuaire.

Au moulin de Brezal, les fleurons sont collés au pignon ouest : au sommet des arcatures (voir plus haut) et contre la "souche" de la cheminée, au-dessus du toit.

Gâble Fronton couronnant un mur de façade ; pignon triangulaire surmontant une fenêtre ou une porte, dont les deux côtés obliques, appelés rampants, peuvent être décorés de motifs divers.

Ici une fenêtre du moulin de Brezal, avec son gâble au-dessus, orné d'un homme accroupi (à gauche) et d'un chien (à droite).
Gargouille Gouttière saillante en forme de canon ou d'animal fantastique qui rejette les eaux de pluie loin des murs.

Le clocher de La Roche a des gargouilles en forme d'animal fantastique aux quatre coins de la première galerie et en forme de canon aux quatre coins de la galerie supérieure.

Mais ces gargouilles ont une caractéristique bien particulière : les bâtisseurs du clocher en 1589 ont oublié de creuser la pierre pour ménager un canal d'évacuation des eaux de pluie ; ces gargouilles ne remplissent donc pas leur rôle.

C'est ce qu'a constaté l'architecte Rivoalen, intervenu en 1869 pour la consolidation du clocher. Il a "remarqué que les gargouilles ou animaux chimériques n'étaient pas forées, c'est-à-dire que ces animaux étaient sans gorge ; il propose donc de suppléer à ce dernier défaut par huit tuyaux en plomb faisant saillie de 0,30 m. en dehors des maçonneries, afin de débarrasser les galeries des eaux pluviales qui, à l'aide d'une légère pente dans le nouveau dallage, se répartiraient entre ces 8 tuyaux. Un diamètre intérieur de 0,035 suffirait".

On aperçoit encore ces tuyaux sur les photos.

Godronné Orné d'un godron, motif creux ou saillant ayant la forme d'un oeuf très allongé.

Sur la photo, la vasque des fonts baptismaux de Pont-Christ, déplacée devant l'église de La Roche.

Dans le jubé, à La Roche, les colonnettes de la claire-voie ainsi que celles séparant les panneaux décoratifs des soubassements et de la galerie sont décorées de godrons et de cannelures.
Jubé On appelle jubé une galerie portée par une clôture monumentale, placée dans une église à la séparation de la nef et du choeur et formant à cet endroit une tribune à laquelle on accède par un escalier qui peut être enfermé dans le creux d'un pilier.

Avant que l'on ne construisît des jubés, la coutume était que l'on édifiât à droite et à gauche du choeur une tribune appelée ambon d'où se faisait la lecture de l'Epître et de l'Evangile, les communications importantes aux fidèles, telles que les sermons, de même qu'on y chantait les leçons des offices de Matines et celle du commencement des Complies. Ces leçons étaient précédées d'une formule par laquelle le lecteur demandait la bénédiction de l'officiant : "jube, domine, benedicere", c'est-à-dire, veuillez, maître, me bénir. Du premier mot de ce versicule en langue latine, est venu le nom donné à cette tribune tranversale qui, remplaçant les ambons, en conserve les fonctions.

Le jubé comprend trois éléments principaux :
- une clôture dont la partie supérieure ajourée repose sur un bahut formé de panneaux pleins, contre lequel, du côté de la nef, s'adossaient des autels secondaires.
- une tribune qui, par sa fonction, jouait le rôle d'un trait d'union entre les clercs, auxquels étaient réservé le choeur de l'église, et les laïcs, cantonnés ans la nef. De plus, les choristes souvent y prenaient place.
- une Crucifixion dominant la tribune. Tournée du côté des fidèles, elle matérialisait le sacrifice du Christ renouvelé par le prêtre lors de la messe. Le plus souvent, le Christ est figuré entre Marie, sa mère, et l'apôtre Jean. Parfois seul, il n'est qu'exceptionnellement entouré de la Vierge, de saint Jean, de Marie-Madeleine et des deux larrons. ... Lire la suite

Texte extrait de l'ouvrage de Yannick Pelletier Les jubés de Bretagne.

Macle  Losange évidé dans les armoiries. Certains auteurs rapproche cette figure d’une maille de cuirasse, d’autres d’une boucle de baudrier ou ceinture sans ardillon.

Des macles sont présentes sur l'écu des Rohan : De gueules, à neuf macles d'or. Devises : 1° à plus 1; 2° Roi ne puis, Prince ne daigne, Rohan suis.

On les voit ici dans un culot de la voûte centrale et sur les piédroits du portail sud de l'église de La Roche.
Rappelons aussi celles que l'on trouve sur la maîtresse vitre.

