blason de Brezal

Les autres passages à niveau près de Pont-Christ

accueil

S O M M A I R E

 

A - Le PN 290, à La Roche-Blanche

 

Le passage à niveau numéro 290 fut créé en 1862, en même temps et sur le même modèle que le PN 289 de Pont-Christ, afin d'être opérationnel le 25 avril 1865, lors du passage du premier train. Il était situé au point kilométrique (PK) 597.453 de la ligne de Paris-Montparnasse à Brest, entre Pont-Christ et La Roche.

 

A1 - Situation et description du PN 290

 

carte
°PN290
°Moulin

Ci-dessus carte IGN des environs de Pont-Christ, et la situation de l'ancien PN 290

 

le PN 290

Le PN fonctionnait sous le régime des barrières fermées. La garde-barrières ne les ouvrait que pour le passage des charettes qui allaient au moulin de La Roche-Blanche. Situé sur une voie charretière appartenant à la ferme de Kerfeunteuniou, il permettait de réduire la distance entre les fermes du sud de l'Elorn et le moulin. La Compagnie de l'Ouest a utilisé son droit de préemption pour établir ce PN. Il a été supprimé lors de la cessation d'activité du moulin.

Le chemin rural arrivait au moulin en franchissant l'Elorn sur un pont que l'on peut voir ICI.

 

Il s'agit du moulin situé sur la rive nord de l'Elorn en Plouneventer donc. Il avait été construit en 1845 par les frères Paul et Isidore Huyot. Plus tard, il fut transformé, racheté par Léon d'Audibert de Lavillasse, puis par Jean-Marie Cann et transmis par succession à la famille Martin.

 

Suppression du passage à niveau (source Le Télégramme du 29/9/1966)

 

Laconique, mais disant bien ce qu'il veut dire, un communiqué nous parvient de la S.N.C.F. : "En application de l'arrêté préfectoral du 16 mai 1966, à dater du 1er octobre 1966, le passage à niveau numéro 290, de la ligne de Rennes à Brest, commune de La Roche-Maurice sera supprimé. Les barrières seront déposées et remplacées par une clôture. Le gardiennage ne sera plus assuré. La traversée du chemin de fer sera interdite à tous les usagers."

Evidemment deux questions viennent à toutes les lèvres : où est situé exactement ce passage à niveau et quelles sont les raisons ayant motivé sa suppression ? Evitons donc tout malentendu et répondons à ces questions. Le passage à niveau numéro 290 est situé en pleine nature entre La Roche-Maurice et Pont-Christ, à La Roche Blanche pour être précis.

Son utilité était incontestable au temps où fonctionnait encore la minoterie Martin, située en contre-bas sur le versant nord de l'Elorn. Il reliait la route communale de Keranault à la RN 12 en passant par la propriété Martin. Mais le joli moulin, s'il existe toujours ne tourne plus ; et depuis ce jour le passage à niveau ne servait guère qu'à quelques promeneurs, amis de la nature qu'attirent les merveilleux sites champêtres du versant sud de l'Elorn.

On conçoit donc facilement que dans ces conditions son gardiennage que rien ne justifiait, constituait une dépense inutile pour la S.N.C.F. Aucune critique ne s'élèvera, nous en sommes convaincus sur sa suppression. Ceci d'autant plus que les "gardes-barrières" n'en seront pas victimes : ils continueront à exercer leur fonction au passage à niveau de Kerhamon, devenu vacant. En définitive, nous pensons que chacun y trouvant son compte, cette mesure ne soulèvera aucune objection.

 

A2 - Les gardes-barrières titulaires du PN 290

 

Sur la photo : les trois enfants de la dernière garde-barrières et des amis

le PN 290

Au mur, on reconnaît le système de sonnerie automatique qui permettait de prévemir les usagers piétons, qui passaient par le portillon, de l'arrivée imminente d'un train ou d'une micheline. Pour ce qui est des autres usagers, les barrières étant toujours fermées, ceux-ci devaient attendre que la garde-barrières leur ouvre le passage. Ce qu'elle ne faisait pas, bien sûr, si la sonnerie résonnait.

DatesGarde-barrières titulairesCheminot
1936-1966 Perrine Le Moigne
° 1908 - Loc-Eguiner-Ploudiry
+ 1991 - Lanmeur
François Nedelec
° 1905 - Ploudiry
+ 1970 - Landerneau
en 1935Mme Boulch
Hervé Boulch
° 1905
1911-1929Annette Le Moigne
° 1874 - La Martyre
+ 1960 - La Roche-Maurice
Jean-Marie Deniel
° 1876 - Lez, Plouneventer
en 1910Françoise Miossec
° 1872 - Botloïs, La Roche-Maurice
Pierre Maubian
° 1862 - Bourg, La Roche-Maurice
1901-1906Marguerite Pape
° 1862 - Plouigneau
+ 1947 - St-Avé (Morbihan)
Jean Taoc
° 1850 - Plouigneau
+ 1934 - Landerneau
en 1896Marie-Françoise Thepaut
° 1866 ca
+ 1939 - Morlaix
Jean-Marie Rannou
° 1862 ca
+ 1941 - Morlaix
en 1891Anne Martin
° 1838 - Plouneour-Menez
+ 1929 - Lividic, St-Thegonnec
Yves Kerdiles
° 1837 - Plouneour-Menez
+ 1894 - PN 290
en 1886Françoise Berthou
° 1854 - Guipavas
+ 1900 - Guipavas
Jean-Marie Marc
° 1853 - Guipavas
en 1881Marie Guillou
° 1839 - Pleyber-Christ
Louis Cochard
° 1835 - St-Thegonnec
+
1872-1876Perrine Goupil
° 1827 ca - Broons (Ille-et-Vilaine)
Pierre Allain
° 1829 ca - Broons (Ille-et-Vilaine)
en 1866Consoline Giboire
° 1844 ca - Ille-et-Vilaine
Valentin Vaurais
° 1837 - Ille-et-Vilaine
Les dates sont les périodes minimales où la garde-barrières a exercé au PN 290.
 

 

B - Le PN 291, la halte de La Roche-Maurice

 

On n'est plus vraiment à Pont-Christ, mais ce passage à niveau mérite quand même une description :
elle nous permettra de mettre en évidence sa spécificité et ainsi d'exposer une autre catégorie de passage à niveau que l'on pouvait rencontrer
(cf les classements des PN sur la page du PN 289).

 

B1 - Historique du PN 291

 

1865  le PN 291 après 1893Création du PN :

Le passage à niveau et la maisonnette de gardiennage sont opérationnels pour l'arrivée du premier train. Ils sont situés au point kilométrique (PK) 598,957 de la ligne de Paris-Montparnasse à Brest, entre les gares de Landivisiau et de Landerneau.
Lors de sa création, le PN est classé en 2è catégorie (alors que les passages à niveau n° 289 et n° 290 sont classés dans la 3è catégorie). Voir les classements des PN, à l'origine, sur la page du PN 289.
Les deux barrières sont constituées de deux vantaux qui se poussent et s'ouvrent vers les voies.

1867Passage en 1ère catégorie :

Dès le 25 février 1867, la commune demande que le passage à niveau 291 soit élevé de la 2è à la 1ère catégorie. Cela fait suite à une décision prise, le 16/12/1866, lors d'une séance extraordinaire du conseil municipal de La Roche. Le maire Léon d'Audibert de Lavillasse, "cédant enfin aux plaintes reçues si fréquemment tant des habitants de la commune que de ceux des autres communes", avait obtenu l'autorisation du Sous-Préfet pour cette réunion afin de "délibérer sur l'utilité d'avoir le passage à niveau sur le chemin de fer au Bas-Bourg libre à toute heure de jour et de nuit, hors le temps voulu pour le passage des trains". Les arguments de décision apportés par le conseil furent les suivants :

  • " à ce passage il aboutit cinq routes très fréquentées surtout les jours de marchés et les jours de foires de Landerneau et de Landivisiau, comme aux jours de foires de La Roche,
  • et, surtout, l'établissement des foires de Landerneau de ce côté-ci de la ville a fait que le passage de ceux qui y vont ou qui en viennent a triplé sur le territoire de notre Bas-Bourg,
  • le passage est établi entre deux chemins latéraux très fréquentés journellement par les habitants de notre Bas-Bourg, du moulin de La Roche et des fermes voisines. Ces habitants sont souvent arrêtés par les voitures et les montures qui encombrent ces chemins, en augmentent encore l'encombrement.
  • Le Conseil demande cette modification avec d'autant plus d'instance qu'il est persuadé que plusieurs voitures, auxquelles on n'a pas à présent le temps d'ouvrir, pourraient passer et diminueraient l'encombrement et les chances d'accident que l'on craint fort la chose demeurant telle qu'elle est."

Effectivement, le conseil municipal de La Roche savait que le passage du PN en 1ère catégorie autoriserait à maintenir les barrières ouvertes en permanence pendant la journée. Sauf lors du passage des trains, bien entendu.

1881le PN 291 et l'Elorn en contrebas Création d'une halte :

On sait que de nombreux maires et habitants des environs, y compris ceux de La Roche d'ailleurs, avaient été demandeurs de la création d'une halte à Pont-Christ. Nous avons relaté les arguments et les échanges avec l'administration dans le chapitre relatif au PN 289.
Mais visiblement, dès novembre 1879, le conseil municipal de La Roche change d'avis et propose la candidature du PN 291 pour être la future halte. Voici le compte-rendu de la réunion du conseil municipal :

"Mr le Président (en l'occurence, le maire) donne communication au conseil d'une lettre particulière faisant connaître le désir des habitants de la commune de La Roche, et de celle de Plouneventer d'obtenir une halte pour les voyageurs à la barrière de garde de La Roche et non comme il en a été question à celle de Pont-Christ qui, quoiqu'étant à moitié distance de Landerneau à Landivisiau, ne donnera aucun avantage à la Compagnie de l'Ouest.
En effet, la demande formulée par deux ou trois particuliers, seuls intéressés à ce que la halte ait lieu à Pont-Christ malgré les signatures y compris celle d'un sénateur, dont est revêtue cette demande, les signataires de cette liste interrogés sur l'avantage du choix de la halte à Pont-Christ ou à la Roche, choisiraient la dernière localité pour les raisons suivantes :