1 La devise : « A plus » « Certains pensent qu’elle est tronquée », explique Josselin de Rohan. Elle peut avoir deux sens : soit elle signifie « sans égal », ou alors « peut mieux faire ! ». La première a la préférence du 14e duc du nom.
MeneauTraverse horizontale ou verticale délimitant les baies d'une fenêtre. C'est un élément du remplage.
Pilastre Sur une paroi, élément vertical de soutien ou de décor, ayant l'aspect d'une colonne plate de section rectangulaire.

Ici, les pilastres de l'étage supérieur de l'ossuaire de La Roche.
Pinacle Amortissement ou couronnement qui a la forme d'un petit clocher.

Dans l'architecture gothique le pinacle est un ouvrage en plomb ou en pierre, de forme pyramidale ou conique (forme de clocheton plus ou moins ouvragé), souvent ajouré et orné de fleurons, servant de couronnement à un contrefort, un pilier, un pignon, un fronton, un gable. Décoratif, il contribue aussi à la stabilité structurelle générale.
Enfin, c'est également un élément d'amortissement.

En architecture, un amortissement est un élément décoratif placé au sommet d'une élévation (pinacle, gable, lanternon, pyramidon, épi de faîtage de toit) pour marquer l'achèvement de l'axe vertical de la composition architecturale.

Exemple dans le clocher de La Roche-Maurice, ci-contre.

Putto, putti (pluriel)

L'ancien autel a aussi ses "putti", en voici l'un des deux.

On en voit un également sur le soubassement du jubé à droite, côté choeur. "Un putto embelli d'une cravate de feuillage dans un cuir découpé ..." (Yannick Pelletier).

Tête d'ange ailé.

 Ces "putti" sont très nombreux sur la voûte de l'église de La Roche-Maurice, sûrement entre 50 et 100.

A l'origine, un putto est un enfant nu dans les représentations artistiques. C'est notamment un terme de l'ornementation architecturale italienne qui désigne sur une façade la statue d'un nourrisson joufflu et moqueur. Il s'agit presque toujours d'un garçon. Souvent, il se voit doté d'ailes et ressemble à un angelot.

Les images qu'on vient de voir sont donc des représentations stylisées. Par contre, il y a d'autres petits angelots pendus au plancher de la galerie du jubé de l'église Saint Yves, qui sont plus conformes à l'idée d'origine. Ils sont huit du côté de la nef.

Remplage

Les baies les plus grandes ont été divisées par un assemblage de pierre appelé "remplage". Ce procédé s'est développé dès l'architecture gothique qui a engendré des ouvertures de plus grandes tailles. On distingue généralement la partie haute du remplage : le réseau ; et la partie basse où sont alignés les meneaux et les lancettes. Les divisions obtenues par le remplage sont appelées « jours » ou « ajours ».

 Quand les baies de l'église de Pont-Christ possédaient encore leur remplage.
Ils n'existent plus depuis les travaux de 1988, mais ils ont pu disparaître avant. C'est le cas, pour la baie du chevet, qui avait, comme on le voit, déjà perdu un meneau dès 1950. Aujourd'hui les baies sont complètement vides. Sur ces photos, on les voit depuis l'extérieur de l'édifice.

SablièrePièce de bois, très souvent sculptée de motifs admirables, reposant sur un lit de sable, et servant de réceptable aux pieds de charpente.
Voir ICI quelques exemples dans l'église de La Roche. A quelques endroits, ces sablières sont ornées de blochets.
L'église de Pont-Christ avait aussi ses sablières, ornées d'inscriptions.
Soufflet Le soufflet est un motif décoratif utilisé en architecture du XIVè au XVIè siècle en ajour dans le réseau des fenêtres et dans les balustrades, et aussi en bas-relief sur les boiseries et sur les murs extérieurs. C'est une figure aux contours symétriques contrairement à la mouchette à laquelle il est souvent associé.

Voir le réseau des armoiries de la maîtresse vitre de La Roche-Maurice, qui est constitué de soufflets, de mouchettes et d'écoinçons.
TympanEspace uni ou sculpté, circonscrit par un ou plusieurs arcs. Voir le tympan dans le portail-sud de l'église de La Roche. Schéma ci-contre.
Vitrail,
maîtresse vitre
Maîtresse vitre : vitrail du chevet qui éclaire le maître-autel.

 

Les arches du pont de La Roche sur l'Elorn

<< Ce schéma montre la superposition de deux formes :
     "plein cintre" (un demi-cercle parfait) et "anse de panier".

Cliquer ici pour superposer le schéma sur une arche
Comment distinguer un arc surbaissé d’un plein cintre ou d'une anse de panier ?

Pour des précisions sur le pont de La Roche, voir ICI et LA.

Glossaire de la meunerie

Voir ICI, le glossaire et les schémas établis à l'occasion de l'étude du moulin de Brezal.

Source des informations



logo
 André J. Croguennec - Page créée le 13/7/2022, mise à jour le 17/10/2022.

  ...  GA  ...