  1. Le bourg de La Roche a une agglomération de 500 habitants ;
  2. Douze foires par an amèneraient directement de Brest et jusqu'à St-Brieuc de l'autre côté des voyageurs et marchands ;
  3. La fête paroissiale qui attire tant de visiteurs de Landivisiau et de Landerneau en attirerait de Brest ;
  4. Landerneau étant avec Landivisiau le lieu des approvisionnements du bourg et des nombreuses propriétés voisines, les provisionnaires choisiraient la voie ferrée à tous autres moyens qui leur sont plus onéreux ;
  5. Pont-Christ n'est distant de La Roche que de trois kilomètres et n'a aucune route actuellement fréquentable. Tandis que le chemin direct des habitants du bourg de Lanneufret, de presque tout Bodilis, St-Servais, une grande partie de Plouneventer, pour venir à Landerneau, est de passer par le Bas-Bourg de La Roche ; d'un autre côté une partie des habitants de La Martyre et Ploudiry viennent à La Roche pour gagner Landerneau. Il en résulterait donc que les piétons aimeraient mieux, trouvant le chemin de fer à leur portée, en profiter.

Après l'exposé qui précède, le Conseil, à l'unaminité, a déclaré que les considérations sus-relatées sont fondées et exprime le désir que l'administation supérieure veuille bien les faire prendre en considération. Fait et délibéré en mairie à La Roche les jour, mois et an susdits. Le Secrétaire Miossec - Le maire, D'Audibert de Lavillasse - Robe.. - Coloigner - de Dieuleveult - FELLEOUET - Gueguen - Cann."

Le 6 décembre 1879, cette délibération est envoyée à Mr le Directeur de la Compagnie du Chemin de fer par M. le maire. Le Conseil Municipal obtient satisfaction l'année suivante : Le 10/9/1880, le sous-préfet de Brest écrit au maire de La Roche : "J'ai l'honneur de vous faire connaître que, par décision en date du 30 août 1880, M. le Ministre a approuvé le projet d'établissement d'une halte entre Landivisiau et Landerneau, au passage à niveau de La Roche."

1884Demande d'arrêt de trains :

C'est bien d'avoir une halte à La Roche, mais y a-t-il assez de trains qui s'y arrêtent ? Dans sa session d'août 1884, le Conseil Municipal demande l'arrêt du train de 9h40 : "... M. le Maire fait encore reporter que la halte de La Roche a depuis sa création permis des résultats satisfaisants tant à l'avantage de la Compagnie qu'au point de vue de l'avantage pour la commodité des habitants de la commune de La Roche-Maurice et des communes environnantes. Dans le but d'augmenter encore le nombre des voyageurs qui fréquentent cette halte, le conseil municipal sollicite l'arrêt du train de 9h40 du soir souvent réclamé avec insistance par les populations du rayon."

1893Création d'une annexe :

Fin 1893, il est décidé de construire une annexe pour entreposer les colis qui sont expédiés par le train (colis en partance ou en arrivée). Plus bas, on trouvera le plan de cette annexe et de l'ensemble de la maisonnette.

1899Ajout d'une 2ème voie :

Les travaux ont eu lieu à partir de 1898. elle sera opérationnelle le 1er juillet 1899.

1922Accident mortel en gare de La Roche-Maurice :

Le 2 juillet, à 7 h 9 du matin, un train de marchandises, en provenance de Landerneau, se dirigeant vers Landivisiau-Morlaix, s'arrêtait en gare de La Roche-Maurice pour embarquer quelques colis. Les barrières du passage à niveau étaient fermées ; le chef de gare, conduisant une petite voiture à bras servant à transporter les bagages jusqu'au fourgon, remarqua, à hauteur des portillons, deux jeunes femmes et leur intima l'ordre de ne pas traverser, l'express de Paris-Brest qui passe en gare à 7 h 11 étant annoncé.

Ces personnes répondirent par un signe affirmatif ; elles avaient donc bien compris la recommandation. Malheureusement, elles n'en tinrent pas compte, et dès que le chef de gare fut éloigné, elles s'engagèrent sur la voie. A ce moment précis débouchait, derrière le train de marchandises, l'express filant à une vitesse de 60 km à l'heure : l'une des malheureuses, Mlle Marie-Françoise Le Bot, âgée de 25 ans, demeurant au village de Créach-Milloc, en Plouneventer, fut happée par la lourde machine ; la tête fut entièrement réduite en bouillie et l'un des bras complètement sectionné à hauteur de l'épaule. Quant à sa soeur, une jeune veuve, habitant le même village, on se demande comment elle échappa à la mort, car la locomotive la frôla aussi de bien près ; instinctivement, elle eut, devant l'apparition de la machine, un mouvement de recul qui la fit presque choir : elle était sauvée.

L'accident avait été si rapide que personne ne s'en aperçut, pas même les mécaniciens et chauffeurs de l'express, et c'est le chef de gare en retournant à son poste qui découvrit le cadavre de la malheureuse imprudente (source La Dépêche du 3/7/1922). On le dit assez : "un train peut en cacher un autre".

1930Rien de nouveau :

En 1930, le PN est encore équipé de barrières pivotantes en bois à deux vantaux et éclairé au pétrole (source Jean Pierre Nennig, in Le Chemin de fer de Bretagne Nord).

1942Mitraillage de la halte :

Le 23 juillet, avant 16h30, la halte de la Roche-Maurice a été mitraillée par les allées, la gérante et quelques passagers sont blessés. L'attaque semble avoir été initiée à partir de Plouenan vers 16 h 10 et s'est poursuivie sur Taulé-Henvic, Pleyber-Christ, St-Thegonnec et La Roche, pour se terminer à Landerneau à 16 h 30. Mme Félicité Croizé, gérante de la halte, se distingua par sa bravoure et fut décorée de la Légion d'Honneur (voir précisions plus bas).

1943Autre mitraillage de la halte :

Le 30 août, deux avions anglais mitraillent à la hauteur de la Roche-Maurice un train de voyageurs parti de Brest alors que celui-ci croisait un autre train transportant lui, des marchandises. Bilan: 2 morts et 7 blessés graves (voir précisions plus bas).

1950Fonctionnement normal :

Chaque jour plusieurs omnibus s'arrêtent à la halte, 5 allant vers Morlaix, 6 allant vers Brest. Le premier omnibus du matin est "le train ouvrier" qui à 6 h 30 transporte vers Brest les 90 ouvriers de l'Arsenal et des entreprises de Brest. Le retour a lieu à 19 heures. (source site internet de La Roche).

Les animaux de l'élevage de Monsieur Jouan de La Fonderie sont embarqués dans ces trains. Les castors, renards argentés, et autres animaux à fourrure, rejoignent la gare de Landivisiau où leurs caisses sont transbordées dans l'express. (source De la vapeur au TGV)

1955Installation de barrières oscillantes :

Le 29/9/1955, les travaux étaient terminés (source Ouest-France).

1970Passage automatique :

Avis de la SNCF - PN 291 : le 18 novembre 1970, suppression du gardiennage, des barrières et des portillons, remplacement par des demi-barrières automatiques et des signaux lumineux. (Le Télégramme du 14 et 15/11/1970)

1985Suppression de la maison de garde :

Plus de salle d'attente pour les voyageurs, ils devront attendre le TER dans des abris placés sur les quais.

2006Accident mortel :

Le 21 novembre 2006, une automobile se présente sur le passage à niveau de La Roche-Maurice au même moment qu'un TER Rennes-Brest lancé à 118 km/h. La collision est violente, la voiture pulvérisée et sa conductrice, Alla Caroff, 42 ans, est tuée sur le coup. Le système d'avertissement de l'arrivée des trains (signal lumineux, sonnerie, abaissement des demi-barrières) est mis en cause : avec certains types de TER, le "shunt" électrique par les essieux de la machine ne serait pas fiable, et la présence du train dans le canton ne serait donc pas toujours détectée par le système d'avertissement. La SNCF a été condamnée en octobre 2016, mais a fait appel. On notera, quand même, que le retour à l'ancien système à pédale mécanique, abaissée par le contact des roues, est en cours sur le Réseau Ferré Français.

2013Nouvel abri de quaiRénovation des abris de quai :

La halte TER de La Roche-Maurice a bénéficié d'une rénovation fort appréciée des voyageurs toujours plus nombreux. La gare est aujourd'hui équipée de deux nouveaux abris, de nouvelles corbeilles et de nouveaux valideurs de tickets.
Coût des travaux : 80.000 EUR, 75 % pour la Région, 25 % pour la SNCF.

 

En 2013, 12.700 voyages ont débuté ou se sont terminés à la gare de La Roche-Maurice. En cinq ans, "cette fréquentation a progressé de plus de 50 %". Destination forte, La Roche-Maurice/Brest pour 45 % des voyages domicile-travail et 40 % pour des déplacements scolaires. Pour accompagner cette dynamique, de septembre à juin, dix arrêts supplémentaires par semaine ont été créés par la Région en cinq ans.

(source Ouest-France du 25/01/2014)

 

B2 - Description

 

Le schéma qui suit a été élaboré le 13/12/1893 pour la création de l'annexe (ADB 592 E DEPOT 37). Les éléments à créer, à ajouter ou à déplacer sont dessinés en rouge. On y voit l'emplacement de la bascule : celle-ci devenait nécessaire pour peser les colis qui étaient stockés dans l'annexe avant de prendre le train.

De plus, ce plan a le mérite de décrire le rez-de-chaussée de la maisonnette et je peux constater qu'elle correspond tout à fait à celle de Pont-Christ, que j'ai bien connue. A la différence près toutefois que le plan est inversé par rapport à cette dernière, la gauche est à droite et vice-versa. Ce qui montre la volonté de la Compagnie de l'Ouest d'uniformiser ces constructions.
 

schéma

 

La salle d'attente est bien décrite. On y voit l'emplacement des bancs fixés le long des murs. Le poste de travail de la gérante de halte et le guichet de distribution des billets. L'âtre de l'ancienne cheminée (en pointillés) a été supprimé lors de la création de la halte, mais le conduit existe toujours en hauteur et le poêle peut s'y brancher.

La pièce contigüe est privative, elle était fort probablement utilisée comme cuisine car elle dispose d'une cheminée. Avant que le PN ne devienne une halte, la salle d'atente était, bien sûr, inutile et la famille de la garde-barrières l'utilisait comme cuisine. C'était ainsi que cela se faisait dans les PN 290 et 289. Le plan ne l'indique pas, mais à l'étage il y avait deux pièces. La maisonnette possédait des combles, au dernier niveau, éclairés par un oeil-de-boeuf sur chaque pignon. Ces combles n'existaient pas au PN 289, à Pont-Christ, ni au PN 290, à La Roche-Blanche.

A l'extérieur un escalier droit permettait de descendre vers le sous-sol et le jardin. Dans ce jardin, il y avait un puits.

En 1894, après les travaux de construction de l'annexe, il y avait toujours deux double-barrières pivotantes de 4,15 mètres d'ouverture.


PN 291 au début du 20è siècle
Le PN 291 au début du 20è siècle. Les deux voies sont en place.


PN 291 au début du 20è siècle
Le PN 291 au début du 20è siècle.
 

Barrières oscillantes au PN 291
Les nouvelles barrières oscillantes furent installées en 1955.
PN 291 Le PN avec ses demi barrières automatiques. On est donc après 1970.
Destruction de la maisonnette du PN 291
... et puis la maison de garde a été détruite en 1985.
le passage à niveau aujourd'hui
Le passage à niveau aujourd'hui

 

B3 - Les gardes-barrières titulaires et gérants de halte

 

DatesGarde-barrières titulairesCheminotCommentaire
en 1968Jeanne Saliou, veuve Berthou
° 1933 - Kerlaz
Voir plus bas une présentation de son travail en tant que gérante de halte.
en 1962Mme Gafa Lucienne, veuve
° 1926 - Oujda (Maroc)
en 1954Mme Mordelet Anne-Marie
° 1907
Jean Mordelet, cantonnier SNCF
° 1903
en 1948M. Simon, chef de gare
1926-1946 Félicité Orhant
° 1896 - St-Didier (35)
Pierre Croizé
° 1889 - Etrelles (35)
Mme Croizé fut remarquée pour sa bravoure lors du mitraillage de 1942
1901-1911Marie-Françoise Nicolas
° 1866 - Le Relecq, Guipavas
Yves Macquer
° 1855 - Plouigneau
+ 1898 - La Roche-Maurice
Yves Macquer étant décédé assez tôt, la gérante habite la halte avec son père, Louis Nicolas, retraité des chemins de fer
1881-1896Adèle Le Roux
° 1843 - La Forest-Landerneau
Pierre Rumeur
° 1835 - Berrien
+ 1906 - Huelgoat
1872-1876Jeanne Yvonne Le Roux
° 1841 - St-Thegonnec
Guillaume Floch, chef d'équipe
° 1836 - St-Thegonnec
+ 1894 - Maison de garde du Trojou, Plouigneau
en 1866Perrine Jeanne Goupil & Pierre Allain ou
Joséphine Peliot & Emmanuel Le Franc
Les recensements de La Roche manquent souvent de précision : la femme est souvent qualifiée de "ménagère" alors qu'elle est "garde-barrières". Ici, il faudra trouver d'autres archives pour choisir le couple.
Les dates sont les périodes minimales où la garde-barrières a exercé au PN 291. Ce tableau reste largement à complèter.

 

B4 - Mitraillages de la halte pendant la guerre 39-45

 

Comment expliquer ces nombreux mitraillages aériens par les alliés à La Roche ?

Nombreux car aux deux qui sont décrits ici, plus bas, il faut ajouter un 3ème qui se produisit le 22 juillet 1944, au niveau de La Roche Plate : Eugène L'ABBE, mécanicien et Vincent MADEC, chauffeur, perdirent la vie sur leur locomotive  .
Réponse : il est clair que la configuration des lieux, la rectitude de la voie ferrée depuis un peu avant le PN 290 jusqu'à un peu après le PN 291, permettait aux avions de viser efficacement leur cible, dans un sens ou dans un autre.

Vincent MADEC dans "Agents de la SNCF signalé comme ayant été tués en service par fait de guerre" (source archives SNCF) :
Vincent Madec, non mobilisé, manoeuvre auxiliaire, adresse Coasero en Ploujean, né le 12/8/1924, célibataire. Date du décès : 22/7/1944 - Jambe coupée - brûlures par balles au cours du mitraillage par avion. Mairie où le décès a été déclaré : La Roche.

Eugène L'ABBE : pas d'informations supplémentaires. X

Mais qui visaient-ils ?

Dans nos trois cas, il y a toujours des trains impliqués dans ces mitraillages. On pourrait penser qu'ils tiraient sur des troupes allemandes voyageant dans ces convois, mais le mitraillage du 23 juillet 1942 qui fut effectif sur quelques 50 km fait plutôt penser à un mitraillage d'intimidation... Dans lequel, les victimes furent les civils ! Est-ce que les interventions alliées n'ont pas été quelques fois inconsidérées ? On commence par Merz-el-Kebir et on finit par La Roche !!! Et ce sont toujours les notres qui trinquent. Tri-ble-die !

 

1 - Mitraillage du 23 juillet 1942 :

 

Ce mitraillage a été réalisé par les alliés, la RAF en l'occurence. Quelques rapports des responsables de la SNCF et d'autres sources nous permettent de relater la manière dont il s'est déroulé. L'attaque semble avoir été initiée à partir de Plouenan vers 16 h 10 et s'est poursuivie sur Taulé-Henvic, Pleyber-Christ, St-Thegonnec et La Roche, pour se terminer à Landerneau à 16 h 30.

 

PlouenanUne locomotive est visée au départ. La rafale, trop haute, est passée au dessus de la machine pour venir atteindre une maison opposée au bâtiment des voyageurs (BV). 5 personnes ont été blessées dont 2 grièvement. Un cheval a été tué.
Taulé HenvicLa gare est mitraillée au passage. Rafale trop haute. Seul un bâtiment est touché à la toiture.
Pleyber-ChristLe chantier d'extension des voies est visé, du côté de la partie Est. 2 agents de l'entreprise DUMETZ sont atteints légèrement. 6 wagons criblés dans leur superstructure. Fil de contrôle du DR n°1 coupé. Quelques fils de l'artère Nord PTT sont aussi coupés.
St-ThégonnecLes hangars de la station magasin étaient vraisemblablement visés. Le magasin C a surtout été atteint à sa partie ouest. Criblé de balles. Une soixantaine de personnes travaillaient à l'intérieur. Personne d'atteint. Quelques balles sur le quai II, le BV (bâtiment de voyageurs) et l'abri du quai I.
La Roche

Comme c'était peu de temps après le passage du train I584 (16 h 23) des voyageurs et diverses personnes venant les accompagner se trouvaient dans la salle d'attente et sur le quai à proximité immédiate du BV (bâtiment des voyageurs).

Mme Croizé, matricule n° 177669, gérante de halte de 1ère classe, était à son guichet, préparant un billet passe-partout pour Carhaix. Un bruit d'avions se faisant entendre, plusieurs personnes qui se tenaient dans la salle se précipitèrent à la porte pour voir ce qui se passait. Une rafale balaya à ce moment le bâtiment des voyageurs. Quatre personnes furent atteintes :

  1. Melle Marie Louise HELIEZ, 24 ans, institutrice à Collorec (Finistère). Blessée aux deux jambes, elle subira l'amputation du pied droit au-dessus de la cheville le lendemain. Marie-Louise Heliez était la fille de Louis Heliez, infirmier libéral, son grand-père François Joseph Heliez fut meunier au "Moulin de La Roche".
  2. M. Marcel BRIAND, 20 ans, habitant Ploubezre (Côtes du Nord) et travaillant dans une entreprise à Rochefort. Blessé au cou, à une cuisse, à une jambe, à la tête et au bas ventre.
  3. Melle Marie-Thérèse LE GALL, 18 ans, restaurant de La Roche, blessée à la jambe droite. Marie-Thérèse Le Gall était la fille de Pierre Le Gall, patron du restaurant de La Roche.
  4. Melle Yvonne KERMANACH, 23 ans, tricoteuse à Collorec. Blessée aux jambes.

Ces 4 personnes étaient venues accompagner Melle Suzanne SIBIRIL, 21 ans, habitant Brest et réfugiée à Carhaix.

Mme CROIZE, à son guichet, a été touchée par un éclat de balle de 20 m/m explosive, qui a traversé la cloison en sa partie inférieure, lui a traversé la jambe droite au-dessus du mollet pour venir se loger dans la jambe gauche. "L'examen radioscopique n'a pu encore être fait en raison de la panne d'électricité qui existait. Le docteur Bazin la soigne", note l'inspecteur de la SNCF.

Plus tard, la gérante de la halte sera soignée à Landerneau. Le lendemain le chef de gare du lieu trouve son état satisfaisant, mais sans être en possession du bulletin de visite ni des certificats médicaux. Pourtant une fiche d'agent sinistré, établie par la SNCF, contient la mention "Fracture compliquée du plateau tibial droit et plaie à la jambe gauche."

"Je me dois de faire ressortir, écrit l'inspecteur de la SNCF, l'attitude courageuse de Mme CROIZE, sur laquelle les personnes présentes sont toutes d'accord. Sérieusement touchée, et sentant le sang lui couler aux jambes, elle remercia les personnes qui s'offrait à l'aider, s'efforçant elle-même d'étancher le sang, pour les prier de s'intéresser aux autres personnes blessées qui réclamaient du secours : en particulier M. BRIAND qui paraissait très grièvement atteint. Je vous propose à ce sujet de la citer à l'ordre du jour de la Région."

Parmi les personnes devant emprunter le I584 se trouvaient des infirmiers qui prodiguèrent sur le champ les soins immédiats aux blessés. Le Docteur Bazin, alerté par le téléphone de la halte, vint très rapidement sur les lieux.

Par ailleurs, on releva quelques avaries matérielles :
- une quinzaine de fils de la nappe Nord PTT coupés ; régulateur atteint en plein, arrêté à 16h12 ;
- pédale d'annonce ; voyant de contrôle du DR n° 1 ; lanterne applique fixée au mur du BV ;
- avaries à la charpente de la lampisterie, une balle explosive de 20 m/m ayant éclaté exactement à la jonction du toit formant appentis avec le BV ;
- murs criblés d'éclats et de balles.

Un an plus tard Mme Croizé, née Félicité Orhant, fut décorée de la légion d'honneur. Le Courrier du Finistère du 4/9/1943 décrit l'événement : "Dans le bureau de M. l'ingénieur-chef d'arrondissement de Rennes, M. Soulard chef d'exploitalion de la région de l'Ouest à Paris, chevalier de la Légion d'Honneur, a remis la croix de la Légion d'Honneur à Mme Croizé Félicité, gérante de la halte de première classe de La Roche. Le texte de la citation dont Mme Croizé vient d'être l'objet précise en termes éloquents les circonstances au cours desquelles la courageuse gérante de la halte a manifesté son sens profond du devoir professionnel et du devoir social : "Bien qu'assez grièvement blessée à son guichet le 23 juillet 1942, au cours d'une attaque aérienne, a demandé que les personnes atteintes par les rafales de mitrailleuses soient soignées avant elle. A elle-même aidé à donner des soins à un jeune homme grièvement blessé et assuré son service jusqu'à épuisement de ses forces." Mme Croizé est la première cheminote ainsi décorée. Nos très vives félicitations."

Landerneau

Vers 16h30, les trains I564 et 2796 en gare de Landerneau sont mitraillés également. 13 voyageurs sont blessés sur les quais. Parmi les victimes on compte :

  • Une jeune fille, Mlle Anne-Marie LE DRU, née le 21/3/1915 à Botsorhel (Finistère) et demeurant à Paris. Elle décédera le lendemain des suites de ses blessures.
  • Plusieurs blessés se retrouvèrent à l'hospice civil de Landerneau dans un état très grave et inquiétant.
  • Deux agents de traction sortirent assez rapidement de l'hôpital.
  • M. SALIOU, matricule 145673, receveur de 2è cl. à Landerneau, habitant 15 rue de Plouedern à Landerneau, a été blessé hors service par une balle dans son jardin. Il avait cessé son service le 22 juillet à 17 heures, était en repos le 23/7. Il se trouvait dans son jardin, situé dans l'enceinte de la gare de Landerneau (face au bureau de la Petite Vitesse) lorsqu'il fut blessé par une balle de mitrailleuse, au cours de cette attaque aérienne.
    Conséquences : "Plaie par balle avec orifice d'entrée dans la région antéro supérieure de la cuisse droite et orifice de sortie dans la fesse droite. M. Saliou a été hospitalisé à l'hôpital de Landerneau pour une durée approximative de 30 jours." Le lendemain le chef de gare de Landerneau juge son état "satisfaisant".

 

2 - Mitraillage du 30 août 1943 :

 

Le train omnibus Brest-Morlaix, de 13 h. 18, doubla un train de marchandises au départ de la gare de La Roche, tandis qu'un avion mitraillait celui-ci. Le dernier wagon du train omnibus fut atteint. Deux voyageurs furent tués : M. de Marchi, mécanicien retraité de la S.N.C.F. et M. Le Goff, employé de commerce de Plounéour-Ménez ; M. Louis Gogé, eut les intestins perforés et succomba chez lui deux heures après (il avait 68 ans). Grièvement blessée : Mme Monot, de Brest, réfugiée à Guingamp. Blessés : M. et Mme Marc et leur fils Jean, 6 ans, de Lambezellec ; M. Tunze-Priduer, St-Brieuc ; M. Fustec, boucher à Lanmeur. (Le Courrier du Finistère du 4/9/1943)

 

B5 - La fonction de gérante de halte en 1968 (Ouest-France du 15/10/68)

 

Ces métiers que l'on croyait réservés aux hommes.
Madame "la chef de gare" de La Roche-Maurice : "Oui, c'est assez féminin, finalement... cela permet d'être avec ses enfants"

 

la gérante de la halte, Mme BerthouMme Berthou, la gérante de halte

On est bien loin ici de la grande gare froide et triste où déambulent des hordes de voyageurs. Le local est petit et par la fenêtre on entend chanter les petits oiseaux. Et pour ajouter au charme de l'endroit, le chef de gare s'appele Madame... Mais à la S.N.C.F, où j'on sait ce que perler veut dire, on rectifie bien vite : " Les femmes en réalité ne peuvent pas être chefs de gare, mais seulement gérantes de haltes. " En langage courant, ceci veut dire qu'elles ne sont pas admises à occuper un poste là où les trains se garent mais seulement là où ils passent et s'arrêtent mais ne sont pas entreposés.

Nuance dont ne se soucie guère l'usager qui ne connait que "la" chef de gare quand ce n'est pas la "chefesse" de gare. En toute amitié d'ailleurs, car dans ces haltes règne généralement une ambiance de cordialité.

"Il faut faire très attention"
Sur le seul tronçon Morlaix-Brest, on trouve trois gérantes de halte : à Guimiliau, Mme Puill dont le mari est à la voie ; à La Forest-Landerneau, Mme Huitorel dont le mari est à l'exploitation et à La Roche-Maurice, Mme Berthou, veuve d'un employé de la S.N.C.F.

"On voit passer 25 trains chaque jour, dit l'hôtesse de La Roche-Maurice, dont 11 s'arrêtent. Mais même ceux qui ne font que passer nécessitent du travail. Il y a le passage à niveau à fermer et le train à cantonner  ." De nombreux gestes à accomplir avec précision et rigueur par conséquent : "Il faut faire très attention pour éviter des erreurs faciles à commettre." Mme Berthou reconnaît qu'une fois mise au courant du fonctionnement des divers appareils de la halte, ce n'est pas trop compliqué. "Cependant tous les trois ans, nous passons un certificat de sécurité pour voir si la routine n'a pas eu raison de nos connaissances."

"Cantonner le train". L'article du journal n'explique pas précisément ce que faisait la gérante de la halte. Mais le principe est le suivant. Du fait de la non-adhérence des roues des trains sur les rails, la distance de freinage est très longue. Le mécanicien qui attendrait de voir un autre train devant lui pour freiner, s'exposerait à le tamponner de façon certaine. Au moins en cas de vitesse courante et surtout en présence de courbes de la voie, qui ne laissent apercevoir le train qui précéde que très tardivement. Le problème a été résolu de la façon suivante :

La voie est découpée en "canton" qui peuvent parfois atteindre 20 km. Un convoi ne peut s'engager sur un canton que si aucun train ne s'y trouve.

Notre gérante de la halte de La Roche, fermait donc l'entrée dans le canton qui précédait le PN 291, dans un sens ou dans l'autre selon la voie concernée, et l'ouvrait quand le train était reparti. Elle faisait cela pour tous les trains qui s'arrêtaient. L'article d'Ouest-France semble dire qu'elle le faisait aussi pour les trains qui ne s'arrêtaient pas. Cela n'est pas impossible s'il n'y avait pas de block automatique sur une portion de voie importante autour de La Roche.

X

"Dans une "mini-gare" on doit savoir tout faire"
Dans une grande gare, chacun est spécialisé. Ici, il faut faire de tout... un peu : cantonner les trains donc aux divers tableaux et fermer et ouvrir les barrières, mais aussi délivrer des billets, donner des renseignements, enregistrer colis et bagages, faire la comptabilité, tenir le cahier d'enregistrement des dépêches où tout est consigné. Mais comment faire quand se présentent des voyageurs alors que la gérante est occupée à toutes ces tâches ? - "Sécurité d'abord, voyageurs ensuite. Il n'y a pas à hésiter. En fait, ajoute avec le sourire le chef de lamini-gare, tout se passe sans histoires. Les gens sont aimables."

"D'où débarque-t-il celui-là ?"

Mlle Le GoffMlle Le Goff agitant le "guidon de départ" avec le sourire

D'ailleurs dans la minuscule salle d'attente, tout le monde se connaît. "Ici nous avons surtout comme clients des ouvriers de l'arsenal de Brest et de la pyrotechnie, des scolaires et des femmes, qui s'en vont faire leurs achats aux villes voisines. En attendant le train, ils bavardent gentiment entre eux. A tel point que quand arrive une nouvelle tête, on est tenté de se dire : "D'où débarque-t-il celui-là ?".

L'été, il y a davantage de variété : promeneurs et groupes d'enfants apportent à la halte la note des vacances. Autant dire que ce métier de chef de gare, quand il est exercé à cette échelle presque familiale convient à une femme et la S.N.C.F. l'a bien compris. "Oui, c'est assez féminin finalement", admet notre gérante. "Et comme on est logé cela permet d'être avec ses enfants."

Le pays du sourire
Mme Berthou, qui commence sa journée à 6 heures, a une remplaçante, Mlle Le Goff  , qui la supplée de midi à 14 h. et de 17 h. à 21 h. La nuit, un garde, M. Roussel, se charge de la barrière.

Louise Le Goff fut aussi remplaçante au PN 289. X

- A propos de cette barrière, les automobilistes ne sont-ils pas trop irascibles ?
- Oh non, pas du tout. il nous connaissent et ils attendent sans semontrer impatients. A Pont-Queau, où j'étais auparavant, c'était parfois différent. Mais à La Roche tout le monde est courtois.
- Certaines fois, pourtant, quand on est pressé, vous le savez bien, c'est rageant de se voir fermer la barrière au nez.
- Bien sûr. Mais les gens savent qu'on est là pour assurer leur sécurité. Dans ces cas-là, on les entend lâcher "Oh zut". Et on fait d'un air consterné : "Oh oui zut". Et tout le monde sourit !

Ainsi donc Messieurs les voyageurs, quand vous verrez "une" chef de gare agiter le "guidon de départ" avec le sourire, ne lui ménagez pas le vôtre : elle veille sur vous.

Alain CABON

la manoeuvre des barrières

Louise Le Goff à la manoeuvre des barrières. Sur le perron, Mme Berthou.

 

C - Sources des informations

 


ADB = Archives Départementales du Finistère à Brest
ADQ = Archives Départementales du Finistère à Quimper
AML = Archives Municipales de Landerneau


logo André Croguennec
 A. Croguennec - Page créée le 14/6/2016, màj le 30/12/2016.